Ma vie dans un plâtre

Depuis mardi, je réapprend tous les gestes du quotidien, surtout que j’ai décidé d’aller travailler avec mon plâtre. Comme vous pouvez l’imaginer avoir une jambe plâtrée est source de pas mal d’inconvénients dans les moindres opérations de la vie de tous les jours. Je dois coordonner et penser toutes mes opérations afin d’éviter la douleur ou de tomber au sol. j’en veux pour exemple : le petit déj.

plateau -“Mais la vraie question c’est comment le transporter…”

Arrivant avec mes deux béquilles et à cloche pied dans la cuisine à moitié réveillé puis saisir le cacao, le lait et le bol est un vrai tout de passe passe sauf quand on vous a tout préparé au préalable. Enfin jusqu’au mélange des ingrédients ça va!! Mais qu’en est – il de l’insertion du bol dans le micro-onde remplit de lait à une seule main et sur un pied? Et de son transport jusqu’à un lieu calme et plat pour le déguster? Avec une jambe en l’air et les deux mains sur les béquilles et un chat aimant, autant dire que c’est un véritable numéro d’acrobate pour déguster son choco [je laisse vagabonder votre imagination sur ces propos].

La douche est l’opération la moins dangereuse et vu que je suis souple. Je peux me permettre de m’assoir dans ma douche une jambe hors de la cabine et l’autre repliée au niveau de ma tête. Certes, je me lave partout sauf au niveau du plâtre et pour tous les anciens plâtres, vous me comprendrez : ca gratte. L’opération popo, quant à elle,  est digne d’un challenge. Certes, j’ai des escaliers dans les toilettes et à la base : c’est la classe mais autant dire qu’avec une jambe en moins, c’est moins beaucoup glam. Car quand j’ai enfin stabilisé ma position en face du WC, il me faut me positionner pour agir. S’assoir, c’est à dire faire demi-tour, baisser son pantalon et s’installer ce qui demande vitesse et précision.

Chat souplesse« Tout bien réfléchis, c’est facile de se laver comme un chat »

Le plus hard reste de se rendre au lycée. En temps normal, la gare est à peine à 10 minutes à pied. Mais tendu sur mes béquilles, trainant mes 83 kilos à bout de bras. Ces dix minutes se transforment en vingt et sont un enfer pour mes bras et mes épaules. Le train n’est qu’une longue pause avant d’aller jusqu’au lycée où je me traine encore 20 minutes. Je muscle et j’endurcis mes bras et mes épaules à chaque mouvement car la veille, mes courbatures se relançaient.

Scarface« Tony Montana est exemple pour la profession »

Et la question que tout le monde se pose : « Pour faire cours, comment tu fais? » Alors là aucun problème. J’arrive en salle et je pose mes fesses avec du bol j’ai un vidéoprojecteur qu’un gentil “nélève” allume pour moi et hop c’est parti pour une heure ou plus si affinité. Ouais… je sais ça fait rêver. Bon la suite de mes aventures plâtré Jeudi 31 car je retourne à l’hôpital pour « peut être » me retirer le plâtre.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s