Mes bandes dessinées #25 : Blacksad

En 2000, j’avais décidé de découvrir de nouvelles séries de bandes dessinées au hasard de mes feuilletages au sein des librairies. Le hasard faisant bien les choses, je suis tombé sur une BD à la couverture noire représentant une tête de chat humanisée. D’abord intrigué puis subjugué, j’avais découvert une petite bande dessinée qui déboitait : Blacksad. Le héros de la BD, de son prénom John Blacksad, est un chat noir et un détective privé se retrouvant à démêler des affaires pas très catholiques dans une Amérique des années 50/60.

noir-comics-blacksad-via-paul-charles-smith

Autant vous dire que j’ai pris une baffe, une méga baffe, LA baffe niveau graphique. La patte de Guarnido est exceptionnelle. Pour plusieurs choses, il sait humaniser ses personnages qui sont à la base tous des animaux. L’univers n’est qu’une copie du nôtre où tous les personnages sont des humains à têtes d’animaux souvent en rapport avec leur situation [le commissaire est un berger allemand par exemple]. Là où le dessin est bluffant, c’est que Guarnido a su donner des visages humains à ses personnages très expressifs. De plus, ses planches fourmillent de détails, de couleurs, de vie. Le plus impressionnant est la vie, le mouvement qui se dégage de chacune de ses cases. Le mec est un fucking badass du dessin avec une expérience de l’animation qui transpire dans tous ses albums. J’ai été bluffé de la première à la dernière planche de chacun des tomes.

affBlacksad John's Bleus

Côté scénario, c’est Diaz Canales qui s’y colle [c’est un petit duo argentin]. J’avoue que pour le scénario, je suis parfois mitigé car je trouve les histoires trop courtes. Le format 56 pages me laisse toujours sur ma faim mais sans jamais être déçu. En effet, les histoires sont complexes et portent un regard sur différents thèmes : le racisme, l’ultranationalisme, la corruption, la beat génération, etc…. Chaque album raconte une histoire autour d’un thème fort. Mais malgré cette impression de lecture trop courte, j’y trouve mon compte car les histoires sont toujours complexes avec un message toujours très bien amené. Les personnages ne sont ni blancs ni noirs mais d’un très joli gris.

blacksad-4036d48

Autre point très agréable, c’est que la musique, en particulier le jazz et le blues, sont très présents dans les albums. Il y a toujours les paroles d’une mélodie ou d’une chanson comme la BO d’un film qui renforce l’univers de la BD. Alors pourquoi je vous parle de cette fabuleuse BD, j’ai récemment terminé le volume 4 [je me suis aperçu que je ne l’avais pas acheté alors que j’ai  le tome 5]. Je ne peux que confirmer ce que j’ai déjà dit plus haut, c’est de la très bonne bande dessinée. Si vous appréciez les bons dessins, les bons scénarios, l’univers des années 50 et le côté polar et pulp, c’est vraiment fait pour vous. Blacksad est vraiment un chef d’œuvre de la BD moderne.

A lire

Puis le héros est un chat, alors c’est forcément de la bonne BD.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s