Ma route des vacances : Du long chemin de la Bourgogne à l’Espagne – part.1

Vingt heures de route séparent la maison de mes parents de celle des grands parents de mon amie. Soit plus de 1800 km, sachant qu’il faut traverser toute la France puis toute l’Espagne et que ma volonté de conduire est proche de zéro, il me fallait être très fort pour réussir cet exploit [car conduire est pour moi déjà un exploit]. J’ai réussi, j’y suis arrivé mais comment, çà, vous vous le demandez bien…

2010.08.03 (1) A vrai dire, moi aussi!!!!

Dans un premier temps, j’ai séparé la route en deux grandes parties : la traversée de la France puis celle de l’Espagne, soit 10h de route chacune, tendu pour moi qui m’endors au bout de deux heures de route, mais tout est possible. Mon parcours devait s’accompagner d’une pause en Pays basque pour attaquer vaillamment le reste du chemin. Dans un deuxième temps, j’ai ajouté à cela une bonne dope de café pour me relancer à chaque fois. Les meilleures conditions étaient réunies pour aller vers l’infini et au delà.

Blogpart1 Parfois, on découvre que son amie a des mœurs étranges…

Le départ à 6h15 du matin de Vassy m’a permis de profiter de mon réveil [approximatif] et d’une bonne nuit de sommeil pour enchainer sans problème Bourges [Mode Nostalgie On] et Châteauroux pour rejoindre ma première autoroute. Après une pause pipi et un bon café laxatif, me voila repartis pour Limoges, Angoulême. Mais après 7 heures de voyage, la faim est venue mettre son grain de sel, une chance que Seigneur Mac do était dans le coin. J’effectue ma pause repas dans une ville inconnue proche de Bordeaux [avec évidemment, deviner quoi un petit café]. Je vous passe les diverses pause pipi dues à ma consommation excessive d’eau [sur 10h de routes environ 3 litres d’eau absorbés] qui tendent rapidement ma vessie pour lui donner la joie de faire pipi.

blogpart2 …des mœurs très étranges !!

D’ailleurs au niveau de la circulation, tout allait bien jusqu’à Limoges, après ca c’était un peu plus tendu avec les routes de campagne jusqu’à Angoulême et tous les ralentissements que l’on a eu dans les différents villages que l’on a passés mais c’est le choix d’éviter les sections de péage. Puis après Bordeaux, la sieste fut inévitable malgré ma surdose de café, je devais m’arrêter pour dormir genre 15 minutes pour mieux repartir. Après avoir quitté l’autoroute à Bayonne et traverser des terres inconnues, j’arrive à ma première étape : Orsanco. Un charmant village basque où il était bon de dormir, mais j’y reviendrai.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s