Mon gros bordel pour faire cours à la fac 3 – Le Cours Magistral est éternel

Après avoir affronté le service de reprographie, puis le calendrier universitaire, notre héros revient dans de nouvelles aventures où il s’apprête à affronter la terrible organisation pédagogique de l’université.

L’université m’offre toujours de nouvelles surprises. D’années en années, j’ai espoir que celle-ci fonctionne correctement mais surtout j’ai espoir qu’elle de me prennent pas au dépourvu. Pourtant comme à son habitude, l’université reste toujours surprenante.

ten

Cette année, j’ai décide de moins travailler avec la Fac. Mon emploi du temps au lycée est des plus surchargé : nouvelles matières, plus de cycles supérieurs et je suis dans un cycle de préparation en diplôme comptable. Bref je croule sous le travail. Cette année, je ne prendrais en charge que le CM que je dispense depuis des années et je délègue mes TD à ma chargée de TD. Je préviens la fac durant les vacances et je me prépare pour la rentrée universitaire.

L’université reprend dès la seconde semaine de septembre. Je réparti mes cours pour terminer avant les vacances d’octobre. Soit 15h répartir en 6 cours de 3 et 2 heures. Bref tout étant validé par l’administration, tout semble rouler parfaitement.

Puis au bout de quatre semaines, je me dis que c’est curieux que je n’ai rempli ni dossier, ni eu de demande de la part de l’université pour être inscrit en tant que vacataire. Je me dis qu’avec de la chance, cette année, l’université valide automatiquement les dossiers des vacataires qui reconduisent leur cour. Dans le doute, je décide de partir au service RH.

Mes espoirs sont vite éteints. On ne m’avait pas envoyé le fameux dossier d’inscription et personne ne semblait se poser la question de qui était le gars qui enseignait en L3 en CM. La dame de RH profite de ma présence pour faire le point du coup, vu que je n’existe pas pour le moment autant prendre les informations nécessaires.

D’abord, j’apprends que cette année je dois être engagé par un professeur titulaire de l’université mais étant responsable de CM et que personne m’a embauché. N’étant sûr de rien, je donne le nom du responsable de la troisième année de licence. Il m’a envoyé un SMS durant les vacances, je considère ce texto comme un acte d’embauche.

Ensuite la dame me fait le topo de mon année. J’apprends que je donnerais un TD que j’avais refusé avec mail à l’appui et une réponse favorable de la part du secrétariat de L3. Mais soit.

Puis j’apprends que le CM que je donne depuis 3 ans est passé de 15h à 18h durant les congés estivaux. Chose que j’ignorais mais dans un soucis d’harmonisation tous les CM sont fixés à 18heures. Dans l’idée pas de soucis mais quand on a commencé un cours de puis 9 heures et qu’on en prévu 15 heures car personne n’a pensé utile de me prévenir que la durée avait changé. Pas de panique, je me dis que je vais devoir raconter un truc durant les trois heures manquantes. MAIS que trois heures de plus sont surement justifiées par un programme plus dense ou mis à jour.

Naïf que je suis…. En sortant de la RH, je m’empresse d’écrire au responsable pour lui demander ce fameux programme augmenté.

Erreur de ma part, le programme n’a pas changé. Il fait quatre lignes comme avant. Oui, vous avez bien lu : QUATRE lignes. Afin de nous garantir une liberté pédagogique forte les programmes sont succincts, très succincts. Le problème c’est que mon programme rejoint d’autres programme où du moins s’entremêlent. Je comprends mieux pourquoi certains étudiants semblaient me dire que mon cours ressemblaient fortement à celui de ma collègue. Vu que personne ne se parle, s’échange ou fixe des délimitations au programme de chacun pour avoir une cohérence pédagogique sur l’ensemble de la licence. Les programmes peuvent se répéter pensant que l’un ou l’autre ne l’a pas abordé ou inversement, je n’aborde pas certaines notions, pensant qu’elles sont abordées par mes collègues.

En une demie heure, j’ai appris que j’enseignais 3 heures de plus, que je devais créer un nouveau chapitre qui rentrait dans mon programme sans déborder sur les autres et enfin que je n’étais pas encore inscrit comme enseignant.

Encore une bonne journée à l’université.

Publicités

Un commentaire sur “Mon gros bordel pour faire cours à la fac 3 – Le Cours Magistral est éternel

Ajouter un commentaire

  1. L’URCA, comme rarement j’ai vu, ne fait pas dans l’harmonisation au sein de certaines licences qu’elle propose. Les masters gérés d’une manière encore différente, ne souffrent pas vraiment de la même chose.
    Entre problèmes d’harmonisation dont ton récit témoigne parfaitement, d’organisation, de communication bancale, de manque de cohérence dans les programmes (entre objectifs des cursus et réelles aptitudes des étudiants au final), sans compter les gueguerres pour le pouvoir (et oui, quand des chercheurs français sont payés moitié moins que leur confrères européens pour le même niveau d’étude et des exigences de publications similaires, ça crée des complexes de domination parfois), l’enseignement supérieur ça craint!!
    C’est bien pour ça que je me refuse cette carrière.

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :