Mon français et autres digressions

On me le reproche souvent, enfin régulièrement, je fais des fautes de français. Je le sais depuis longtemps, j’ai des lacunes en grammaire et orthographe. C’est d’ailleurs l’une des raisons de ce blog depuis quatre ans : améliorer mon français scriptural. Il faut dire que le français est une langue complexe bardée de règles et d’exceptions qui confirme la fameuse règle. Règles que j’ai apprise au primaire et au collège principalement, le lycée étant consacré au coté plus littéraire que technique de ma langue natale. Le français demande, à mon avis une pratique régulière pour éviter les lacunes et de tomber dans ses pièges.

f1

Malheureusement pour moi, j’ai eu très tôt des difficultés dans son apprentissage. Au début du primaire, je prononçais très mal certains mots et j’ai du aller voir l’orthophoniste. Effectivement, je confondais les mots ou j’avais du mal à les énoncer correctement, d’une certaine manière je n’appelais pas un chat, un chat [plus exactement j’appelais un bœuf, un beu]. Avec le recul, mes difficultés venaient de l’inversion de certains lettres d’un point de vue phonétique et de problèmes de prononciation. Je confond le « V » et le « F » de « vont » et « font » ou encore ma mauvaise prononciation peut me faire prononcer « grand-mère » à la place de « grammaire ». Ces difficultés d’articulations se sont répercutées sur mon écrit d’où la plupart de mes fautes. Rajouter à cela, mes difficultés de concentration qui me font faire des erreurs de participe passé ou le rajout ou l’oubli de pluriel.

f2Résultat au collège, je cumulais régulièrement les zéro négatif [j’avais en dessous de zéros ce qui est assez fort] en dictée et ce malgré une rédaction prolifique en composition du à mon imaginaire. Le constat est simple : j’ai les lacunes profondes dans ma langue maternelle. Mes études étant axés sur les chiffres, ce défaut ne m’a jamais trop touché pourtant j’aime lire mais je lisais sans faire attention aux mots, seul l’idée, le contexte, l’histoire m’intéressait. Puis finalement, j’ai voulu être enseignant et mes qualités grammaticales ont du être revu à la hausse car en plus de réussir l’examen, il me fallait devenir irréprochable pour être un exemple aussi. D’où des relectures de mes copies, de mes notes, de ce blog, des ré-apprentissages, des réflexions de mes proches qui me permettent de retenir mes erreurs, une lecture plus attentive pour lancer une action corrective.

f4

Depuis quatre ans, ce blog m’aide à progresser en français, dans le style et dans la syntaxe, je lis beaucoup plus qu’avant. Certes les fautes sont encore là mais moindre et quand je repasse sur certaines notes anciennes, je recorrige ce qui a besoin de l’être. De plus je connais mes fautes, du moins celle que j’ai l’habitude de faire, il m’est donc plus facile de les repérer et de les corriger. Mais cela reste un travail constant et difficile mais utile.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :