Mon nouvel entrainement

Les paroles du personnage de Morgan Freeman dans Million dollar Baby me reviennent régulièrement en tête depuis quatre mois. Celles-ci évoquent l’entrainement des boxeurs, le fait qu’il faut tout leurs apprendre de A à Z, la façon de marcher, de se déplacer, d’utiliser ses poings, de se mouvoir, de bloquer et quand on chute se relever et recommencer cent fois, mille fois, à l’infini. Comme un nouveau-né.

Goku_trainin_in_the_space_ship

J’ai ces paroles en tête car depuis quatre mois, j’ai repris mon entrainement, sérieusement je veux dire. Aussi régulièrement que possible. Déjà j’ai réappris à courir régulièrement, réappris à souffrir, réappris l’effort. Mon corps m’a aussi rappelé à l’ordre d’entrée. Les travaux de l’appart 11 heures par jour, les problèmes, les déceptions m’avaient aussi plus atteints que je l’avais imaginé. Dos en vrac, vertèbres déplacées, déchirures musculaires, le mois de février a été clairsemé de blessures, de rendez chez le kiné-ostéo et le médecin. Avant cette période, j’ai pris du poids, beaucoup ce qui n’aide pas. La malbouffe, la perte de repaire, mon ex-vie commune n’avait pas aidé [bah oui on mange bien en couple…]. J’avançais dans le brouillard, se relever et avancer, ce n’est pas facile. Le mois de février était un mois pour essayer de retrouver une direction à suivre, un but ou quelque chose peu importe.

Perdre du poids était un premier but, réajuster mon alimentation aussi, s’entrainer correctement et sérieusement tout en prenant à nouveau du plaisir, un autre. Mais il fallait souffrir encore, il fallait apprendre, toujours. Alors je me suis tu et j’ai serré les dents. J’ai l’habitude.

Quand le footing fut apprivoisé, quand faire 10km tous les deux jours devenait normal, que le poids chutait un peu. J’ai repris plus sérieusement le taekwondo. S’entrainer le lundi, le mardi, le mercredi, une deuxième fois le mercredi, revenir le samedi. Sept heures d’entrainement. Mes muscles, tendons souffrent. Je n’ai plus 20 ans, je ne suis pas résigné non plus, c’est juste plus dur. Je reprends tout à la base, j’avance, je m’entraine correctement. Je perds toujours un peu poids, je me renforce musculairement, je progresse. On me propose de rejouer au tennis, un sport que j’apprécie. Alors, je reprends, j’ai du temps, je cours, je frappe, je mégacornershot, je gueule, je hurle contre moi, je prends plaisir. A nouveau.

Ma semaine est parsemée de footing, de tennis, de vegeta-giftaekwondo mais surtout de moments partagés avec des personnes, des gens, des amis. 5kg en moins [Soit 5 brick de lait d’un litre, ahahah, mon baromètre de perte de poids]. Plus souple, plus endurant surement, moins essoufflée c’est sur, plus dynamique, moins lent, plus fatigué. Mais mon corps répond encore.

Je dois continuer pour progresser. Toujours. Je dois m’accrocher. Encore. Je dois avancer. Plus loin.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s