Angoulême – Mon festival international de la BD d’Angoulême

Encore une chose que je n’avais pas fait dans ma vie que j’ai enfin fait. C’était la première fois que j’allais au si médiatisé salon international de la BD. Bon avant j’avais pas mal d’excuse : pas de thune, pas le temps, hyper mal placé [le dernier week de janvier c’est un truc de ouf surtout quand on peut pas poser de RTT]. Mais cette année point d’excuse, on m’offrait ma place, je ne pouvais plus trouver d’excuses et go tout Angoulême.

Après avoir été refoulé par le bouquiniste pour riche de Reims avec mes 3 BD Street fighter 2, et avoir choper le train pour passer 4 heures à lire du Harry Potter me voila enfin dans la place de rêve de la BD.

Le lendemain, go to festival! Angoulême est une petite ville alors quand l’évènement bande dessinées de l’année s’y passe c’est over blindé. Muni de mon pass, j’arpente le centre de ville. Après avoir chopé l’inévitable plan. Direction la bulle des éditeurs. Certes il y a de l’auteur en masse qui dédicacent mais il y surtout de la bd en masse et c’est limite décevant, en gros c’est une sorte de Bdthèque géante avec tous les albums possibles et inimaginables payant plein pot [donc adios les 5%] et sans réelle nouveauté ou sortie spéciale Angoulême. Pour l’amateur de nouveauté ou de prix réduit c’est mort.

On vient à Angoulême pour de la dédicace en gros squattage au sol en attendant un éventuel dessin ou pour claquer de la thune [petit Spirou, Messire Guillaume et The Watchmen, par exemple]. Bon j’ai raté Gibrat et le dessinateur de Walking dead surtout…

Le coin le plus sympa reste celui des bouquinistes avec sa dose de BD à 5 eural, très intéressant mais il faut squatter dès le jeudi et non le samedi soir après que tout soit dévaliser [Ce qui me fait remarquer que Blueberry et Spirou c’est chaud à capter.].

Après un passage du coté des éditeurs, des indé [avec des les éditions sans tabou avec des bd hot cocotte] des artistes qui déchirent leur mère en dessin, le manga building avec un vrai mangaka en tenue de samouraï qui déchire, Les 50 ans de Boule et Bill, du cadeau gratuit en masse et l’arrêt dans un salon de thé top réputé.

En tout cas, j’ai passé un grand moment de bonheur, juste déçu de ne pas avoir organiser ma sortie niveau dédicace histoire de ramener un truc original, certes j’ai pas pu m’empêcher d’acheter des BD sur place [voir plus haut] et aussi une petite figurine représentant la mascotte du festival.

Bon après la Japan Expo, le festival international de la BD est une bonne découverte pour moi.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :