Handmaid’s tales (Saison 1) – La fin de l’humanité

Je viens de terminer la première saison de Handmaid’s Tales. Je suis encore soufflé par cette série qui rentre directement dans mon top des meilleures séries que j’ai pu voir. En même temps, les séries, ce n’est pas trop mon truc entre les épisodes trop longs ou les récits mal gérés, rare sont celles qui trouvent grâce à mes yeux. Mais la série de Hulu est tout simplement géniale.

podcast-le-choc-the-handmaid-s-tale,M465529

La série est adaptée d’un livre de Margaret Atwood nommé la Servante écarlate en Français. Sorti dans les années 80, il existe un film de 1990. La saison 1 retrace le livre avec certaines libertés. Il s’agit d’une dystopie [une variante de notre présent plus sombre], c‘est un récit de de science-fiction mais proche de notre réalité.

Le contexte de l’histoire peut se résumer ainsi : La pollution, les modifications écologiques ont fait chuter le taux de natalité mondial de manière dramatique mettant en danger l’humanité. Dans ce contexte auquel nous pouvons rajouter les problèmes économiques actuels, une secte a pris progressivement le pouvoir aux Etats unis, jusqu’à renversé complètement les institutions et mettre en place un nouvel ordre.

Ce nouvel ordre se nomme la république de Gilead est une théocratie [une grosse référence à la bible]. Cette nouvelle doctrine est une adaptation/relecture de la religion chrétienne [on va dire qu’il se sont arrangés avec comme font beaucoup de fanatiques pour justifier leurs actes]. Les homosexuels, les représentants religieux ou les médecins sont tués car contraire au nouvel ordre moral ou envoyé dans les colonies dont on sait peu de choses.

the-handmaids-tale-elisabeth-moss

Le nouveau pouvoir met en place une patriarchie où les hommes ont le pouvoir, travaillent et ont un contrôle total sur la société. Tandis que les femmes ont perdu tous leurs droits. Elles sont répartis en 4 catégories : Les épouses qui sont les femmes des commandants et gère le foyer, sorte de supers housewifes, les Martha, les femmes non fertiles qui sont cantonnés aux tâches ménagères, les tantes qui sont des chaperonnes et l’autorité féminine sur la dernière caste : les servantes rouges.

Nous suivons l’une d’entre elle, June renommée Offred [pour montrer son appartenance à sa famille d’accueil]. Le rôle des servantes est simple : la reproduction au sein de l’élite de la nouvelle république. Cet ordre regroupe toutes les femmes fertiles qui peuvent procréer. Les familles de haut dignitaire du régime ont une servante rouge qui est leur ai assigné afin que le commandant l’enfante et qu’elle donne une descendance à l’élite du pays. La série démarre avec l’arrivée de June chez le commandant Waterford. Nous allons découvrir sa vie d’avant et comment la situation est arrivée à ce point à travers ses souvenirs mais aussi celui des autres personnages. Le présent va nous montrer les rouages et les travers de cette nouvelle société.

handmaidstale

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, le synopsis m’avait déjà convaincu. J’aime les dystopies car elles sont toujours proches de la réalité et nous rappelle que le moindre évènement peut faire basculer notre monde vers quelques choses de très sombres. Une remarque de June pour expliquer le contexte de Handmaid’s Tale m’a marqué : « Nous avons laissé faire ». Je trouve cette remarque juste et forte dans notre contexte actuel car même si nous pouvons imaginer qu’une telle situation est impossible, le fait d’accepter de perdre des libertés pour des raisons qui nous semble justifiées peut conduire à des situations extrêmes. Vu la date de livre difficile de ne pas penser au basculement de l’Iran en 1979 au nom de plus de liberté et de ses conséquences.

Justement c’est là où la série est bien écrite. Au-delà de l’histoire présente de Jude, nous comprenons à coup de flashback comment la situation dégénérée. Comment ce nouveau pouvoir a pris le dessus, comment il a été plus ou moins accepté par certains, comment certains se sont dressés contre ce nouveau pouvoir et ont échoué, comment le manque d’intérêt pour les informations peut permettre de faire passer des règles sans que l’opinion réagisse, voir comment l’intérêt individuel prends le pas sur l’intérêt commun. Que toutes ces raisons peuvent permettre l’installation d’une telle dictature de la pensée. Le contexte est très bien écrit surtout qu’on le découvre progressivement. Le pire, c’est qu’il semble réaliste, plausible, éventuel. Le récit qui s’est ancré dans l’actualité sans difficultés.

Là où le malaise s’installe c’est que ce nouveau gouvernement met en place des choses positives. Comme réduire la pollution, met en place des politiques pour réduire les problèmes écologiques et économiques. Il met en place des démarches positives pour le bien-être de la population. Des démarches pour lesquelles une majorité peut être d’accord ou estimé nécessaire tout en refusant le côté sombre. Car ce gouvernement est complètement obscène sur la situation des femmes. Il a clairement institué le viol consenti et accepté par la société [délicieuse scène où on choisit le nom de « cérémonie » et non d’ « acte » pour que le viol des servantes rouges soit acceptable par le plus grand nombre].

handmaids_tale_ver2_xxlg-1460x950-1496071007

La série nous place au début que du point de vue de June. Puis les différents personnages ont leur propre flashback qui montre comment ils ont vécu les évènements et comment a évolué leur position au sein de cette nouvelle société. Autant d’éléments qui nous permettent de mieux comprendre l’univers. D’ailleurs même dans le présent, on pourrait croire à une situation manichéenne. Les femmes subissant, les hommes en tyran mais on s’aperçoit que la nuance est plus mince. On comprend que la situation actuelle est acceptée par des hommes et des femmes jusque dans les servantes rouges qu’on pourrait croire totalement contre. Que certains gouvernements acceptent de traiter avec les nouveaux USA en y voyant des avantages économiques pour leur propre pays.

Cette série crée un sentiment de révolte, d’horreur. On peut imaginer que ce genre de situation devrait créer une révolte sans précèdent dans le pays mais la série nous montre pourquoi ce n’est pas si simple. C’est justement l’une des forces de la série, en décrivant une zone grise et non un univers noir et blanc, elle rend le récit captivant et prenant. Le seul reproche que je pourrais faire serait le nombre de scènes de cul, je ne suis pas contre mais je les trouve pas toutes utiles et je pense que le propos n’est pas que là [même si il a une part importante]. La prise de conscience de June, la perte de ses droits, l’acceptation de sa situation pour survivre, le risque de sombrer dans la folie à cause d’un système inhumain, toutes ces thématiques sont abordées à un moment. Un autre point d’enrichissement de la série.

De plus, la réalisation est ingénieuse car elle laisse la place à l’imaginaire. on imagine, devine l’horreur. Beaucoup de choses sont hors champs ou expliquées de manière succincte qui laisse une place énorme à l’imaginaire. La série ne sent pas obliger de montrer ou d’expliquer, elle considère le spectateur avec intelligence et lui laisse le loisir à celui-ci de comprendre le contexte.

En tout cas, je vous incite vraiment à regarder cette série. Au-delà du récit et de la narration qu’elle propose, elle offre un message clair : nous ne devons pas céder sur l’égalité des libertés entre les sexes quel que soit la raison ou la situation. Les femmes ont dû attendre avant de s’approcher de l’égalité mais toute liberté est fragile et peut voler en éclat au moindre problème social.

La saison 2 a déjà commencé et une saison 3 est déjà annoncée. J’espère qu’Hulu saura ne pas tirer sur la corde et surtout s’arrêtera avant de faire la saison de trop [The Walking Dead si tu me lis].

Publicités

Un commentaire sur “Handmaid’s tales (Saison 1) – La fin de l’humanité

Ajouter un commentaire

  1. Je vois que vous avez vraiment apprécié cette série. Un ami l’a également adorée et m’en a parlée. En lisant ce billet, ça me donne envie de m’y plonger. Je l’ajoute à ma liste des séries à regarder.

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :