Mes élèves et leurs nouvelles techniques de triche

J’ai toujours flippé de tricher. Déjà que j’arrivais pas à sécher les cours…question de moralité je suppose. Tricher n’était pas envisageable, regarder sur le voisin à la rigueur mais suite à une reprise de volée de mon prof de physique en 4éme, je n’ai jamais retenté l’expérience. Mais depuis les choses ont bien changé

Comment-tricher-aux-examens -“Comme quoi, il est toujours intéressant de regarder sous les jupes des filles…”

A mon époque et même toujours maintenant, le petit papier dans la trousse, la classique règle en fer de 20cm avec le cours inscrit au crayon ou celle couverte de Blanco en passant par les plus originales à même le corps ou les plus téméraires avec le cours dans les copies ou sur les genoux. En vieillissant et passant prof, nous sommes transformés en détectives pour bloquer la moindre technique de triche, mais depuis mon lycée [en 1993 –1996], les méthodes ont beaucoup évolué.

Lors de mes études supérieures, la méthode la plus perfectionnée était la calculatrice. La mémoire permettait de contenir l’ensemble de mes cours synthétisés et résumés [après le bac j’ai compris que tricher c’était se mettre au niveau des autres]. Le seul inconvénient c’est que les cours ne nécessitant pas de calculatrice étaient exclus. Donc l’apprentissage était le meilleur des plans mais depuis la technologie a beaucoup avancé et les méthodes dépassent l’imagination de nos chers proviseurs.

concours-salle-d-examen-education_267– “C’est le problème quand on recopie, on ne sait pas s’arrêter..” 

En particulier grâce au Smartphone et l’accès à Internet. Nos jeunes misent tout sur Wikipédia. Eh oui,  chers collègues, l’élève qui est bon n’est peut être qu’un très bon chercheur sur Google. Cette technique sans bruit, discret [enfin tout dépend de la “éléphant attitude dans un couloir” de l’élève et sachez qu’ils sont nombreux], exécutable en plein cour, DS ou examen est une plaie contre laquelle nous luttons [et vive les brouilleurs!!]. Mais la dernière en date ne manque pas de “couilles”.

Hier matin, mon collègue de l’université m’appelle. Son message me demandait si j’avais bien reçu son mail concernant le devoir de mi-semestre de la Fac. Surpris car n’ayant reçu ni mail ni aucun avertissement, je fais le tour de mes adresses mails professionnelles et privées ainsi qu’une vérification des SPAM. Rien. Pas de mail. Je rappelle pour lui dire que j’ai fait chou blanc et j’apprends que j’ai envoyé un mail lui demandant le sujet et la correction.  L’adresse mail était bien à mon nom mais pas le bon fournisseur d’accès. La tentative est belle et elle est passée. J’espère pour eux qu’ils ne seront pas pris car usurpation d’identité, triche à examen officiel. Je pense que leur dernier diplôme sera le bac surtout que remonter une adresse mail avec un IP, ca ne sera pas trop compliqué…

X-Men-First-CLass-Professor-Xavier-James-McAvoy-570x379 – “le docteur Xavier n’était pas forcément tout blanc…”

Et je ne suis dans le métier que depuis six ans, j’ai encore de belles années devant pour la découverte de techniques de triche…

Publicités

4 commentaires

  1. pas mal du tout et ça se trouve le fraudeur a fait des fautes dans son mail pour faire plus vrai 🙂 (je suis médisant dans ce paraphe tu n’en as pratiquement pas fait)
    bon sinon au rayon smart phone ya aussi le smart phone dans l’écharpe qui est restée sur la table (pas discret au mois de juin je le conçois)

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s