Mes bandes dessinées #22 : Saint seiya–Episode G

La première série papier tirée d’un de mes mangas préférés a pris fin. j’ai presque envie de dire enfin. Annoncée comme une préquelle de la série de 1986 [l’original]. l’histoire se concentrait sur les chevaliers d’or et particulièrement sur Aiolia, le saint du Lion juste avant le début de l’entrainement de Seiya et ses potes.

saint-seiya-episode-g_aiolia

J’avoue qu’au début j’étais assez emballé par l’idée d’une nouvelle histoire avec un nouvel ennemi et mettant avant les chevaliers d’or voir les autres chevaliers gardien du sanctuaire. Les ennemis, les titans étaient plutôt bien trouvés. Le premier chapitre était très bon car il incorporait les chevaliers dans l’époque contemporaine et non une sorte de monde parallèle qui semblait les mettre hors du temps.

Malheureusement, la suite fut beaucoup moins appréciable. Un discours des Gold Saints redondant sur la capacité des hommes à choisir leur propre destin, qu’ils sont à l’origine des miracles et de l’autre des titans bouffis d’orgueil à qui ont doit allégeance parce que ce sont des dieux. Les ennemis ne sont pas super charismatiques sauf quelques titans. Le chapeau revient au sous-fifres, les géants, qui ne sont que la chair à canon et le degrés zéro du charisme pour montrer la toute puissance des gold saints. D’ailleurs surtout la toute puissance d’Aiolia omniprésent dans quasi tous les combats. Sur la fin du manga, il ne fait que d’enchainer adversaire sur adversaire et semble complètement increvable alors que ses potes le regardent se battre tout en commentant les duels.

C’est bien là le problème à mettre à Aiolia en avant on en oublie tous les autres. Certains personnages sont intéressants mais sous développés et les moments d’éclats du manga sont justement quand on ne nous parle pas du Saint du lion. Restu, le saint du lynx, les apparitions des silvers Saint, les clins d’œil à la série de 1986 sont des courants d’air frais durant les 20 tomes.

saint-seiya-episode-g-1160974

Je ne parlerais pas du dernier combat bâclé, les tenants et les aboutissant non élucidés, les personnages qui semblaient en savoir beaucoup qui disparaissent comme par magie. Un final décevant qui joue beaucoup dans l’appréciation de ce manga. Autre point négatif : la diffusion des derniers volumes complètement chaotique qui ont tué le rythme de la série. Dernier point négatif : le trait d’Okada qui est très fouilli car surchargé de détails. La plupart des combat semble incompréhensible tellement que l’on ne distingue pas dans quelle position sont les personnages ou même savoir ce qu’ils font [donne-t-il un coup de pied? c’est une attaque?]. De plus pour en rester sur la patte graphique, Okada fait partie de ses mangaka que l’on apprécie ou pas. Son trait étant très particulier avec des personnages longilignes et androgynes.

2

L’épisode G prend fin après 20 tomes et comme je l’ai dit plus haut, enfin. Je ne la recommanderai pas au non fan de Saint Seiya car c’est une série qui rentre directement dans cet univers. Le néophyte y serait perdu. Par contre pour le fan qui veut découvrir un autre point de vue pourquoi pas s’il n’est pas rebuté par l’aspect graphique et un scénario bien touffu.

Un manga décevant mais intéressant et réservé aux amateurs. Je sais, je ne suis qu’un sale fanboy mais j’ai aussi mes limites.

Publicités

Un commentaire

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s