Jour : 7 août 2017

Séoul, Corée du Sud– Derniers jours au pays du matin calme

Je suis revenu à Séoul après 15 jours d’un long road-trip à travers la Corée du sud. J’avoue que les retours ne sont pas pour me plaire. La fin du voyage ne m’enchante pas des masses. Après un temps d’adaptation, je me trouve toujours bien là où je suis et j’ai envie de rester. L’impression qu’il me reste bien des choses à découvrir.

20170805_125110Ces trois derniers jours à Séoul ne sont pas une course à la visite ou à la découverte. Je profite de la ville comme un gros quartier libre. Café, shopping ballades nocturne, je profite de l’effervescence de la ville. Pour le shopping, je suis allé au CEOX. Un méga mall commercial mais qui ne manquait pas d’intérêt pour sa surprenante et impressionnante librairie. Lors de mon voyage, dés que je me prenais les transports en commun, je m’aventurais dans un livre [Une sélection coréenne de haut vol d’ailleurs]. Je me suis assez vite aperçu que j’étais le seul. Les coréens ont les yeux rivés sur leurs portables. Jeune, vieux, parents, ados tout le monde. Les coréens sont ultra connectés. J’ai jeté un œil discrètement pour voir un peu ce qu’ils faisaient. On a de tout : Shopping, Mmorpg, Paris en ligne, séries, émissions de TV, cours de guitare, Instagram, messagerie [Talk est LA messagerie de Corée].  Bref le portable fait partie de la vie locale mais ce n’est pas pour autant qu’ils se coupent du monde [je vous ai vu avec vos énormes préjugés]. Les coréens vivent dehors : café, restaurants, bars. Pour en revenir à la lecture malgré cette profusion de portable. Leurs librairies sont pleines à craquer : les gens lisent par terre, s’installent avec leur café et un livre, travaillent comme une bibliothèque. De mon impression, l’achat n’est pas une obligation mais les librairies offrent des services peut être payant pour que les gens viennent et restent lire.

20170805_223448J’ai eu la chance aussi d’avoir une guide : Julie [en vrai c’est Seonmi, c’est son prénom catho]. Une coréenne dont j’ai fait la connaissance quand j’étais à Gangneung. Elle venait voir sa meilleure amie sur Séoul. Elle m’a sortie dans deux restaurants sur le weekend. Le premier est un bouiboui de première catégorie. Clairement le restaurant où jamais j’aurais mis les pieds seul. Un restaurant de nouilles coréennes. Où le sol est sale, la cuisine dans la rue, avec des marmites qui mijotent toute la journée, l’eau dans des bouteilles plastiques réutilisé, le kimchi présent depuis un temps indéfini et que la vieille dame de sert en gants Malpa. Autant vous dire que si l’hygiène française passait, ce restaurant fermait dans la seconde. Mais c’était bon, pas extraordinaire mais bon. Le rapport qualité/prix est imbattable. Le menu est à 3€. Voila, voila. Pour se rattraper le lendemain midi, ma guide m’a proposé de la rejoindre dans un restaurant plus haut gamme de cuisine fusion. Là par contre ca dépotait sa race. J’ai pris des pâtes sauce bulgogi [un plat coréen à base de viande]. Et bien franchement l’assiette était super garnie et c’était super bon. Le cadre vraiment sympa. Bref deux restaurants, deux ambiances.

20170805_214650Autre lieu sympa de balade : Seoul 7017 [en rapport avec le début de l’existence de la Corée] Il s’agit d’une voie verte entièrement aménagée sur un ex-pont routier avec lumières et verdures passant au dessus de la circulation et de la voie ferrée de Séoul. Juste idéal pour se promener et profiter. Un peu magique comme endroit. Un petite détour culturel par Jongmyon, sanctuaire où réside l’esprit des rois et reines de Choseon. Petit détour agréable de verdure sous la chaleur de Séoul.

Le dernier jour, je ne savais pas du tout quoi faire. J’étais un peu bloqué. Je devais quitter mon hôtel pour une nuit proche de l’aéroport [mon avion est tôt et l’aéroport de Séoul se trouve à plus d’une heure de train de Séoul]. J’ai regardé des musées souvent fermés le lundi, ou des destinations hors Séoul mais souvent galère avec les transports.20170807_095807 J’ai opté pour prendre des cafés dans des endroits cools. Je fixe mon premier choix sur Sik Mool. Le Lonely indique un coup de coeur et quelques recherches sur le net me dit que ca semble être un bon choix. Sorti de la station de métro, j’arrive dans un rue banale de Séoul avec ses immeubles et ses commerces, rien d’exceptionnel. Un peu refroidi. Je marche mais rien qui ne ressemble à ce que j’ai vu. Je décide de suivre un street art qui s’engouffre entre deux bâtiments où aucune voiture ne peut s’engager. Je prends une ruelle qui semble mener nulle part. Apres m’être enfoncé dans la ruelle quittant l’artère principale, c’est la découverte.

Je tombe sur le quartier Ikseon. Caché derrière les immeubles d’habitation, de bureau ou d’entreprise, constitué de vieilles maisons des années 5O typiques de la Corée. Des maison sans étage avec leur toit en tuile noire. Le quartier est littéralement encerclé de constructions modernes. C’est un quartier en plein en transformation, dans le bon sens. 20170807_131517On garde le caractère de l’ancien, des bars, des restaurants restaurent les maisons et les occupent pour en faire des lieux où il est bon de se poser. Complètement invisible et inconnu des habitants de Séoul. J’en ai eu la preuve quand un jeune étudiant de Séoul me demandait comment je suis tombé sur ce quartier. Il le découvrait lui aussi pour la première fois. D’ailleurs très coréen malgré la hipsterisation, aucun européen mais beaucoup de coréens pour prendre des photos ou se poser dans les cafés. Une très belle surprise en cette fin de séjour. J’en profite pour manger dans ce mini quartier de 3 ou 4 rues chez Madang Flower. Intérieur vert avec des plantes absolument partout et un intérieur hyper cosy.

Après la découverte de ce dernier café, J’ai pris la direction de mon dernier hôtel en faisant un dernier arrêt dans un coffee-shop de qualité : Anthracite. Le café est moulu et torréfié dans le café qui semble être un vieux garage auto. La carte indique les arômes que l’on peut retrouver dans le café et celui-ci est passé devant nous. Un vrai travail de pro et une vraie dégustation pour moi. Un dernier moment à Séoul.

Puis c’est le départ, je vais sur l’Ile Incheon où se situe mon ultime Airbnb. Des derniers échanges avec une américaine qui a vécu quatre ici et qui relève mon french accent. Une dernière balade dans la ville pour prendre un barbecue qui ne peut se prendre qu’à deux. Dernière balade sous le ciel de Corée. Un merveilleux voyage pleins de rencontres, de moments et de lieux qui ajoutent encore plus à la nostalgie. Je n’aime pas les fins de mes voyages, je ne veux jamais repartir.

Mais comme me l’a dit mon amie coréenne : “C’est la fin de ton voyage mais le début d’un autre, peut importe la forme” qu’il prend. Je crois bien qu’elle a raison.