Mon club de striptease

B.A.P.A. – Rapport N°752

– Tous les événements sont réels, ils ne sont ni modifiés, ni déformés. ils ont été validés et accepté par le B.A.P.A ( Bureau d’Autorisations des Petites Amies)

– Le B.A.P.A.  a validé de façon exceptionnelle le déplacement dans le lieu principal. Les conditions de séjour sont décrites et réglementées par le B.A.P.A., tout défaut serait sanctionné.

– Ce déplacement ne sera donc pas amené à se reproduire sans avertissement, ni autorisation du BAPA.

– Aucun prénom ou nom n’est réel afin de préserver l’identité des personnes suscitées.

 Vendredi 1er Juillet

Comme prévu en ce premier weekend de Juillet, j’allais me rendre à la Japan Expo toute la journée du samedi. Mais contrairement à nos habitudes, l’homme dont on ne doit pas prononcer le nom voulait arriver la veille à Paris pour se rendre chez une connaissance locale. Officiellement pour le soutenir, officieusement pour se rendre au Hustler Club, les deux étant totalement compatibles selon lui. Ayant peur d’avoir compris vers quoi nous nous dirigions, j’ai cliqué sur le fameux lien, j’ai compris que l’on n’allait pas n’importe où mais dans n’importe quoi, ce club n’est qu’un club de striptease sous franchise du plus grand magazine de cul américain.

Dans un premier temps j’ai manifesté mon désaccord, voir des filles montrer leurs seins ne m’intéressent pas. Etant en couple, trouvant ce genre de lieu plus que malsain, n’étant pas en manque et ne me sentant pas en mode DSK pervers, je n’avais pas trop envie de voir d’autres poitrines que celle de mon amie. Mais l’homme dont on ne doit pas prononcer le nom a aussi un super pouvoir : la conviction. Et donc il a vendu cette soirée à sa chérie et à la mienne comme une sorte de Disneyland du sexe soft sans aucun risque que l’on nous aborde. Une chose dont je doutais fortement. Bref mon amie étant convaincue, nous voila tous les trois partis pour l’Hustler Club.

Duke nukem-“ Etre ou ne pas être Duke!!”

Arrivés vers 23h30 devant le bordel “club de striptease”, pas trop loin des Champs-Elysées. Trois gardes du corps nous passent en revue et valident notre entrée malgré nos tenues négligées. Dés l’entrée on rentre dans le vif du sujet : ambiance feutrée, type boite de Las Vegas où le héros burné doit rechercher un quelconque sous-fifre. Au passage en caisse, je reçois une gifle de 30 euros mais avec consommation offerte [la meilleure formule]. Lors de la pénétration dans la salle, nous sommes accueillis par une hôtesse, une sorte de matrone plutôt classe qui se veut être notre conseillère particulière si nous voulons une table [traduction : débourser 200€] ou un “show” [traduction : débourser 570€]. Nous nous dirigeons vers le bar, nous croisons une ribambelle de filles à moitié dénudées portant le string strict minimum sur elles pendant que deux autres tapaient du lap dance sur la piste. Evidemment, la salle était remplie de mecs les yeux rivés sur les filles qui avaient pour seule tenue une ficèle cachant l’essentiel.

Nu_sexy-“On va essayer de les regarder dans les yeux…”

Au bar, on comprend vite que l’on ne pourra pas s’asseoir à une table. La table c’est une bouteille, et une bouteille c’est 200€ minimum, donc nous profitons de notre boisson offerte car je m’aperçois que la consommation est à 20 euros [18 pour un soft]. Etant dans la place, il ne nous reste plus qu’à observer, mes deux comparses totalement à l’aise se rinçant l’œil sur les danseuses ou les filles se baladant dans la salle. Le public est facile à cerner : vieux ou jeunes mateurs [avec écart type entre les 18 ans fils à papa et les vieux retraités bourrés de thunes] se faisant plaisir ou faisant style de draguer de la coquine, des vieux invitant des jeunes, des touristes dans le Paris coquin, des enterrements de vie de garçons. La majorité sont en costards, certains avec l’œil bovin où il ne manquerait que le filet de bave pour compléter leur portrait de pervers en manque.

pedobear-“Une chance que Pedobear était occupé…”

Normal en même temps, tout ce petit monde n’est là que pour les filles. Elles se distinguent en trois groupes : celles qui tournent pour se faire offrir un verre, taper la discute et essorer définitivement le portefeuille des clients, les autres qui dansent au centre de la salle et les dernières réalisant des show privés où elles se frottent aux clients. Le tout selon un turn-over bien établi. Comme je le disais plus haut, les filles sont dans le plus simple appareil : robe moulante, décolleté de folie, sous-vêtement, chaussures de films porno [traduction : chaussures compensées transparentes à talons de 15cm] ,le tout doit pouvoir se retirer facilement lors du striptease. D’ailleurs, il y a un large panel de filles [Il s’agit ici de marchandises et donc de produit adapté au client] : entre la blonde au gros seins, les siliconées, les vraies, les brunes, les femmes enfants, les matures ou MILF, les un peu fortes, les carrément minces, le tout bien lisse et en évidence. LA question : Est ce que le choix de carrière entre le Porno chic et le club de striptease a été fait? Les clients ont le choix et les filles font tout pour capter les regards, je bombe les fesses, je croise je décroise les jambes, je mets en évidence mon décolleté. Le coup de grâce est donné dès qu’une des filles capte le regard d’un client. Résultat : notre homme dont on ne doit pas prononcer le nom et OM-man ont eu le droit de discuter avec des personnes peu vêtues avec de grosses poitrines. Vite parties d’ailleurs car nous n’offrons pas de porte-monnaie adéquat pour leur payer des verres et mes amis étaient très absorbés par l’effeuillage central..

Justement le centre d’attention de tous les regards, c’est la pole dance : une barre, une fille un show de 3 à 4 minutes. Durant ce temps, la fille se dessape et nous montre ses boobs [faux ou vrais, c’est selon]. entre les paresseuse se frottant à la barre et ne bougeant quasi pas et celles qui étaient ceinture noire de pole dance avec triple salto, horizontal à la force des cuisses sur la barre, grand écart à la verticale et autres acrobaties défiant la gravité [et tout ca en string madame] en mimant diverses positions impossibles à réaliser. Cela me laissait soit perplexe, soit complètement abasourdi face à la performance. Pendant que certaines occupaient l’attention de tous, on pouvait apercevoir certaines faire des show à des groupes  en faisant du frotti-frotta des plus indécents sur certaines tables.

Poledance -“Et maintenant la toupie thaïlandaise”

Au bout d’une heure, lorsque mes compagnons s’étaient suffisamment rassasiés de fesses et de seins, nous quittâmes les lieux à mon plus grand soulagement. Autant dire que c’était assez gênant surtout quand on est en couple. Célibataire, le trip peut être amusant mais si on est intelligent, on se rend bien compte que l’on ne tirera rien de ce genre de filles et de plus on passe plus pour un pervers voulant mater qu’autre chose. Enfin, une chose de faite, si cela peu faire plaisir à mes compagnons, ils pourront s’en vanter, enfin je crois…

Ah oui, J’oubliais, la musique était bonne mais vraiment!!

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :