Mes bandes dessinées #19 : The Arms peddler

C’est les vacances [la vie de prof quoi] et donc je lis beaucoup [et donc je dépense aussi pas mal d’argent]. Je suis donc retourné donner mon argent à Bédérama, question de survie. J’avais envie de lire The Arms Peddler car j’avais entendu je-ne-sais-où une critique positive, la couverture me plaisait, j’avais envie de lire du dark fantasy et que le feuilletage des pages m’a donné envie de le lire. J’ai chopé les trois tomes sortis en France et après lecture, j’en redemande car The Arms Peddler, c’est bien, c’est même très bien.

garami

L’histoire nous plonge dans un monde post apocalyptique. Le monde tel que nous l’avons connu a été réduit à néant par un conflit nucléaire, ne laissant qu’une lande désertique où l’humanité essaye de survivre. Le récit commence de manière violente, on assiste au massacre de la famille du héros, Sona. Le jeune garçon est laissé en vie juste pour perpétrer la terreur qu’impose le groupe de pillards responsable de son malheur. Alors qu’il est au bord de la mort, une jeune femme lui propose un choix : vivre dans ce monde se réhydratant ou se laisser mourir. Le jeune garçon choisit la première solution dans l’espoir de venger sa famille. Il devient le faire valoir de Garami, une marchande de la Guilde des armuriers. Elle vend la mort à qui veut bien la payer pour obtenir une arme.

armspeddeler

Ce récit noir mélange de la fantasy à une sorte de Ken le survivant en plus hard et sans les techniques du Hokuto. Le jeune héros semble rien connaitre de ce monde dans lequel il vit. Il est d’ailleurs celui qui guide le lecteur car nous découvrons ce monde par ses actions et ses interrogations. Garami, l’héroïne est pleine de mystères, aussi froide que belle, rien ne semble l’effrayer ni la surprendre. D’ailleurs pour la petite info : Garami est terriblement canon, ce qui ne gâche rien. Le héros ne connait rien d’elle tout comme nous. Un point intéressant car nous avançons pas à pas avec le héros.

TheArmsPeddler-nov2011

J’aime bien ce genre de récit où le court de l’humanité a dévié. Proche de nous de part la base sur laquelle il se repose mais tellement différent qu’il offre quelque chose de nouveau. L’univers pourrait se fondre dans un Hokuto no ken sans le kung fu ou un Riot voire un Gunnm sans les mécha [pour les experts, si tu ne connais pas Riot, tu es trop jeune et google est ton ami]. Les trois premiers tomes annoncent la couleur, un récit sans concession où on va de découverte en découverte. L’auteur ne nous distille que quelques éléments de son univers afin de ne pas aller trop vite. Le graphisme est particulièrement bien léché pour un manga et où le dessinateur nous régale des courbes de Garami [qui un tout petit coté Gally avec ses marques sous les yeux].

En clair, si vous aimez les univers apocalyptiques, la fantasy et les récits un peu noirs. Foncez. C’est de la bonne came. Le tome 4 sort en septembre vous pouvez tranquillement vous y préparer.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s