Mon sex appeal de professeur

Ce n’est pas la première fois que j’aborde le sujet, la preuve: ici. Mais mon actualité sur le sujet est toujours aussi brulante cette année avec une photo assez explicite et une lettre ouverte par ma moitié. Autant dire que le retour du taf a été chaud bouillant. Donc, j’ai refais la version 2.0 de mon ancien texte.

Depuis que je donne des cours c’est à dire depuis l’IUT, j’ai entassé les histoires de déclarations fumeuses de mes apprenants, mes élèves ou mes étudiants. Ce sex appeal surpuissant juste acquis par mon placement stratégique au centre de la salle de cours c’est à dire au centre d’intérêt, m’a permis de découvrir ce que les jeunes filles pensent de leurs professeurs. Car apparemment le prof, le maître fait naître dans le cœur des jeunes filles [et des jeunes garçons, j’y reviendrais] un sentiment de fantasme ou d’admiration totale.

-“Jessica, il faudrait vous habillez plus chaudement quand même pour ce mois de décembre.”

Mes années d’enseignements s’écoulent et chaque année, j’ai le droit à mon élève en transe à chacune de mes apparitions en cours ou dans le lycée. Je dois dire que je n’avais pas imaginé qu’être prof pouvait faire fantasmer les filles ou de me faire rentrer dans le top five des profs sexy de l’établissement où je me trouvais.

J’ai tout découvert lors de mes vacations et première heure de cours quand une fille remis en question son couple pour moi. Là, ce fut un premier choc, enchaîner par les déclarations fracassantes de certaines étudiantes qui mataient plus mon cul que la démonstration comptable que je faisais au tableau. Chose qui d’ailleurs m’a empêché de gratter  mon cours au tableau sans stresser. Puis j’eus affaire à d’autres gestes plus subtils du à l’âge des étudiantes que seules d’autres étudiantes me faisaient remarquer.

“Oui, Kelly,  votre nouvelle robe est très jolie mais vous m’avez déjà poser la question 3 fois.”

Arrivé au CFA, face à des apprentis de 16 à 25 ans, la donne fut un peu changé et j’ai eu le droit à du plus trash entre la visualisation en direct du nouveau string pour un accord de ma part sur ses qualités « sexy » et la déclaration d’autant plus trash d’un apprenti pâtissier gay. Je me suis dit  que l’éducation nationale n’est qu’une source de pornographique de plus dès l’éveil de la sexualité des élèves. De plus certaines utilisaient des messages discrets comme le dépôt de mots dans ma boite aux lettres personnelle ou carrément la déclaration enchaînée avec du harcèlement téléphonique pour confirmer ma réponse négative à toute possibilité d’échange de salive.

Le lycée m’est apparu comme moins trash certes j’ai eu le droit à une nouvelle déclaration gay, aussi à des photos plutôt explicites sur le physique des filles, des filles béates à mon passage mais plus de retenue enfin un peu plus qu’avant. En discutant avec certaines après quelques années quand elles ont passé le bac et certifié leur majorité, je découvre qu’il serait facile de faire chavirer les cœurs et de s’envoyer en l’air à la pelle avec des jeunes pré-pubères. Mais la conscience professionnelle et mon inconscience à ne voir en mes élèves que des élèves et encore des enfants, ne me permettent pas de passer du coté obscur de la force. Et une chance, d’ailleurs.

Je me pose qu’une seule question:  » qu’est ce qui m’attend l’année prochaine? »

Publicités

2 commentaires

  1. ah là là quel séducteur ce prof !!! en ce qui me concerne j’avoue entendre certais bruits de couloir à mon passage mais l’avantage c que moi je suis en collège et que cela reste très enfantin voir attendrissant !

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s