Chapitre 3 : Un nouveau regard – acte1

Mon réveil sonne, comme tous les matins pour me forcer à aller au travail mais aujourd’hui c’est Samedi. Nul besoin de se lever. Depuis le départ de Marianna, deux mois se sont écoulés. Le temps a filé jusqu’aux vacances d’automne… Je n’ai pas cours et c’est le premier jour des vacances. J’ai encore oublié d’éteindre le réveil pour qu’il évite de me réveiller. Enfin me réveiller, un bien grand mot. Mes nuits n’ont pas été des meilleures depuis ma rupture. Elles se sont justes allongées au fil du temps par manque de sommeil en raison de l’épuisement ou la fatigue. Chaque soir, je ressasse les mêmes questions, les mêmes évènements et à force de ne pas dormir, je m’écroule pour plonger dans un profond sommeil. Mon corps ne tient pas. Mes nuits sont noires, sans souvenirs.

Cette nuit encore, j’ai dormi d’un sommeil de plomb. Sommeil brisé par la voix de France info qui annonce les différentes mauvaises nouvelles. Je n’arrive pas à me rendormir. J’ai les yeux grands ouverts en direction du plafond à me demander ce que je vais faire de ma journée. Seul ou avec la visite impromptue de l’un des amis qui m’empêche de me terrer dans mon appartement. Je tourne et je retourne dans mon lit, j’occupe les 160 cm de largeur du lit. Depuis peu, j’ose enfin dormir de l’autre côté du lit, cette zone interdite durant les premières semaines. Je me réapproprie progressivement l’espace laissé vacant par Marianna. Le chat me saute dessus ce qui parachève de me pousser hors du lit.

IMGP1316

De toute manière, je n’ai rien à faire dans mon lit. J’ouvre les rideaux, la lumière rentre dans ma chambre, je plisse les yeux, je ne suis pas habitué à ce soleil d’automne. La chambre est un vrai foutoir, mes vêtements jonchent le sol, propres ou sales mais malgré cette désorganisation, elle semble plus vide, moins de cadres, pas de vêtements féminins, pas de maquillage qui traine. La pièce a été vidé de toute présence féminine quelle qu’elle soit. J’avance un peu au radar évitant ici et là des pantalons ou des t-shirts, trainant des pieds pour aller à la salle de bain.

Mon visage apparait dans le miroir enfin ce que l’on peut apercevoir derrière ma barbe que je n’ai pas rasé depuis des semaines. Mes cheveux bruns tombent sur mes yeux, on voit à peine leur couleur verte. J’ai le visage fatigué, j’ai maigri. Je me reconnais à peine en même temps, je n’ai pas vraiment envie de me voir, j’ai envie que personne ne me voit, je n’ai pas envie de me faire remarquer mais de me faire oublier, que l’on me laisse tranquille. En arborant ce look de viking mal défraîchi, je pense m’assurer ma pleine sérénité et ma tranquillité. Qui approcherait un gars comme moi. Je veux rester seul avec moi-même

Ces deux derniers mois n’ont été qu’un enchainement de laisser-aller et de fin de cycle. Marianna est repassé pour récupérer ses affaires m’achevant un peu plus. Le moindre de nos contacts partant en cris et crise de rage, de colère. Nous nous détestons, nous ne nous supportons plus, la moindre parole n’est que violence. Est-ce de la haine ou de l’amour qui a mal tourné, je ne sais pas mais je veux plus la voir, je ne veux pas être à son contact pourtant elle est toujours présente dans ma tête entre souvenirs heureux et une haine profonde liée à son départ pour un autre ou une raison incompréhensible voire improbable qu’elle m’a fourni.

Publicités

4 commentaires

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s