Chapitre 1 : Un dernier regard–Acte 3

Pour lire l’acte 1 et l’acte 2.

Mon portable s’illumine à nouveau. Nouveau message “Tu fous quoi???, je m’en fous je vais tellement débarquer chez toi!!!!! Genre : bientôt!!”. Mon jeune frère tient toujours promesse, il fallait me préparer à le voir débarquer. Je lui réponds entre deux bouffées de cigarette. : “Marianna m’a quitté. Pour toujours”. Sa réponse fut immédiate : “ Merde. J’arrive. Je me dépêche.”

Nous nous sommes rencontrés au Volver, un bar argentin dans le 6ème. J’y suis allé par hasard avec des amis pour regarder du foot.  L’Argentine jouait un match amical contre notre chère patrie. Mais dans un souci de non conformisme, nous avions décidé de chercher l’ambiance du côté de l’adversaire. C’était aussi le moyen de draguer de la latine comme disait Richard. Elle était là. Habillée du maillot argentin et grimée aux couleurs de l’Albiceleste. Elle était hypnotisée par l’écran, remuant à chaque mouvement de l’attaque argentine. Je l’avais tout de suite remarquée. Elle, absolument pas. Je regardais à peine le match, mais j’ai étayé mes connaissances d’insultes en espagnol car je réagissais à la moindre de ses paroles. A la fin du match, Richard a été la voir. Il a toujours été chiant avec ça. Dès que je regardais une fille, il fonçait pour aller lui parler et me la balançait dans les pattes.  Richard, le grand chevalier en lutte contre ma timidité.

Mon portable sonne à nouveau. Richard, quand on parle du loup. Guy a dû le prévenir. “Qu’est-ce que tu as encore branlé??? Dis-moi que ce n’est pas vrai??? Pour une fois que t’en trouvais une bien. Bon dès que je sors du taf, je déboule. Pas moyen que tu nous fasses ton ermite désespéré”. C’est le premier de la liste…. Je vais avoir droit au conseil des anciens ce soir…Je connais mes amis, ils vont débarquer chez moi et me secouer pour me bouger…. J’en ai pas le courage, ni l’envie.

Je repense à notre première discussion avec Marianna. Richard me montrant du regard, elle amusée par la démarche, me regardait avec ses yeux noirs, ses yeux de chats, tout en souriant. Puis elle s’est dirigée vers moi et m’a parlé en espagnol comme si j’étais un natif. “Es de Buenos aires? Qué barrio?…” Je ne comprenais rien. Sur le coup, j’ai cru qu’elle ne parlait pas un mot de français, alors j’ai essayé d’échanger avec elle, mes années de lycée, mes vacances en Espagne bref, j’ai essayé. Puis elle a ri, un rire magnifique, franc, beau, le plus beau que j’avais entendu. Elle s’est mise à parler français, me corrigea sur mon accent et sur mes phrases pour finir par m’expliquer que mon ami avait raconté que j’étais argentin et que je venais d’arriver sur Paris, je connaissais personne donc ça serait bien de m’accueillir. Nous avons continué à discuter toute la soirée. Elle était pimpante, fraiche emplie de joie de vivre. Nous nous sommes vus, puis revus. Pour finalement sortir ensemble. Je me souviens parfaitement de ce jour, il ne nous manquait qu’un baiser pour officialiser la chose. J’avais fait un truc romantique à la con sur le pont des arts, je lui avais fixé notre rendez-vous, je l’attendais avec une rose blanche. Plus romantique à la noix, on n’aurait pas trouvé dans tout Paris…

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :