Parce que je lis de l’éco #5 : L’art de la guerre

L’art du management des hommes, c’est aussi l’art de manager ses troupes, de les diriger, de les motiver et face à l’ennemi, le concurrent, l’art de la guerre n’est pas à prendre à la légère. Indirectement cet art s’applique aussi au commerce, au mangement car il s’agit de guerre commerciale.slide-sun-tzu-battle-won-before-fought-001-450x200

Sun Tzu et son art de la guerre sont un classique de littérature en science politique mais aussi dans l’art de diriger une armée [ce pourquoi il a été écrit] mais depuis les années 50/60, c’est aussi une référence dans le management car beaucoup de ses principes sont applicables de nos jours aux personnes et à la stratégie de l’entreprise pour lutter contre le concurrent.

Pourtant Sun Tzu est vieux, très vieux. Ses écrits datent du 4ème siècle avant JC dans la chine antique. Sorte de super star de la stratégie à l’époque des trois royaumes, c’est un peu la référence dans la matière et il l’est resté très longtemps du moins en Asie [car inconnu en Europe]. Mao Tse Tung était un fervent admirateur de cet illustre ancêtre, les Japonais s’en sont inspirés et malgré ses grosses références, il n’est que vaguement apparu au cour du 18éme siècle par chez nous… bien que les critiques de l’époque disait : “c’est grave de la pure balle” malgrè de vif intérêts, ce livre n’a jamais vraiment été introduit dans les écoles militaires européennes.

L’art de la guerre est un excellent livre de stratégie applicable de nos jours comme il y a 24 siècles. Sun Tzu étudie le terrain, la motivation des hommes, la stratégie, les alliances, l’espionnage bref son livre reste contemporain même de nos jours. Mais le rapport avec le management me direz-vous?

Clairement Sun tzu parle de motivations, de comment parler à ses hommes, comment leur faire accepter une démarche pour vaincre la concurrence, qu’est ce qu’un bon et un mauvais manager, patron. Il parle d’espionnage tout aussi valable dans le monde l’entreprise. Certains de ses préceptes sont la base du mangement moderne : Celui qui se connait, qui connait son ennemi, ne peut que vaincre. En effet, sur la base de l’entreprise c’est en connaissant ses forces et ses faiblesses, les opportunités et les menaces de son environnement extérieur que l’entreprise pourra lutter efficacement contre ses concurrents. C’est aussi en sachant s’entourer de bons généraux/managers que l’entreprise prospéra. Eviter les généraux colériques qui pense qu’à ou qu’aux bénéfices qu’il pourront tiré de leur poste ou de leur intérêt uniquement personnel. SUn Tzu défini le bon général, le bon commandant. Bref c’est un véritable puits d’information pour le chef d’entreprise ou le futur manager. Savoir tiré parti des erreurs de l’ennemi, le forcer à faire des erreurs ou utiliser ses faiblesses ou encore se servir de la ruse pour vaincre pour éviter une guerre sans fin et couteuse sont d’autant de points abordés qui peuvent servir pour la réussite d’un projet.

Le livre est composé de petites tirades, situations qui sont facilement à recadrer dans le monde de l’entreprise. Certes certains passages restent la propriété pure et dure de la guerre mais l’ensemble du livre permet d’ouvrir sur une réflexion managériale.

Un vrai classique à découvrir, facile d’approche et facile à lire qui permet d’avoir un autre éclairage sur le management et la stratégie d’entreprise.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s