Parcours d’obstacles supérieurs

Cette année, une nouvelle plateforme a été mise en place pour l’orientation des lycéens. Parcoursup remplace ABP pour rendre plus efficace et plus juste l’orientation des élèves [d’après le ministère et pas du tout selon les sources les plus mal renseignée appelée : “CONTRE”]. Les objectifs affichés étaient de rendre l’orientation meilleure [Correspondre au choix de l’élève] et éviter de mettre sur le carreau des terminales ayant eu le bac mais n’ayant pas eu de réponses à leur choix d’orientation, voire bourré la fac d’élèves voué à l’échec. Bref, la réforme tente d’améliorer l’orientation.

téléchargement

C’est l’une des missions des professeurs de terminales les plus difficiles. Outre faire réfléchir les lycéens sur ce qu’ils désirent faire après le bac [qui dans une grande majorité ne savent pas], il faut proposer des filières qui correspondent aux choix mais aussi au niveau et aux capacités des élèves. Tous ne réussiront pas à l’université ou en BTS de la même manière qu’un autre. Puis aussi expliquer que telle filière ne correspond à tel élève, à tel bac, qu’il faut rattraper des lacunes, qu’il faut travailler et pas juste s’inscrire. Notre mission de professeur principal est large et surtout loin d’être parfaite car un élève en difficulté peut réussir après le bac comme comme échouer. D’où notre discours qui insiste sur la capacité de travail et celle de remettre en question son comportement de terminale pour réussir dans le supérieur. L’orientation n’est clairement pas une science exacte. Mais l’expérience, les statistiques et pleins d’autres informations comme le retour des anciens nous aident à guider les futurs bacheliers.

Parcoursup est un nouvel outil et tout comme ceux qui l’ont précédés, l’objectif est de facilité le choix et l’orientation. Cette nouvelle plateforme a soulevé des débats de fou surtout des anti-gouvernements qui trouvaient là un argument de plus pour taper sur le gouvernement [avec une objectivité proche du néant]. Alors en soit cela me dérange pas, c’est une conviction politique mais le problème c’est que les arguments avancés sont soit ultra foireux ou utopique soit très loin de la réalité du terrain. Bref je pourrais résumer  «Parcousupcdelamerdeparceque»  qui plus de l’ordre de la propagande que de la réalité du terrain. Ce qui en tant que prof est dérangeant car j’ai lu tout et n’importe quoi et surtout n’importe quoi sur l’orientation et cet outil.

Cette réforme s’est très/trop vite mise en place, je ne vais pas le nier. Dans mon lycée c’était un peu la panique à tous les niveaux quand elle a été annoncé. Nouvelle plateforme, nouvelle façon de faire mais surtout renforcement de l’orientation. D’ailleurs pour améliorer le bousin, on est passé d’un à deux profs principaux pour mieux traiter les dossiers d’orientation avec les élèves. Au début, j’étais un peu sceptique et au final c’est une bonne idée. Chacun étant complémentaire et permettant de gérer une quinzaine d’élèves. Donc d’écouter leur vœux de tenter de les orienter au mieux.

[alors pour ceux qui sortent des années 80 avec des « mais moi ce n’était pas comme ca », bienvenue en 2018, t’es plus au lycée].

Car contrairement à ce que l’on peut dire ou lire. Les terminales sont ultra suivis, peut être même trop et faisant émerger des stratégies pas très intelligente [1H30 d’orientation par semaine dès la seconde…A QUOI RESSEMBLEZ VOS 15 ANS????? Parents d’élèves qui nous imposent ce genre de chose]. Orienter n’a rien de facile surtout pour des ados qui n’ont pas trop d’idées et que l’ont veut absolument placer dans une filière.

Cette année du début et jusqu’à l’ouverture de Parcoursup, mes élèves de terminale ont eu des rencontres avec la CPE, un forum étudiant, des séances d’orientations avec leur professeurs principaux. Bref, ils ont été encadrés et certains, pour les plus audacieux venaient poser des questions [oui c’est possible

Quand la procédure a commencé, j’ai comme mes collègues dédiés des heures d’accompagnement personnalisés pour qu’ils aillent sur la plateforme, fassent le choix des formations, remplissent et valident l’ensemble des informations demandées par la plateforme. Le tout avec des conseils ou des avertissements sur des choix peu ou pas pertinents par rapport à leur compétence mais au final c’est toujours l’élève qui choisit.

Une autre de mes missions c’est de pousser les élèves à faire des vœux car certains veulent arrêter [dédicace à cette mère de famille parisienne qui disant au micro de France inter que tous les Terms sont motivés pour s’impliquer dans la poursuite d’étude, ma réponse : LOL]. D’ailleurs entre la fin de la procédure et le choix définitif, les élèves peuvent encore changer d’avis. Je devais aussi éviter qu’ils ne fassent qu’un seul vœux pour multiplier leurs chances d’orientation.

Comme vous pouvez le voir, on ne les a pas lâché en mode “démerdez vous”. Et ce n’est pas une volonté de ma part mais du Rectorat, du lycée et du ministère et évidemment d’une conscience professionnelle de l’ensemble de la profession contrairement à toutes les cassandres qui hurlaient au scandale.

De leur coté les élèves devaient fournir dans leur dossier un CV et une lettre de motivation pour expliquer pourquoi telle ou telle formation. Alors entre les élèves ultra motivés et ceux qui n’en ont rien a faire, il fallut guider et corriger ces fameuses lettres. Bon pour les CV c’est assez vide et peut utile admettons le. Les élèves ont aussi un encart pour expliquer leur projet global : métiers, poursuite d’études longues etc… En clair motiver leurs choix et leurs envies pour aider ceux qui vont regarder les dossiers [et éviter “je veux faire STAPS car je kiffe le foot”].

La nouveauté : les vœux ne sont pas classés. En gros ils sont tous considérés comme des vœux principaux sans aucune hiérarchie. C’est pour moi, un plus car au moins l’élève pourra choisir parmi tous les vœux acceptés et attendre sur les vœux en cours. Pour les formations, c’est ne pas écarter une candidature qui ne l’aurait pas classer en vœux prioritaires. Bref un choix plus juste pour les formations sélectives comme les BTS ou IUT.

La procédure APB obligeait un classement donc si ton vœux était ok mais que tu voulais en fait ton vœux 3 tu devais refusé le vœu 1 pour voir si le vœu 3 soit ok. Du coté des lycées c’était pareil on regardait les vœux 1 et on éliminait plus facilement les vœux secondaires considérés comme moins motivés [alors c’était top APB, hein ?]

Mais ce n’est pas tout, du coté prof et lycée, le dossier est complété des notes de terminales et premières [donc le bac avec mention et compagnie n’a aucun impact dans l’admission à la formation], puis les profs de terminales doivent donner leur avis sur la capacité des élèves à poursuivre leurs études et leurs choix de formation. Enfin le conseil de classe va statuer sur les différents choix [favorable, etc…] plus rajouter des informations complémentaires [investissement, sérieux etc…] pour fournir autant d’informations que possible aux établissements de formations supérieures. 

Quand tout ce petit bordel est terminé, les dossiers partent. Alors on pourrait se dire et je l’ai lu : “oui l’élève est jugé sur son comportement et ce qu’il a fait”. Oui, exactement, c’est pour cela que les professeurs passent leur temps  à expliquer qu’un bon comportement sera une porte ouverte vers une poursuite d’étude. Il ne faut pas se leurrer, si l’élève n’est pas sérieux, est bavard, perturbateur, etc. Une formation qui a pour but de former de futurs professionnels va l’écarter car on veut mettre dans les meilleures conditions possibles les futurs étudiants pour qu’ils puissent avoir un bon apprentissage. 

C’est alors que s’enclenche une seconde phase celle des choix des dossiers par les établissements. Mon lycée ayant des BTS et étant moi-même enseignant au sein de cette formation, j’ai aussi participé à cette phase. Alors pour mettre ca au point de suite, l’algorithme de Parcoursup ne choisit personne. Par contre il permet de classer les dossiers selon a peut prêt tous les critères de la terre [avis de conseil de classe, moyenne etc…] ce qui va nous permettre une meilleure lecture des dossier. Les jury d’admission vont consulter l’ensemble des dossiers pour faire un tri. Puis faire un classement entre ceux qui sont prit,ceux qui sont en liste d’attente et ceux que l’on ne prendra pas.

Tous les dossiers sont considérés comme des vœux 1 et donc motivés. A nous les enseignants de faire le choix. Car nous avons que 35 places à fournir.

Alors pour répondre à un des arguments les plus courants mais aussi les moins intelligents : Acceptons tout le monde sans sélection. Alors oui c’est beau mais nous avons reçu plus de 400 dossiers pour 35 places. Alors si on suit ce genre de recommandation nous devons ouvrir 10 sections avoir autant de salle à disposition et autant de prof pour enseigner. Sachant que ca veux dire clairement construire un nouveau bâtiment et faire un recrutement  d’enseignants de masse pour cette année.  Sachant que sur les 400 dossiers qui va réellement venir? On va recruter pour rien ou alors on forme en 2 mois [LOL] du coup on risque de se trouver avec un bâtiment vide et enfin combo final est ce que l’année prochaine nous aurons autant de candidats?

Evidemment si 400 élèves viennent dans mon lycée cela veut dire que des formations font être vide surement dans d’autres domaines, que des enseignants vont être sur le carreaux etc… Evidemment je parle même pas de ceux qui pensent qu’il valaient anticiper la hausse d’effectifs car cette hausse se transforme en baisse l’année qui suit [Le pic n’a duré qu’une année voire deux, par exemple mon lycée est revenu à la normale après le passage du pic des naissances de 1998]

Bref nous devons choisir faire le tri entre les élèves motivés et ceux qui se sont inscrit par hasard. Pour cela on va se baser sur leur sérieux en cours car si vous avez 11 et que vous êtes insupportable, le dossier à 10, sérieux et motivé sera choisi. Car au delà des notes ce qui compte c’est le sérieux et pour cela on va lire les appréciations des professeurs et des conseils de classe. Nous ne connaissons pas les élèves et les personnes qui peuvent mieux nous renseigner, ce sont les professeurs qui travaillent avec eux depuis un ou deux ans. Quand nous avons terminé tout cela est enregistré dans la machine et nous n’avons plus qu’a attendre les réponses des élèves et futurs étudiants.

C’est la troisième phase, celle où les élèves vont accepter ou refuser les propositions. J’ai suivi avec intérêt cette phase pour aider mes élèves à choisir et surtout valider leur choix pour libérer la place pour les autres. Car la machine agit simplement : dés qu’un élève valide sa place, celle-ci est occupé et tout ces autres vœux sont annulés ce qui libère automatiquement de la place dans les autres filières. Ce processus assez long fait monter progressivement les élèves en liste d’attentes. D’ou la bêtise de ceux qui ont gueulé le premier jour, c’est un système de chaise musicale et donc il faut attendre la décision des élèves pour savoir quel établissement va libérer de la place. Dans ma classe, dans les 3 premières semaines la moitié de ma classe avait son orientation. Progressivement ce sont les dossiers les plus faibles ou les plus compliqués qui n’ont pas trouvé chaussure à leur pieds, sauf à la fac. Sachant qu’après le bac, c’était quasiment toute la classe qui avait une orientation proposée ou désirée.

Mais il restait des dossiers en attentes, d’ailleurs à la rentrée, le système va encore se mettre en route afin de faire les derniers ajustements pour certains candidats. Pour prendre mon établissement, il y a encore des places et donc nous allons voir si nous pouvons les remplir soit avec des dossiers en attentes, soit avec une procédure de rentrée pour ceux qui n’ont pas eu d’orientation et désirerait s’orienter vers une filière où il y a des places. L’orientation n’est pas une mince affaire mais elle est prise au sérieux à l’école.

Cet article avait pour but de revenir sur l’orientation des lycéens. C’est loin d’être facile, il faut savoir écouter, proposer et aussi bien connaitre les voies. Evidemment nous sommes principalement dans le conseil et l’écoute pour que les élèves réussissent. Parcoursup est juste une plateforme qui va aider à mieux orienter les élèves et non le monstre annoncé par l’opposition qui fait de l’opposition. En 20 ans nous sommes passés de dossier papier, payant et donc qui excluaient certains profils. Aujourd’hui,  les mêmes ont la possibilité de demander toutes les poursuites d’études sans surcout et c’est un progrès pour moi.

D’ailleurs pour ceux qui parlent de sélections avait vous conscience que la sélection se fera en première année de fac, notre objectif est d’éviter cette hécatombe. Après, rien n’empêche un élève d’essayer un temps l’université même si on lui a conseillé de ne pas y aller. Il y a toujours des surprises car encore une fois ce n’est pas une science exacte et les élèves sont parfois surprenants.

Je vous souhaite une bonne rentrée.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :