Séville, Andalousie – Mon bar de Flamenco

DSC_0509Le réveil fut difficile tellement la nuit fut bonne. Une clim efficace et silencieuse, lit confortable et chambre silencieuse. En clair, mon hôtel valait vraiment le coup avec son charme fou placé à coté du centre historique et coincé dans les ruelles tortueuses de Séville.

Ma journée devait démarrer avec un petit déjeuner original. Donc j’ai remonté le quartier de l’Alfalfa pour manger DSC_0524des gâteaux confectionnés par les sœurs du couvent Sainte Inès. j’entre dans une petite cour sans âme qui vive et je me diriges vers un support à plateaux tournants. Après avoir sonné, une sœur me demande ce que je désire. Je tente de baragouiner mon espagnol LV2 face à un plateau tournant pour commander Madeleines rondes et torta au chocolat. Le contact est juste sonore conformément aux vœux des sœurs. Je reparss avec plus qu’il n’en faut de gâteaux [deux douzaines pour 7€]. Gâteaux délicieux et bien sucrés d’ailleurs.

DSC_0533La première étape de la journée est la visite de la cathédrale de Séville, l’un des plus grandes au monde et aussi connue pour la tour qui l’accompagne : la Giralda. Entre temps, Je me fais choper [littéralement] en bon touristes pour nous lire l’avenir par des gitanes.DSC_0557 Pour être exact, on m’a pris le poignet , ouvert la main et on m’a lu les lignes de la main en espagnol. Alors je ne vous le cache pas : Des enfants intelligents [deux pour être exact], de la thune à foison, l’amour mais [et oui forcément, il y a un mais parmi tous ces merveilleux événements] si je veux avoir le bonheur et bien il faut que je lâche 5 euros sonnant et trébuchant. Bon, je fais une croix sur tout ça n’ayant pas de monnaie mais surtout sentant l’arnaque à plein nez, je n’ai payé mon bonheur qu’un modeste 1€ [c’est la crise ma pauv’ dame]

DSC_0555Après cette péripétie, j’entre dans la cathédrale. Elle est immense mais vraiment et surtout magnifique grâce à un habile mélange d’ambiance gothique, romane et musulmane. L’intérieur du bâtiment est impressionnant. Je m’arrête devant le mausolée de Christophe Colomb. Puis je grimpe au sommet de la Giralda. DSC_0601Cette immense tour est l’ancien minaret de la mosquée de Séville. Elle donne une vue imprenable sur Séville et ses alentours. Je profite de la vue que j’ai sur la ville par ce temps radieux.

Le temps de se poser un peu à l’hôtel et vers 15 heures direction, un petit bar à tapas dans le Quartier de Santa Cruz à deux pas de l’Alcazar et de la cathédrale. La Goleta a été ma cantine. Petit bar à tapas sympa avec de belles portions et surtout j’ai dégusté au soleil à l’ombre des orangers.DSC_0634 Je me suis ensuite déplacé vers la Casa de Pilatos. L’une des plus belles demeures de Séville parait-il. Mais surtout c’est gratuit le mercredi après midi pour les ressortissants européens [et on est mercredi ET ressortissant européen, cool!]. Il faut l’avouer la maison est jolie avec un sympathique mélange de toutes époques qu’a connues Séville : des bustes d’empereurs romains, des statues grecques, de l’art mudejar, du style sévillan et musulman. Mais l’atout majeur de cette maison est un de ses tableaux particulièrement surprenant.

DSC_0666je suis tombé dessus sans vraiment faire attention. Un tableau et deux hommes dessus. Puis on me fait la remarque que l’un des hommes donne le sein [une sacré poitrine en plus…]. Effectivement, très étrange. Après lecture de l’explication, il s’agissait d’un couple homme et femme. La femme a eu la particularité d’avoir la barbe qui s’est mise à pousser à l’âge de 37 ans. On va dire impressionnant [et donc toutes ses blagues sur les hispaniques s’appuient sur des faits historiques…]. Je quitte les lieux sur cet étrange tableau portant le nom de “femme à barbe”, pour nous diriger vers le musée du Flamenco.

DSC_0687Qui dit Séville, dit Flamenco, c’est incontournable. Le musée [qui se trouve à 150m de notre hôtel] offre des réductions si on a le guide du routard [ça tombe bien on l’a aussi]. Ainsi nous avons pénétré le monde mystérieux du flamenco. Le musée est surtout une suite DSC_0690de vidéo, de musique sur l’univers, les styles et l’origine du Flamenco. J’ai découvert des artistes, l’histoire, plein de choses très intéressantes. Pour les plus motivés, il y a même des cours de flamenco. Je termine notre visite de Séville en me promenant dans les vieilles rues, un peu de shopping, des rencontres improbables [mais c’est Sonic que je vois là haut]. Une fin d’après midi en beauté.

DSC_0701Puis à partir de 22 heures, je me suis dirigé vers mon bar à tapas de la soirée : La cava del Europa. Le meilleur bar à tapas dans lequel j’ai mangé. Les tapas sont tous abordables [vu le prix et ce que j’ai mangé c’est carrément pas cher] mais bon, bon, bon!! Autre point positif, ils sont super originaux et parfois primés. Oublié le jamon sur une tranche de pain. Ici c’est une morceau de bœuf argentin avec sa sauce au fromage et ses morceaux de biscuit, des fritas bravas peu grasses avec une sauce hors du commun, du Queso fondu avec du raisin et du miel et j’en passe, vous l’avez compris ça déchire.

DSC_0703La soirée ne faisait que commencer car il fallait finir en beauté mon petit séjour. A travers les rues de Séville je suis allé à la Carboneria [non, ce n’est pas mon double négatif prononcé en espagnol]. Ce bar propose des concerts de flamenco. l’entrée blanche avec sa vieille cheminée ou ses grandes tables en bois, nous amène dans un salle beaucoup plus grande. Les ventilos tournent pour tenter de réduire la chaleur des dizaines de personnes présentes. DSC_0711Dans une chaleur moite, des touristes mais aussi des locaux sont présents pour écouter, voir les artistes danser et chanter. Le temps de prendre une consommation et nous découvrons ébahis, le chanteur de noir vêtu se lancer dans un chant fort et accrocheur. J’étais bouche bée et la chanson était prenante et forte. Parfois la danseuse se levait pour se lancer dans un flamenco déchaîné qui claquait et m’hypnotisait. Époustouflant.

DSC_0727Je quitte ce petit bar sur fond de musique, jouée par un artiste seul avec sa guitare. Le temps de rentrer à l’hôtel et de parcourir encore une fois les rues enchanteresses de Séville. Le lendemain c’est au Calenteria avec Churros et un chocolat chaud bien épais que je ferais mes adieux à cette bien jolie ville.

Bonus Saint Seiya :

J’ai pu faire allégeance à Athéna durant mon séjour.DSC_0655

Publicités

2 commentaires

  1. Bon, j’ai l’impression que ce n’est pas à Séville que je vais faire régime…
    Heureusement, je compenserai un peu en arpantant la ville à la découverte de tous ses trésors!

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s