Mon épreuve de philo

Jeudi, j’étais de surveillance du bac, il est certain que c’est de loin l’activité de l’enseignement la moins passionnante qui existe. Regarder durant quatre  heures des élèves disserter sur des sujets aussi variés que l’art, la loi ou la conscience n’est pas une activité des plus enjouées ni des plus actives. Il faut donc s’occuper et pour ma part j’observe ces candidats.

watching -“une surveillance extrême”

Une vingtaine d’élèves en face de moi disposant du strict minimum sur leur table en raison du couvre feu anti-smartphone qui est mis en place dans l’éducation nationale.  La vigilance est de rigueur depuis que l’on a découvert que les élèves [pas si honnêtes que ca au fond] pouvaient aller sur le net à la conquête de réponses ou de corriger en ligne durant leur épreuve. De ce fait, une loi martiale est mise en vigueur.

51-7-“Jean-Kevin n’aurait pas du regarder l’heure sur Smartphone” 

Face à moi une vingtaine de filles d’ailleurs, normal pour une classe de STS2S, élèves destinées aux carrières sociales, écoles d’infirmières et autres services sociaux. Enfin vingt filles sauf un, un garçon perdu au milieu de toutes ces filles prête à confusion : gay/gay en devenir/gay refoulé/prédateur [rayez les mentions inutiles]. Je les regarde tous de ma chaise. Mon regard porte sur ma gauche, je remarque quelque chose d’amusant. Toute la rangée de gauche est composée de clones : filles de 18, 19ans, brunes ou châtains foncés, portant un jean soit noir ou bleu, un top noir avec ballerines aux pieds. La tendance vestimentaire du moment qui n’encourage apparemment pas l’originalité, ni l’affirmation de soi.

clone%20troopers-“En fait la guerre des clones s’est juste un crêpage de chignon” 

Le temps s’écoule doucement à quoi peuvent bien réfléchir ces élèves. A leur sujet, combien de temps il leur reste, que demain il y a histoire géo, que c’est mort alors pourquoi insister, qu’est ce qu’il y a la télé ce soir, je veux mon portable. Des sujets surement très variés, je passe entre les tables, admire les brouillons dûment remplis et les premières introductions sur la feuille officielle. Je me plonge un peu dans mon livre, on est deux par salle, mes chapitres sont courts je peux vite revenir à ma surveillance. Au bout de trois heures de composition, les premiers départs arrivent. Je commence mes pronostics pour savoir qui va sortir le premier ou le dernier. La salle se vide peu à peu, les élèves se relisent, numérotent leurs pages, corrigent et se lèvent enfin tendant leurs copies l’air hagard et en même temps soulagé. Ils signent, on vérifie une dernière fois leur copie, ils partent, le sort en est jeté.

La première épreuve pour mettre fin à leurs études secondaires est passée.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s