Mon intérêt pour ce qui se passe à coté de la scène et ce qui ne se voit pas

Je suis un éternel rêveur. Du moins dans certaines situations, mon esprit s’égare complètement. Ce n’est pas un phénomène nouveau. Déjà quand j’étais élève, je rêvais. C’était d’ailleurs la principale remarque de mes professeurs sur mes bulletins. Je n’étais pas attentif en cours, toujours dans la lune. Même parfois dans les couloirs du lycée, mon esprit vagabondait en attendant l’arrivée d’un prof.

Inception

Il y a  plusieurs raisons à mon comportement. La plupart du temps c’est l’inintérêt que je peux porter à certains sujets. Quand j’étais au lycée, aucun peu de mes camarades s’intéressaient aux jeux vidéo ou encore aux mangas [les dessins animés, c’est pour les enfants voyons]. J’écoutais leurs conversations sans vraiment participer [genre les mobylettes et autres trucs d’ado, des sujets dont je me foutais mais niveau Over 9000], plus dans l’idée d’avoir une vie sociale au lycée. En cours, c’était plutôt un manque de concentration car passées les 20 minutes, je trouvais toujours un moyen d’échapper au discours du prof.

Cet esprit vagabond m’est resté. Dans ma vie d’adulte, il reste des situations où mon esprit, mon regard s’échappe. J’ai remarqué que si les lieux sont sombres et bruyants comme en boite ou en concert par exemple, un moment ou un autre je vais m’échapper spirituellement. La musique abrutissante, le fait que je cale rien en anglais font que lors d’un concert, par exemple, mon esprit se déconnecte complet du spectacle. Comme si je plongeais la tête sous l’eau et que je retenais ma respiration et que je contemplais la fond de la piscine. Mon regard porte sur ce qui se passe autour de moi, observant les moindres détails : les groupies qui hurlent, dansent, s’agitent, le câblage nerveux de la scène, les mecs qui surveillent dans un coin de la salle, les caméras de vidéo surveillance, les gens qui prennent des photos, qui s’embrassent. Le son devient vague et se transforme en murmure lointain. Le groupe sur scène perd de son importance mais tout le reste devient omniprésent.

Revebref

Mon regard scanne toutes ces informations et j’ai l’impression de vivre une scène au ralenti comme si le mode réalisateur de cinéma de mon cerveau faisait un long travelling de la vie. Quand j’ai tout observé, mon esprit splitte complètement pour s’enfoncer dans un monde imaginaire généralement où je refais un peu le monde. Enfin surtout où je m’imagine projeter dans mon passé avec l’acquis du présent et comment j’agirais ou encore je refais tel ou tel  manga ou film qui m’a plu, visualisant les possibilités de scénarios et les suites possibles. j’analyse, je réfléchis, je m’évade. Je suis complètement ailleurs.

Vegatadanslespommes

Quand soudain, on me rappelle à l’ordre ou que la symphonie musicale change de rythme. L’enchantement de mon rêve est coupé pour revenir à la réalité. C’est comme manquer d’air ou me tendre la main pour me remonter. On me tire en me rappelant, alors je refais surface. Je reprends conscience, je me replace dans l’espace et le temps. Je m’aperçois que je m’étais échappé quelques secondes voire quelques minutes. Alors je me laisse à nouveau emporter par le concert, par mon environnement, je reviens parmi les vivants jusqu’à la prochaine rechute.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s