Séville, Espagne– Mon road-trip andalou

Sur les dix jours prévus en Andalousie, je vais découvrir trois nouvelles villes. Aujourd’hui est le jour du départ pour crapahuter dans l’Andalousie. Je quitte mon appartement et la sympathique Angeles qui a su m’offrir le meilleur des accueils. Je pars pour Cadix rejoindre une collègue et amie partie enseigner un an dans la ville surtout connue pour nous, français, par la chanson “La Belle de Cadix” [Que mon double maléfique interprète si bien].

_DSC0272

Pour les Espagnols, c’est un peu différent. C’est 3000 ans d’histoire [elle est considérée comme l’une des plus vieille ville d’Europe], Symbole de la résistance contre l’oppresseur Bonaparte ou face aux forces de Franco durant la guerre Civile, lieu de naissance de la constitution de la première république. Mais avant de découvrir cette ville, Séville s’offre à moi pour une dernière journée.

Je l’ai principalement passé à papillonner entre le quartier de la Macarena et de l’Alameda. Passant au marché couvert pour prendre un smoothie fraichement pressé ou visiter la casa de l’art Mudéjar [Art andalou d’inspiration musulmane, gratuit et très court, pause intéressante]. Surtout, j’ai pu me promener dans une brocante. J’ai croisé des livres, des jeux rétros [mais calmez vous rien de transcendant] et surtout un nombre incalculable de revues et films porno…. Chose qui me semble ne jamais avoir vu sur une brocante française. Mais ici, si un petit porn big boobs d’occasion accompagné d’une ou deux revues est une probable bonne affaire [ca se trouve sous blister ça vaut une blinde….]. Bref les espagnols sont assez décontractés avec ça. Etonnant dans un pays où la ferveur catholique est très forte.

_DSC0289

Durant cette journée, j’ai pu aussi découvrir des petits cafés tels que je les aimes. J’ai eu un vrai coup de cœur pour la Red house Art & Coffee. Déco improbable composée de photos d’artistes, vieux fauteuils comme chez ma grand mère, cheese-cake à tomber, un thé parfait. Des grosses tables en bois pour s’installer avec le PC et travailler, une musique jazzy en sourdine pour accompagner par le tout, servi par des serveurs sympas et une serveuse type suicide girl. [bref le bonheur total, oui j’aime ce genre de fille, je ne sais pas pourquoi]. Surtout le lieu semble proposer le soir des petits concerts des plus sympathiques. Vu l’ambiance, je ne peux que vous recommander l’endroit, c’est le lieu où aller à Séville.

L’après-midi touche à sa fin. Je pars vers la Giralda et les retrouvailles avec Emilie, ses collègues toulousaines et ses élèves Français…. Oui, je n’ai pas compris sur le coup mais il s’agit d’un échange avec le collège de Cadix. Il est temps de partir pour une nouvelle ville et de nouvelles découvertes.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :