Mon TGV creed’s

Ce matin, j’ai la fameuse réunion parents prof de l’année. Vous savez celle où vos parents venaient [ou pas] entendre les doléances que le prof avait à faire sur vous. Doléances qui sont généralement sous deux angles : 1. du défonçage en règle de votre cas ou 2. Envolées lyriques de compliments devant vos géniteurs. Mais avant ça, il fallait que j’affronte de nouveau la neige et que je prennes le train.

TGVcreed1

Pour la neige, aucun soucis mais arrivé à la gare, je m’aperçois que c’est un TGV, moyen de transport interdit à ma personne malgré mon pass travail [oui les pauvres restent avec les pauvres]. J’avais le choix entre payer mon trajet et aller courageusement rencontrer mon couple de parents d’élèves ou fuir avec la bonne excuse scolaire : “oh mais il a neigé, je suis coincé chez moi”. Je décidai de prendre le train [eh oh je suis pas un fumiste!!]

Le TGV arrive, je fonce droit vers les chefs de train qui me renvoient successivement vers le vrai. Celui-ci me pose une seule question : “t’es personnel SNCF?”. Etant trop honnête et surtout aucun moyen de le justifier, je dis que “non” et m’apprête à payer mes 18€ d’aller. Apparemment, le chef de train a d’autres projets et me dit de monter et de m’installer vers ses collègues pour qu’il me fasse mon ticket plus tard.

Je monte, je le suis comme un condamné à mort et m’installe auprès de deux de ses collègues. Puis j’attends comme si j’étais en garde à vue auprès de deux flics. N’osant rien faire, j’attends sans bouger à ma place. Je ne sors ni correction, ni ordi, je ne bouge pas. J’attends ma sentence.

TGVcreed2

Le train part. Les deux agents SNCF discutent de leurs cuisines respectives. Le contrôleur est parti faire sa tournée.  Toujours pas de ticket, ni de tarif. Les kilomètres défilent et arrivé à mi parcours, le contrôleur revient vers nous, lance une blague, déconne avec ses collègues, m’adresse un mot puis repart. Le train aussi. Je n’ai toujours pas payé mon ticket. Le temps passe et mon arrivée se rapproche. L’espoir de ne pas payer cet aller nait, je me dis qu’avec de la chance, ils m’ont complètement oublié.

Arrivée sur Charleville, le contrôleur montre le résultat de ses amendes pour transport non payé. Je me dis que ça va être bientôt à mon tour. Mais le train se stoppe et nous invite à descendre. Le contrôleur me propose de partir. Je ne réfléchis pas, je fonce vers la sortie mettant le plus d’écart entre le train et moi des fois que la conscience pro du contrôleur ressurgisse.

TGVcreed3

Me voilà à l’extérieur de la gare, Je relève ma capuche pour me mêler à la foule et disparaitre à jamais après avoir commis mon méfait.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s