Quitter Facebook ?

C’est une des questions que je me suis posé durant mon voyage en Slovénie. Une sorte de ras le bol du réseau social, un constat négatif qui dont la seule solution qui me semblait acceptable était de quitter le dit site. Mais il ne s’agit pas d’un coup de tête où la volonté de refaire un groupe de contacts tout neuf mais d’un constat sur l’intérêt de ce site.

face

Pour ceux qui me connaissent le mieux, c’est une drôle de question car j’ai promu régulièrement autour de moi ce site. Surtout si on relit cet article sur mon inscription en 2008 ou cet article où je vantais tout le bien que je pensais du site en 2014.

Mes amis me reprochent d’y passer trop de temps. C’est vrai, j’y passais trop de temps. Mais au départ, je trouvais sur Facebook pleins d’avantages : le fait de garder contact avec des vieux amis, collègues, camarades de classe, de partager des photos, des articles, des souvenirs, de connaitre un peu la vie de chacun partant du principe que chacun a conscience de ce qu’il publie.

Puis 2 ou 3 ans, Facebook a perdu bien de ses qualités. Enfin, non, ce n’est pas qu’il a perdu des qualités mais en qualité. Mes contacts et surement les autres détournant sa fonction de partages ou d’échange, de contacts de bienveillance pour en faire un lieu de revendications.

Avant je lisais des choses sans intérêts proche du quotidien, mes contacts parlaient de ce qui leur arrivait ou partager une expérience, s’interrogeaient ou demandaient conseil. Aujourd’hui, quand j’y passe, je n’y vois que peu de choses intéressantes et c’est souvent des sujet à conflits.C’est devenu une source de négativité dans les publications, les commentaires et les réponses. En quelques temps, une partie de mes contacts m’apparaissent comme aigris, contre tout et n’importe quoi, portant l’étendard de revendications parfois justifiées ou parfois portant sur les pires courants de l’humanité.

Seul constat qui s’impose, c’est que les services de propagandes des courants d’oppositions ont bien compris l’utilisation des réseaux en proposant des choses allant dans le sens de personnes présente sur Facebook à la recherche d’un mal être [Daesh a explosé grâce à Facebook pour les plus graves].

Je vois régulièrement des fake news, des critiques non fondées sur tout et n’importe quoi, les extrêmes droite ou gauche s’exprimant contre le gouvernement au moins fait et geste de celui-ci quitte à soutenir l’autre extrême sans se soucier du sens de leurs arguments contre natures, des articles super alarmistes sans propositions juste des arguments vous avez vu vous allez tous mourir. Des complotistes prêts à mettre en avant n’importe quel fait allant dans son sens sur la base de flan, d’une étude non reconnue et des méconnaissances techniques, certains révélant leur appartenance ou leur façon de penser qui ressemble fortement à du racisme ou un quelconque extrémisme, le tout sous couvert d’une volonté de ne pas être un mouton, de vouloir se différencier avec le fabuleux argument de « moi je sais ». Alors qu’avec un peu de recul, c’est juste une volonté de se démarquer en suivant d’autres moutons. Et toujours le même constat : un ensemble de publications rarement vérifié avant de la publier.

Tout cela pour aboutir à une guerre d’empoignes avec arguments et contre arguments  pour des débats qui se perdront dans le fil Facebook des inconnus que nous sommes noyés dans une masse d’autres inconnus. J’ai perdu un temps fou à répondre à mes contacts car c’était faux, absolument pas vérifié ou vérifiable ou tout simplement car je n’étais pas d’accord avec ce type d’affirmation. Le ton monte pour rien, on interprète une réponse dans le mauvais sens et tout ce qu’on arrive à faire c’est s’embrouiller virtuellement. Le pire c’est que c’est avec des personnes sympathiques vraiment amicales avec qui je ne me serais peut-être jamais pris la tête.

Lors d’un dialogue de face à face, nous sommes toujours plus mesuré car on écoute l’autre, on mesure le pour et le contre. Au final, je me suis vu m’énerver devant mon écran pour des discutions puériles et sans intérêts au fond. Car la certitude que j’ai, c’est que ça ne changeait rien, ça n’apportait rien et surtout on l’aurait oublié le lendemain.

Cette année a été riche dans ce domaine. Cela m’a fait réfléchir de l’intérêt d’être sur Facebook. Je m’en suis surtout rendu compte avec la coupe du monde. J’ai vécu 98 avec euphorie et sans rabat-joie pour me dire quoi faire ou comment agir, il n’y avait pas Internet et ceux qui aimaient le foot ou voulaient juste célébrer la victoire se retrouvaient entre eux. Les autres, ceux qui n’aimaient pas le foot, ils restaient chez eux surement à fulminer contre ces gens simplement heureux. Puis 20 ans plus tard, l’équipe de France gagne de nouveau, même mouvement de foule, même joie sauf que depuis Internet et l’ensemble des réseaux sociaux ont donné le pouvoir aux aigris, au anti-tout et autres moralisateurs de crier très fort à quel point c’était nul de fêter la victoire pour pleins de mauvaises raisons. C’est là que je me suis dit, il y a un problème. A partir de quand tu te permets de dire aux autres d’avoir de la retenue, de cacher leur joie ? Ce n’était pas un enterrement, il n’y avait pas de morts, c’est exceptionnel et ce n’est que du sport. Les gens étaient juste heureux que leur pays ait gagné le trophée. Il faut bien se rendre de compte qu’on en était là : Un petit groupe venait faire la morale sur le fait d’être heureux une soirée, une journée dans l’année.

J’ai vu une explosion de négativité avec des rappels ou des références mais tellement aberrantes contraire au bon sens parfois, sans fondement, sans intérêt à part te dire : « Arrête d’être heureux, c’est nul ! ». On est loin de ce qu’est un réseau social où on veut partager. Je pensais qu’on devait être bienveillant et essayer d’être un peu positif.

Et non, les gens sont là pour vexer pas pour encourager, pas pour mettre en avant une démarche intéressante ou proposer des choses concrètes ou possibles. Mais pour critiquer, pour mettre en avant sa position personnelle par rapport aux autres, surement pour se différencier des autres dans cette masse. Mais c’est une démarche négative et malveillante.

J’en suis venu à penser que Facebook est inutile et chronophage, c’est énervant et au final stérile. Mais il reste des bonnes choses, j’apprends toujours des choses, j’ai des nouvelles d’amis, on peut toujours publier des conneries, il reste une part de positif et c’est la majorité mais malheureusement, je ne retiens que le mauvais et c’est cette partie qui fait perdre du temps car je m’y attarde.

J’ai pensé supprimer mon compte et basta Facebook suite à ce constat. Et d’un autre coté mes contacts je ne les ai que sur ce réseau. Malgré cet ensemble qui me gêne, il reste des bons côtés pour moi. Les critiques de films, les évènements qui permettent de savoir quoi faire, quoi voir, la prise de contact facile, le partage d’articles pertinents sur des sujets qui peuvent faire avancer à partir de sites sérieux. Il peut y avoir des choses positives mais au final elles sont assez faibles. Je l’ai remarqué car quand je partage un article sur une application pour consommer mieux, peu de personne vont commenter ou se renseigner dessus. Par contre si je mets un truc sur le gouvernement ou un sujet polémique ca va se battre jusqu’au sang. Des choses clairement qui nous apporteront rien car on n’y changera rien. Autant aller directement commenter les sites d’info et leur dire qu’on veut plus d’info mais les partages de culture, de bons plans de choses plus ludique c’est mort clairement [j’entends vos cris on veut du cul et de la polémique].

Alors j’ai pris des mesures. L’objectif clairement est de passer moins de temps sur Facebook. Partager mon blog ou des photos insta c’est juste un clic [et c’est même automatisé par mon blog] et pour moi s’inscrit dans cette démarche de partage. Pour appliquer cette solution, j’ai supprimé le lien sur mon portable et les notifications. Juste pour pas savoir ce qui y passe si on me notifie où je ne sais pas quoi. Au moins je ne le saurais que quand j’irais car au final l’apport n’est pas ouf. Puis que je le lises maintenant ou dans 8h ça ne change rien.

Puis depuis un an, j’ai décidé de réduire mes propres publications. Certains vous diront que non mais au final, je ne publie que quelques photos Instagram, mes articles de blog et mes critiques de jeux vidéo ou films. C’est tout puis je supprime, depuis quelques temps : des articles de presse publiés, des statuts anciens, des photos sans intérêts et tous mes albums de voyage. Ne Laissant quelques anciennes photos de profil et de couverture.

Pourquoi ? Il y a dans un premier temps un ras de bol de me faire tacler à chacune de mes publications. La malveillance de Facebook sous couvert de l’humour m’était devenue insupportable. Je publiais plus pour partager un avis, donner envie aux gens de venir dans tel endroit et ce qui me semblait être de chouettes photos, mais pas me prendre en rafale des remarques parce qu’une personne l’avait fait. Puis dans un second temps envie de partager ou d’échanger sur des choses qui m’arrive dans la vie, de parler d’un film, d’une BD ou autres. Des échanges sur la culture bref d’être plus dans le concret. Mes contacts sont des gens que je connais et je pense que l’on peut discuter avec tous en bonnes intelligence en revenant dans le droit chemin et évitant les écueils qui nous perdent. J’ai envie de lire juste les traits d’humour ou les blagues potache, des articles qui m’apportent quelque chose et qui peuvent faire consensus. Bref j’ai seulement envie que Facebook redeviennent un lieu de partage cool.

Pour répondre à ma question dois-je quitter Facebook ? Très honnêtement, j’y pense dans un coin de ma tête, j’ai réduis mes contacts [Toxique, inutiles, dragues passées], je limite mes publications, je ne commente que quand je n’y vois pas un éternel débat puis j’essaye d’y aller occasionnellement voir oublier que cela existe. Je pense qu’il est temps de passer à autre chose. Seul Instagram conserve pour moi ce que je veux faire d’un réseau : partager, aimer ou encourager telle ou telle démarche.

Pour le moment Facebook a perdu cette démarche, j’attends de voir pour le moment.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :