Chapitre 2 : Des regards Amicaux–Acte 2

Richard revient après avoir trouvé des bières dans le frigo. Il les brandit en signe de victoire. Il s’installe à côté de moi, décapsule sa bouteille. Puis me lance :

– « Bordel, qu’est ce qui s’est passé ?? Pourquoi elle s’est barrée. ? »

Le tact, la seule qualité que ne doit pas posséder Richard. C’est ce que j’appelle une entrée en matière. Je lui explique que je ne sais pas, c’est parce que je suis nul, parce que je ne sais pas garder une femme près de moi, parce que, parce que… parce que je ne sais pas, j’en sais rien.

dsc_0058

– « Ce n’est pas à cause de l’autre abruti qu’elle a rencontré à son taf, là ? Je ne le sentais pas du tout ce type ? »

Possible…. J’avais rencontré son nouveau collègue lors d’une soirée. Elle avait voulu absolument l’inviter car il ne connaissait personne sur la ville. Un peu comme elle au fond, perdu dans cette cité si peu accueillante. Je ne l’aimais pas. Mes amis ne l’aimaient pas. Personne de l’aimait. Vantard, prétentieux, tout tournait autour de lui. Bref au final, il avait fini sa soirée à parler à Marianna car personne ne voulait plus lui adresser la parole. Vu l’insignifiance du bonhomme. Je ne m’étais pas méfié… Alors peut être… Je ne sais pas, c’est trop facile… Puis Marianna, ce n’est pas son genre. Enfin, je ne sais pas… peut être au fond. Puis Guy me dit :

-« il faut que tu réagisses, dis quelques chose ?? Je sais que c’est la fin du monde, mais dit quelque chose, si elle est partie, c’est que Mari.. »

Louis qui n’avait rien dit jusque-là coupe la parole à Guy. :

-« François, je sais, non enfin, non, je ne sais pas, je pense que ce que tu vis est dur, très dur. Quand on perd quelque chose de précieux, nous avons toujours l’impression que le monde entier s’écroule. Mais il ne faut pas oublier que cette personne aussi importante soit elle, n’est qu’une partie de toi, de ton monde. Il faut que tu sois fort, c’est toujours facile à dire pour moi, pour nous, aujourd’hui, c’est pour toi impossible à entendre ou à comprendre. Mais nous n’allons pas te laisser ainsi, nous allons te relever, tu vas te reprendre et tu vas avancer. Même si mes paroles ne te touchent pas aujourd’hui, même si ce que je te dis en ce moment, tu n’en a strictement rien à foutre, tu vas te battre pour ne pas sombrer, nous sommes tes amis, nous serons là. Tu as toujours été là pour chacun d’entre nous, nous le serons tous quoiqu’il arrive. Alors aujourd’hui, nous allons discuter, t’écouter, y passer la nuit si il le faut. Compte sur nous jusqu’à temps, que tu passes naturellement à autre chose. »

Louis est sûrement le mec le plus droit que je connais, un exemple pour moi. Ses paroles me réconfortent, me touchent, me secouent mais c’est dur. Je pense qu’à une chose, une personne Marianna. Pourtant, je sais aussi qu’il a raison. L’expérience, j’ai 34 ans, Marianna n’est pas la première mais elle a tant compté que je ne peux pas la balayer d’un revers de la main.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :