Salta, Argentine–La linda

Littéralement : La belle. Tel est le surnom de Salta, ville touristique mais incontournable du nord-ouest Argentin. C’est l’un des trois spots obligatoires de l’Argentine [avec Buenos Aires et Iguaçu]. Et ca se voit, c’est la première ville de mon voyage où je croise autant de français ou d’étrangers. Jusqu’a maintenant, j’étais plutôt immergé parmi les natifs.

_DSC0459

Je vais rester trois nuits chez Julo et sa fiancé dans une petite chambre assez rustique [enfin depuis le début, je ne dors pas dans du trois étoiles mais c’est de riches expériences plus proche de la vraie Argentine]. Leur maison est atypique, une cours intérieur, on dirait une ancienne boutique changé en maison. Julo tient une brasserie avec de la bière artisanale [que je n’ai pas gouté n’aimant pas la bière] et sa fiancée est psychologue [un métier argentin, il y a en partout]. Leur maison vieillotte ne manque pas de charme mais surtout elle est bien placée. Je suis proche du centre ville, une petite dizaine de minute en passant par le côté commerçant local et pas touristique [ce qui m’a valut une discussion avec un indien dont je n’ai pas compris un traite mot]

Salta tient bien son surnom, c’est une charmante petite ville [De 580000 habitants mais vivant des banlieues autour de la ville centrale]. Surtout le centre ville de type colonial, il a gardé tout son charme, de belles églises colorées dans la ville, des petites places, des orangers, un secteur piéton [super rare ici où la voiture est reine]. La ville est petite tout peut se faire à pied. Je n’ai pas eu à me battre avec les bus pendant ces quelques jours. J’ai décidé de profiter de cette halte pour prendre mon temps et découvrir la ville.

_DSC0553

C’est dans un premier temps une découverte du monde Inca ou Indien à travers deux musées atypiques à Salta. En effet, la ville se situe à la frontière des Andes et du mondes des Incas. La population est beaucoup moins européenne. Le MAAM (Muséo Arquéolgia de Alta Montana), un musée qui raconte la découverte de Momies d’enfants Incas mais aussi l’histoire de ces enfants. Dans la culture Inca, les enfants étaient sacrifiés dans les montagnes, domaine des dieux, et avant cela on les baladait un peu dans tout le royaume, histoire de montrer ce que l’on va offrir aux dieux pour obtenir fertilité et récolte. La visite se termine avec la momie d’un des enfants dans un incroyable état de conservation. Tel que l’on croit la fillette juste assoupie. Le second est sur l’art Inca, el muséo Pajcha. Je suis accueilli par un incroyable petit bonhomme qui assure la visite et semble passionné par son mini musée. M’appelant par mon prénom, me serrant la main, relevant la rareté de telle ou telle pièce. Un musée à ne pas manquer surtout que celui est bien excentrée de la plaza de 9 julio. De belles pièces mais surtout une visite vivante et intéressante.

_DSC0573

Mais Salta tient son nom de son architecture et les églises de la ville, en effet celles-ci comme les vieux bâtiments sont colorés et beaux. L’une rouge, l’autre bleue puis une rose avec des intérieurs incroyables contribue au charme de la ville. Ce qui m’a permis de prendre mon temps, je suis en vacances, je ne suis pas une bête.  Puis ça m’a permis de plonger dans la vie des Saltaneros. Marcher devant les étales de fruits et légumes, ou celle de vêtements, croisé les personnes qui t’interpellent avec le même mot : “Cambio, Cambio” pour faire du change au noir. Puis je me suis pris de passion pour les vieilles enseignes type années 50/60 avec leur typographie d’un autre temps.

_DSC0589

Un fait rigolo : tous les chiens vagabonds de la ville ont un petit manteau. Une association s’occupe de récupérer des fonds pour couvrir les petits toutous de la ville, c’est assez rigolo. J’ai aussi pu découvrir le marché artisanal et le lieu où tous les bars de la ville sont ouvert loin du centre au hasard de mes promenades. J’y suis retourné d’ailleurs le soir avec Maria, una saltarena qui m’a expliqué la vie à Salta, la péna [une musique et une dance Saltaneras], la différence entre las toastas et las tostanidas [le premier sont des croques monsieur, le second un gâteau assez sec à tartiner] et qui m’a un peu baladé dans la ville. Une autre vue de la ville.

_DSC0523

Une ville bien tranquille, les gens sont cools, les gens avancent doucement encore une fois nous sommes loin de l’effervescence de Buenos Aires. Pour boire, j’ai découvert deux lieux assez cool. Un proche du centre ville, le Bixi café. Une déco bien sympa, des prix bien cool et un Ice coffe Dulce de lèche incroyable. Le second, el Cafe del tiempo avec sa déco retro vintage bric à brac. Il offre un bon vin pour moins de 4€ et surtout rempli sans peine le ventre affamé du voyageur que je suis.

Salta est une belle ville où j’ai pu posé un peu mes affaires avant de partir encore plus haut dans l’Argentine. Je quitte Salta la linda pour m’enfoncer dans les Andes m’offrir de beaux paysages.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s