Andalousie, Espagne – Mi llegada a Andalucia

Retour sur mon arrivée à Escañuela. j’étais donc sous l’emprise de la clim, profitant d’un air frais et agréable qui me fais oublier que dehors les tortillas grillaient à même le sol. Seule ombre au tableau, plus on s’approchait de ma destination finale plus le thermomètre de la voiture ne faisait qu’augmenter dangereusement, frôlant les 41 degrés. En sortant de la voiture devant la maison des grands-parents de mon amie, on fut directement écrasés par la chaleur. Pour vous donner idée de la chaleur, enfermez-vous dans votre cuisine, faites chauffer le four à 220° ouvrez la porte du four et asseyez vous devant et là vous avez la température extérieure.

blg

Apres avoir vidé tous les litres d’eau à disposition pour tenter de réguler ma température interne, ma première mission est de faire le tour de la famille, des voisins, et surtout des amies locales : Eva et Lucia car sinon c’est sacrilège et malédiction sur les cinq prochaines générations. Après dix heures de routes et étant du genre collant de sueur, on pète la bise à tout le monde comme si on se connaissait depuis vingt ans. Les garçons de mon âges m’évitent comme des pestiférés.

blg1 Le meilleur fauteuil du monde!!!

Evidemment après 10 heures de route on se couche tôt genre 23h30 mais en Espagne tôt c’est 1h30 du mat. Donc c’est trop la fête à l’extérieur avec trop de people qui discute sous ta fenêtre, les motos qui pétaradent, les voitures bien tuné qui passent de la bonne techno toute naze, c’est ambiance fiesta. Dimanche, on se lève à 10h, malgré la vie nocturne hispanique et la chaleur j’ai réussi à dormir mais la journée s’est déroulée au ralenti car la chaleur et bien ça fatigue. Le temps de faire un footing pour me perdre dans les oliviers autour d’Escañuela [ne jamais quitter la piste]. Résultat : une petite flippe en me rappelant que je ne sais dire que trois mots en espagnol. J’ai dû escalader une colline, avoir de la terre au dessus des chevilles, subir un soleil de plomb pour retrouver mon chemin et revenir au bout d’une heure et quart à la maison.

Espagne 2003 (335) Un olivier ressemble toujours à un autre olivier

Le reste de la journée et des vacances fut organisé autour d’un footing le matin et du glandage de niveau supérieur à la piscine municipale en extérieur mais au delà de ce programme tout à fait extraordinaire, j’ai quand même découvert des gens et des lieux, j’y reviendrai.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s