#Dragonball : Ma quête des Dragonball est devenue une quête de baston

Dernièrement avec mon double maléfique, nous sommes pleine rechute dragonballesque. Il faut dire que l’actualité sur ce manga culte aide pas mal à se replonger dans les années 90. Nouvelle série, nouveau manga, nouveaux films… Bref cette série terminée en 1996 n’a jamais été autant d’actualité. Surtout que le tout est orchestré par Akira Toriyama himself qui se réinvestit dans sa série culte. Pour beaucoup cela est un gage de qualité mais pour d’autres… C’est le genre d’auteur qui peut oublier ses propres personnages… [Anecdotes connues : il ne souvenait plus de Vegeto et Lunch a disparu du manga…]

Du coup, j’ai décidé d’écrire quelques articles sur ce fabuleux manga, une semaine spéciale Dragonball en sorte : Je vous parlerais du manga original, de Dragonball GT, du dernier film et enfin de son revival actuel.

Tournoi-des-arts-martiaux

Car pour le moment, ce retour de Dragonball, ce n’est pas vraiment ça. La tendance que semble donner Toriyama à son manga, c’est un retour d’un Goku des premiers temps, c’est à dire de Dragonball plus que de Dragonball Z. Un tournant plutôt comique oubliant tout ce côté baston qui a fait son succès. Mais c’est aussi oublier qu’il a fait évoluer son univers et ses personnages. Le constat est amer : l’univers du tome 1 est à des années lumières de l’univers du Tome 42. Pour mieux comprendre, il faut revenir sur le manga original, et tenter d’expliquer son évolution qui a fait son succès.

Dragonball est à la base un manga de baston comique inspiré d’un roman populaire en Asie, le voyage vers l’est. L’ensemble de l’univers, les personnages principaux, l’univers et les ennemis sont tournés vers cette tendance humoristique, naïve, pipi/caca voire barré proche de l’univers du premier gros succès de Toriyama : Dr Slump. Le meilleur marqueur de l’évolution de Dragonball est l’évènement qui revient régulièrement dans le manga : le tournoi des arts martiaux. En effet, ce tournoi devient de plus en plus sérieux au fur et à mesure du succès du manga.

4158952-1085134766-bimg0Le premier tournoi, les adversaires comme les combats sont essentiellement comiques : une strip-teaseuse combattante, un combattant qui pue, un autre pervers. Seuls deux combats sont un peu sérieux Nam contre Goku (Nam à une vraie raison de se battre), Yamcha contre Jacky Choun (montrant la force des protagonistes) mais le tout avec des ressorts comiques.

Les choses sérieuses arrivent lors du second tournoi… Les combats sérieux s’enchainent, et la tendance s’inverse. Seuls deux combats sont humoristiques Krilin et Chaozu, ainsi que l’homme Garou et Jacky Choun assurent la partie comique. On voit bien que le ratio humour/combat c’est fortement réduit mais en même temps le succès de Dragon Ball est grandissant et les fans adorent les combats. S’ensuit le combat contre Piccolo Daimo où ça ne rigole plus trop, seul Yajirobé s’occupe du point comique mais ce personnage est vite oublié par Toriyama.

0nM4fru

Puis viens le troisième tournoi. Plus qu’un seul combat comique Yamcha en fait les frais. Mais même le combat fini de manière sérieuse à la fin…D’ailleurs à partir de ce point, l’humour ne sera plus que ponctuel dans le manga.

Les combats devenant la raison d’être de Dragonball. Le sérieux et un côté plus mature va apparaitre mais en même temps la série va atteindre son pic de succès. L’arrivée de Raditz, les saiyens, Freezer, Cell. Ces quatre arcs ne laissent qu’une place infime à l’humour : une case, une scénette pourtant le manga est à son apogée en terme de succès, de films et jeux vidéo.

Les personnages ont vieilli. Ce sont des adultes face à des situations sérieuses où les enjeux comme les ennemis ne laissent pas la part à la blague. Bref l’humour de Dragonball est mort pour laisser place une histoire plus mature, plus baston, plus sérieuse au final.

MangaPage

L’arc Boo et dernier de la série tente de renouer avec cet humour et de casser ce côté sérieux. Mais avec peu de succès au final : Sangohan n’a jamais été un naïf, ni drôle.Toute la partie scolaire de Gohan n’est pas une réussite, le fils étant moins naïf que le père, ça ne fonctionne pas. Encore une fois ce qui marche d’un point de vue humoristique sont des petites vignettes ou des clins d’œil sur l’abus total d’augmentation de puissance. L’humour à la Dragonball n’a plus sa place car les personnages ont vieilli, muri et que l’univers dans lequel ils évoluent n’est plus le monde du début.

Ce que, malheureusement Toriyama comme les scénaristes qui veulent profiter de la manne Dragonball, ne semblent pas avoir compris. Car le succès de cette série est venu avec la seconde partie et ses combats titanesques avec des personnages et ennemis bien badass. Depuis la fin du manga toutes les tentatives ont été ratées et semble avoir écarté ce côté qui a fait le succès de la série.

Ce qui nous amène au problème Dragonball GT…

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :