Mes 37 ans, 27 ans et 17 ans

Une année de plus. Je vieillis donc. Où comme je préfère le reformuler : je grandis. Enfin, si je prends en compte mes cadeaux d’anniversaire, je suis toujours un éternel ado. Les personnes qui croisent ma route, me donnent toujours cette improbable vingtaine que j’ai quitté il y a quelques années, ce qui est plaisant, ne nous le cachons pas. Pourtant je m’en éloigne de plus en plus.

331139_10150476833757882_1785583329_o

J’approche de la quarantaine en ayant validé aucun point que mon âge civil aurait dû remplir sous le diktat des bonnes gens [et mes parents] : pas de mariage, pas d’enfants et pas propriétaire [et pas de labrador, pour ça merci]. Ces conditions qui me paraissaient évidentes il y a 20 ans, voire 10 ans, ne semblent être que des chimères dictées par nos parents pour rentrer dans une norme. Cette norme de la quarantaine à laquelle je ne réponds pas.

A laquelle je n’ai pas envie de répondre. Aussi bien par choix qu’à cause des chemins tortueux de la vie qui vous obligent tant bien que mal à suivre des routes sur lesquelles vous n’étiez pas préparés ni que vous vouliez emprunter. Mais la vie est ainsi faite.

Suis-je pour autant malheureux ou ai-je cette impression de ne pas avoir rempli ma vie ? Non, définitivement non. Je reste cet idiot heureux de vivre qui prend celle-ci comme elle vient. Je ne semble toujours pas prendre la mesure des années qui passent. Avançant pas après pas en essayant de faire de cette vie quelque chose d’intéressant. Pourtant mes 37 ans ont une saveur de nostalgie car ils marquent deux passages importants de ma vie. J’ai repensé à ce  Moi d’il y a 20 ans et celui d’il y a 10 ans.

Il y a 20 ans, j’avais 17 ans. J’étais cet élève de terminale auquel, aujourd’hui,  je fais face quotidiennement. Mes cheveux poussaient, ces fringues trop grandes, mes Carterpillars aux pieds, ce treillis, cette timidité maladive, ce gars effacé qui désirait qu’une chose c’est que l’on l’oublie pour avoir un peu de tranquillité. A qui on ne promettait pas une très longue poursuite d’études déjà que le bac ça allait être compliqué…

Puis 10 ans ont passé. J’ai obtenu un Bac +5, j’ai commencé à enseigner. J’avais 27 ans, j’intégrais l’éducation Nationale. 10 ans après l’obtention de mon bac, j’étais passé de l’autre côté, je faisais face à mes premières. Je parlais donc avec plus d’aisance devant une horde de trente-cinq gamins. J’avais gravi les échelons universitaires, pratiqué le métier de mes rêves et réussi un concours national. J’avais outrepassé la meilleure des projections sur mon avenir.

Aujourd’hui, j’ai 37 ans. Dix nouvelles années ont passé. J’ai décidé d’affronter mes autres démons. Parcourir le monde, j’ai voyagé bien au-delà de ce que j’aurais pu imaginer. En Asie, en Amérique du nord, l’Europe. J’ai repris la pratique des langues. Je me suis plus exprimé en anglais et en espagnol ces 10 dernières années qu’en 11ans d’apprentissage scolaire. Pour une personne qui ne pouvait plus voir le terme LV1 ou LV2 en peinture, c’est un bien grand progrès.

Surtout, ces vingt dernières années m’ont permis de croiser des personnes formidables au-delà de mes amis d’enfances qui ont toujours formé le socle de ma propre vie. Des personnes qui m’ont offert l’ouverture, la confiance, le second degré, la mise en abime, le sens critique. Qui ont su me reprendre et me corriger sur mes erreurs. Que j’ai retenu ou non, indulgent ou non sur mes prises de positions, qui m’ont aidé à m’affirmer en tant que tel. J’ai l’impression d’avoir un peu de chacun en moi qui me permet d’avancer et d’acquérir de nouvelles expériences. Depuis le Bac, le concours d’enseignant, bien des choses se sont passés et j’espère que d’autres arriveront.

A 37 ans, je me demande encore comment sera la suite, quelles sont les choses que je vais voir, découvrir? Bien que je sois le principal artisan de ma vie sans ceux qui ont pavé ma route, je ne pense pas que je serais allé aussi loin. Merci à tous, je vais continuer à avancer et progresser encore et encore quelques soit le domaine, m’enflammer pour mes passions. Le tout est d’apprendre encore et encore et de retenir la leçon.

Merci.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s