Ma légende du cul d’acier

Il y a très très longtemps dans une contrée oubliée aux paysages immémoriaux baignée dans la vigne et la consanguinité, une prophétie fit son apparition. Elle racontait que dans les tréfonds des collines, montagnes et forêts de la Champagne, une colline, plus haute que les autres, permettrait à quiconque la gravirait d’obtenir un fessier dur comme le fer ! Mais seuls les élus qui monteront en haut de la colline du lieu-dit de Mutigny pourront s’assoir sans crainte la malaisance car :

Ils seront devenus des CULS d’ACIERS!!

[EH OUAIS, MA GUEULE!!]

c027

Il s’agissait de la colline de Mutigny. Dans ce lieu où le temps n’a plus court, ce lieu de légende, secret et mystérieux, un lieu où même la voix des dieux se fait entendre, la prophétie se transmettait de père en fils, de mère en fille, de fils en fille, de cousin en cousine bref au hasard des assemblages locaux. Mais l’homme le plus vieux de la colline, un sage parmi les sages, avait demandé de transmettre la légende par-delà l’horizon afin que celle-ci se répandit aux confins de la Champagne. Dans le seul et unique but que les élus se présentent au pied de la colline [et dans l’intérêt de l’économie locale, et ouais Business plan, ma gueule]

Depuis ce jour ancestral, de preux gentilshommes ou gentes demoiselles se pressaient à la dite colline, afin de la gravir et d’obtenir ce fameux don des dieux : le cul d’acier. Mais, ils découvrirent rapidement que la chose ne fut pas aisée. Nombreux étaient les échecs, Nombreuses fut les déceptions, nombreux fut les gens qui chutaient d’épuisement dans leur quête du cul d’acier!!

On racontait de par les monts, que les cadavres de ses malheureux en quête de gloire éphémère,  comme les magasins, s’amoncèlent en bas de la colline preuve de leur échec. Ces cadavres fumants permettaient aux quelques habitants du bourg de fabriquer des capsules de Champagne à partir du métal imparfait formé sur leurs culs. Cette fabrication locale leur permettait de vivre de la vente de ces capsules dans les brocantes alentours. Mais cet avertissement n’arrêtèrent pas les pèlerins, qui de plus en plus nombreux tentèrent sans relâche de gravir la colline de Mutigny : la colline au cul d’acier!

C’est en ce dimanche 13 juillet que se présentèrent deux personnes de la ville, deux personnes similaires mais diamétralement opposées, le bien et le mal, les élus de la légende. Ils gravirent la colline au-delà des espérances les plus folles, passant devant d’autres aventuriers qui avaient tenté l’aventure depuis des années. Mettant un pas devant l’autre, serrant leurs culs rebondis et contractés par l’effort, luttant des heures contre les éléments, ne succombant par à la tentation d’acheter une capsule de Champagne ou l’album de maitre Gims, ils continuèrent de monter vaillamment. Ils gravirent si haut que leur culs endurcis fut d’un acier si robuste que nul ne pouvait leur botter le derrière sans y perdre le pied. Des culs si durs qu’on les surnommerait maintenant à travers tout le monde connu : les culs d’aciers .

Mais nos preux héros n’en avaient pas fini avec la Colline de Mutigny. Toujours en quête d’aventures et de ripailles, ils découvrirent que la colline n’avait pas livré tous ses secrets. Une quête au-delà du réel s’offrait à eux, les emmenant dans un monde oublié de tous mais qui leur promettait un derrière d’enfer pour devenir :

Des culs de TITANES.

Mais cela est une autre histoire, mes jeunes amis, peut-être je vous la conterai…peut-être…

 

Faits inspirés de private joke de mon double maléfique

Publicités

2 commentaires

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s