Ostende, Belgique – Mon royaume pour un moule-frites (et un sourire)

DSC_0343Ostende…est une ville balnéaire comme beaucoup, des rangées d’immeubles donnant sur la mer, dénués de charme. Seule la promenade le long de la mer est agréable, les bâtiments sont soit sans aucun charme soit abandonnés. La déception est un peu au rendez vous pour moi. Mais ce qui compte pour mes camarades est de trouver des moules frites. Une quête relativement difficile, vu que les restaurants sont inexistants ou chers. A force de chercher, nous arrivons sur une grande place pseudo commerciale cerclée de restaurants. DSC_0349Mon double, Camille et mon amie s’arrêtent sur un resto en particulier qui malgré un deuxième tour sera le seul à retenir notre attention. Restaurant à la déco douteuse dont le nom en flamand est passé dans l’oubli. La commande passée, nous attendons avec hâte notre repas surtout les trois mangeurs de moules frites à mes cotés. Grande a été notre déception.

La mésaventure de l’après midi à Bruges n’était qu’un début. La région flamande n’a pas été aussi bien que prévu au niveau de l’accueil. Le service dans les différents restaurants que nous avons était entre le “j’en ai rien à foutre de ta gueule de touriste” et le “t’es qu’un con”. Mais revenons à notre repas. Mon plat, un steak, aussi savoureux qu’une semelle, était mangeable mais pour les moules frites ce fut un carnage. Les moules n’étaient pas nettoyées, noyées dans de l’eau avec des sauces fait à la va vite [Une boite de sauce tomate débouchée et versée sur les moules]. Mon amie dégoûtée stoppe rapidement, mon double suit devant son plat sans gout, seule Camille sauve l’honneur en dégustant un peu plus. Nous sommes dégoûtes, DSC_0351c’était dégueulasse. Nous voulons partir, demandons la note que nous voulons diviser en deux. On nous répond que ce n’est pas possible, c’est une note par table. C’est une spécificité belge, la note compte pour la table, impossible de la diviser. Joie. Deuxième missile dans la face, le prix : 140€ pour de la bouffe à peine mangeable. Double joie. Avec en prime un service sans sourire et surtout une impression “vous nous avez BIEN fait chier” très importante. Le repas de la soirée est une catastrophe. Nous fuyons dans une salle d’arcade pour jouer à Street Fighter 2 et Dead of house 4 pour les garçons, un jeu de moto pour les filles, au moins nous nous amusons.

Avant de partir de Ostende, nous rentrons dans le casino sur les bons conseils de mon double. Casino qui pratique le racket [comme l’ensemble de la ville apparemment] en nous soutirant 1€ de vestiaire obligatoire. Je découvre le monde des machines à sous sachantDSC_0373 que j’ai une aversion pour tout jeu d’argent. Je vide donc mes poches soit 2,14€ qui s’envoleront dans les bandits manchots. Seul mon double tente plus longuement sa chance. Malgré nos quelques piecettes investies, nous partons plus pauvres que nous sommes arrivés. On se dit qu’il est temps de rentrer, Ostende a été source de liquidation monétaire. Retour à Bruges.

Mais nous ne avons pas totalement vaincu. Nous avons foi en l’esprit chaleureux de Bruges et des Flamands en général. Arrivé à notre maison d’hôte. Nous décidons de partir boire un dernier verre en ville sans mon amie qui s’écroule de fatigue et préfère aller se reposer. Nous nous décidons DSC_0035d’entrer dans le premier bar venu. Le choix tombe sur le “linbe….je sais pas quoi”. Un bon troquet local. Guillaume demande la carte servi par la tavernière haute d’au moins deux mètre avec un sourire inexistant. Carte qu’elle balance sur le comptoir sans même faire attention à notre existence. Nous commandons, ravis de l’accueil ultra glacial. Nos verres ne sont pas servi mais rapidement rempli et posé aussi vite afin de se débarrasser de la tâche ingrate de nous servir. Joie encore une fois sur le service. Nous installons dehors avalons notre conso puis Camille nous offre la tournée, apparemment un sourire serait apparu sur le visage de la tenancière. Mais ce visage conciliant appartient à la légende.

La journée s’achève mais nous ne retiendrons que le positif [enfin nous allons essayer] entre la beauté de Bruges, notre petit déjeuner gargantuesque, la mer du nord. Au final, le weekend nous laisse d’agréables souvenirs.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s