Toronto, Canada – Ma tour de 553 mètres

DSC_0025C’est mon dernier jour à Toronto, mais aussi au Canada. Mon périple s’achève après 11 jours dans ce beau pays. Le programme de la journée est assez chargé du coup : rendre l’appart de Mathilde, le nettoyer, faire une lessive, se promener dans Toronto, rendre la voiture et se rendre à l’hôtel pour une nuit trop courte de toute évidence.

DSC_0037Ce matin, je suis allé à la laverie automatique en bas de chez moi. Le temps de lire les magazines chinois et locaux. Le linge était lavé et et sec. J’ai encore faire gagner des points à mon compte “hôte parfait” vu que l’on ne devait pas laver nos draps. Encore merci à Mathilde. Les valises bouclées, l’appart rendu parfaitement dans l’état. Le reste de la journée sera consacré à Toronto.

Toronto a la gueule de n’importe quelle ville américaine de série. Un quartier d’affaire avec des tours de ouf, des zones plus commerciales ou plus ethniques avec des bâtiments d’un ou deux étages, de la circulation, des étudiants qui viennent te parler de l’Unicef ou de n’importe quel ONG [ils sont partout].

Ma promenade me permet de voyager àDSC_0046 travers le monde. Je descend Little Portugal avec ses enseignes et épiceries portugaises, puis Little Italy, pour terminer à Chinatown aux allures de parfait Shangai. Mon premier détour sympa est Kingston Market. Un quartier haut en couleur avec ses étales de fruits et légumes ou de produits démarqués [ou de jeux vidéo rétro mais dans le doute du zonage, je n’ai pas osé]. Bref, un air de quartier cool hippie avec des couleurs bien voyantes. Très sympa.

DSC_0065La traversée de Chinatown est plus anecdotique : des magasins chinois, écrit en chinois avec des Chinois. La Chine à Toronto, le dépaysement est assuré. Je vois profiler à l’horizon le but de ma journée: la tour CN de Toronto haute de 553 mètres, l’une des sept merveilles du monde moderne, plus d’1,5 millions de visiteurs par an [oui, je vous ressors tout l’argumentaire commercial que je me suis mangé dans la file d’attente]. C’est très impressionnant. Puis en fait l’attente est très rapide, par contre c’est très cher, mais la vue vaut le coup d’oeil.

DSC_0089Propulsés à 336 mètres en moins d’une minute, je peux admirer une vue sur le lac Ontario et sur toute la ville de Toronto. Je prends pleins de photos derrière les vitres, marche sur vitres ouvertes sur le vide. La vue tabasse, un bon souvenir de Toronto avant notre départ.

DSC_0106Puis l’heure avançant, Je décide de rentrer et là c’est un peu le début des [petits] ennuis. Pour rentrer plus rapidement, je décide [m’obstine] à prendre le tram. Pour acheter des tickets nous devons descendre dans la station de métro, malheureusement nos cartes ne passent pas dans la machine automatique. Je vais voir le responsable de la RATP locale qui annonce un débit de 257$ pour deux tickets. Ne comprenant pas ce qu’il disait et pour couronner le tout, il était planté au téléphone. Devant l’impossibilité de payer, je quitte sous les regards furax des usagers la queue [oui parce qu’il n’y a qu’un guichet]. Deuxième station de métro, le mec ne comprend rien et me fait entrer dans le métro, je me dis que l’on fera un transfert et ce sera bon. Mon métro fait un détour pour me déposer une station plus loin que mon départ. Pas de soucis, je prends les tickets de transfert avec marqué en gros “transfert”.

DSC_0110Je sors et attend au premier arrêt de tram que nous croisons. Sur la voie d’en face, un tram, puis deux, puis trois… RIEN dans mon sens. Je décide de remonter à pied la rue. Il est 16h passées, l’heure du rendez vous est mort. il faut rendre la voiture à 17h. Pas de soucis, je vais marcher et dès qu’un tram arrive je le prend à l’arrêt.

DSC_0165Mais lorsque le tram passe, le chauffeur me dit que mon ticket de transfert c’est du caca. Au final, j’ai perdu du temps pour rien. Je dois remonter tout Collège Street à pied. L’énervement est total. J’arrive enfin chez Mathilde, prend mes affaires, charge la voiture et…. Un papier jaune sur le pare-brise…. OH FUCKING GOD, une amende car je n’ai pas garé la voiture à plus de trois mètres de la bouche incendie [je n’étais pas en face mais trop près apparemment].

DSC_0168Bien, me voilà en retard pour rendre la voiture. Je fais le plein, me perds dans Toronto et retrouve enfin mon chemin [oui car j’ai décidé de pas prendre le GPS, hop hoppopop]. J’ arrive enfin près de l’aéroport mais les Ontariens décident de me doubler par la droite et de ne pas respecter mon clignotant, ou alors un semi-remorque décide de slalomer entre les voitures, normal. J’arrive enfin à l’aéroport en prenant d’autres voies. Je loupe d’ailleurs l’entrée DSC_0158des voitures de location ce qui me vaut un deuxième tour de l’aéroport de Toronto.

Je dépose enfin la voiture et prends un taxi pour l’hôtel, je n’ai plus envie de chercher. Par contre l’hôtel est classe : suite de malade avec lit king size, deux TV écrans plats, un salon. En même temps, je n’en profiterais pas beaucoup, demain à 3H30, je quitte l’hôtel pour l’Utah.

La nuit va être courte. Trop.

Publicités

2 commentaires

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s