Mes arguments pour ne pas annuler notre voyage au Japon

Cet été, je dois partir au Japon. Depuis le 11 mars, suite à un tsunami dramatique pour l’archipel Nippon [28000 morts, paix à leurs âmes] et un problème nucléaire, je me suis posé beaucoup de questions sur le fait d’y aller ou pas. Dans un premier temps, je me suis dit c’est complètement mort puis je me suis informé, renseigné pour savoir si partir au Japon est possible et s’il y a un risque. Pour me renseigner, je ne me suis pas basé sur la ou les autres chaines d’informations qui demandaient à chaque réplique si c’était la panique au Japon ou si on allait tous mourir. J’ai diversifié mes sources : les sites d’actualités indépendants ou non, Francais et Japonais, les sites écolos Greenpeace ou Criirad [le plus alarmiste de tous],des blogs d’actu sur le Japon comme Kanpai!, des blogs de gens vivants au Japon, ou de personnes retournant au Japon et un peu de bon sens, d’analyse et de recul.

Depuis mi-avril, les indicateurs passent au vert. Il y a donc de grandes chances que je parte au Japon car plusieurs choses font que ce voyage ne comporte pas de risques majeurs pour ma santé ou ma vie [si on est extrémiste].

1er argument : Les autorisations gouvernementales Française et Japonaise.

Je me suis renseigné auprès du ministère des affaires étrangères qui autorise les voyages touristiques au Japon depuis le 15 avril. Puis sur le site de l’office du tourisme japonais qui fournit aussi une FAQ expliquant pourquoi c’est autorisé.

2éme argument : Mon voyage

J’avais prévu lors de mon voyage au Japon de visiter Tokyo et le sud du Japon : en gros, voilà le résultat :kanpai.fr Les lignes rouges représentent  le voyage que je dois faire. Et vu que je ne fais pas un voyage à sensations, je ne vais pas au nord-est dans les zones des séismes ni près de la centrale [qui se trouve à plus de 500 km de Tokyo] mais au sud ouest [à l’opposé]. Si la centrale de Nogent sur Seine explosait cela voudrait dire que l’on partirait à Clermont-Ferrand puis à Angoulême et Bayonne.

3éme argument : La radioactivité.

La radioactivité est dangereuse, ça c’est une certitude, mais à partir d’un certain niveau ça c’est une autre certitude. Il faut savoir qu’il y a de la radioactivité à l’état naturel partout. Là en ce moment vous êtes soumis à de la radioactivité. On l’est tout le temps. La dangerosité vient quand la radioactivité dépasse des seuils très importants. Justement les taux de radioactivité à Tokyo et dans les autres villes du Japon que je veux visiter sont soit égaux soit inférieurs à ceux de certaines villes de France. Juste pour exemple,  pour le 21 avril 2011 :

– Tokyo : 78 NanoS par heure

– Avallon (ma ville d’origine) : 100 NanoS par heure

– Toulouse : 100 NanoS par heure

– Rennes  :90 NanoS par heure

– Chalons Sur Saône : 70 NanoS par heure

– Paris : 30 NanoS par heure

– Reims est compris entre 80 (Chalons en Champagne) et 90 (Soissons) par heure

Plus de renseignements sur le site de IRSN. Il y a aussi une jolie carte, où vous pouvez voir le taux de radioactivité naturelle de chez vous. Donc oui je risque plus d’être irradié chez mes parents qu’à Tokyo. De plus, il faudrait que la radioactivité par heure soit multipliée par 1 000 000 pour qu’elle ait un impact pour la santé.

Il faut rappeler que l’humanité fait exploser des bombes nucléaires dans l’atmosphère depuis 1945, alors la centrale de Fukushima n’est qu’un pic dans ce qui existe déjà. De plus, les rejets de radioactivité sont bloqués depuis le 20 mars donc les risques sont limités hors zone des 20 km autour de Fukushima [je serais à plus de 500km]. Un dernier lien qui confirme mes dires ici, en comparant la radioactivité du Japon en ce moment et de la France.

A partir de ce moment, il y a deux directions à suivre: les pro-nucléaire qui diront que l’on ne craint rien ce qui est faux et les pro-écolo qui pensent qu’on va tous choper un cancer et qu’il faut éviter de polluer ce qui est impossible [pollution naturelle difficile à réduire]. Il faut un juste milieu en réduisant les risques et en diminuant la pollution.

Si je pars, j’éviterais toutes formes de risques grâce aux informations quotidiennes, je pourrais anticiper dans la mesure du possible les risques. Au final, le seul risque que j’identifie est le stress de ma famille qui reste en France, elle sera quand même à plus de 10 000 km de Fukushima.

Publicités

2 commentaires

  1. Bonjour, étant dans le même situation je m’inquiète davantage pour l’alimentation contaminée, qu’en pensez-vous?

    1. Hello, je pense que la nourriture est surveillée, du moins autant qu’en France voire plus du coup. d’aprés ce que j’ai lu et entendu, tout est indiqué et je pense (et cela n’engage que moi) que les risques sont limités à ce niveau.

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s