Bruxelles, Belgique–Ma BD Franco-Belge

Je vous avais parlé de ma colocation Airbnb… Avec, je dois l’avouer, quelque peu de médisance, j’étais dans l’erreur. QU’EST CE QUE J’AI BIEN DORMI. Certes, des bruits, des chants et d’autres trucs m’ont réveillés mais je me suis toujours immédiatement rendormi. Résultat, c’est avec une grande difficulté que je me suis levé ce matin et surtout tard. Bref ma colocation est une maison des artistes mais on y dort bien, même très bien.

DSC_0045

D’ailleurs, au moment où je tape ces lignes, ma coloc Paola entonne un chant dans la cuisine. Mais revenons à ma journée. Je suis parti à la découverte de Bruxelles et de son centre ville. Déjà j’ai pensé à mon petit déj, je suis allé dans un café nommé le café du commerce – équitable. Près des halles Saint Géry, un ancien marché couvert qui a été restauré en lieu culturel. Pratique pour se mettre à l’abri de la pluie et pour se poser tranquillement devant une expo photo avec son café. Le café, quant à lui, est bon mais il n’y a que de café ou du thé, pas de restauration ou de choses pour accompagner son petit noir équitable.

Je me suis baladé à travers les rues de la capitale belge aux noms les plus improbables qui soit : Marché aux poulets, marché du grain de blé, des martyrs etc… Je passe devant de belles églises, de belles bâtisses art déco, puis devant la bourse puis devant un magasin de produits dérivés de manga…. Où j’ai fait un arrêt conséquent avant de prendre une viennoiserie dans une boulangerie blindée de monde : Chez Charli, non loin, de l’église Saint Catherine. Boulangerie que je recommande avec le Belus, une sorte de pain aux raisins succulent.

DSC_0232

Mes pas m’ont emmené jusqu’à la grande place de Bruxelles : la mairie, la maison du Roy, des bâtiments magnifiques qui sont les joyeux de la capitale. D’ailleurs la place est bondée de monde, preuve de son succès. Ma destination suivante est le centre Belge de la Bande Dessinée. La Belgique est le pays de la BD des années 50 à 80 et reste une référence dans la matière. En tant qu’amateur de BD, je ne pouvais y couper. D’ailleurs mon chemin jusqu’au centre, me permet d’avancer à travers la ville, nous passons place des martyrs entourée de bâtiments blancs. Puis j’ai traversé Les galeries du roy et de la reine, couvertes et bardées de magasins ou de chocolateries. Je me suis arrêté Chez Pierre Marcolini prendre des macarons et un éclair à la framboise [avec mousse de framboise, j’en ai les papilles qui frétillent encore].

Le centre de la BD est intéressant sans être exceptionnel. On y découvre le processus de fabrication de la BD, l’histoire de la BD et les différents styles qui existent en BD franco-Belge. Au final c’est sympa mais assez rapide. Le clou du musée était l’exposition sur les mondes de Thorgal. Etant Fan, c’est un remarquable travail et surtout hyper intéressant regroupant des dessins originaux du dessinateur et des informations sur la BD et l’auteur. C’est un superbe travail car le dessinateur peint ses planches, lui donnant un style particulier. J’ai eu de la chance sur l’expo temporaire.

DSC_0255

Suite à cette visite j’ai continué ma balade à la recherche d’un repas [peu équilibré]. Mais il fut le bienvenu et permis de me poser un peu avant d’aller à la rencontre du Mannenken Pis. La statue est cernée de touristes et elle est toute petite. Au final, on y passe plus car c’est le symbole de la ville, en tout cas plus qu’une réelle œuvre d’art mais c’est tout mignon. Evidemment,je devais manger une gaufre.  C’est chez Dandoy que j’ai dégusté la gaufre bruxelloise et non liégeoise [rectangle VS ovale]. Sachant que tous les trois mètres, on peut s’acheter une gaufre à 1€, c’est vraiment pour la réputation de l’endroit qu’il faut y aller.

La fin d’après midi a été consacré à de la simple balade dans la rue neuve, rue commerçante standardisée de n’importe quelle capitale avec ses enseignes franchisées. Un petit arrêt chez Exky, une chaine bio avec des produits frais a été salvateur. Surtout cette rue m’a permis de me rendre à le Botanique. Une verrière immense avec jardin et café coincé entre les immeubles modernes et un énorme boulevard. Un lieu de quiétude avant le repas du soir et après une longue marche.

Depuis mon arrivée, je n’ai pas utilisé les transports en commun. La ville est grande mais plaisante à traverser à pied. D’ailleurs, mes recherches pour un restaurant sont semées d’embûches. J’ai multiplié les pas et les détours pour trouver le restaurant de ce soir. Un restaurant recommandé est complet et le coréen est blindé. Mais j’ai arrêté mon choix sur la cuisine du pays du matin calme. Je reste patient et debout trente bonnes minutes pour me gaver d’un barbecue coréen et d’un Bibimpap des familles qui déchirent encore nos estomacs.

La journée s’achève, je rentre chez moi, rencontre Paola et je la laisse chanter pour aller me coucher. Demain, une belle journée m’attend.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :