Les trois meilleurs top 10 Cinéma de l’année 2018

C’est l’heure du bilan Cinéma 2018. Comme celui de 2017, je serais accompagné de mes deux meilleures hommes de mains pour vous mettre dans le visage nos différents tops de l’année.

Le top 10 de Gui.k.D

Après avoir vu 185 film sur une année 2018 de cinéma. Je peux la qualifier de mouipastop. Globalement en 2018, j’ai eu des bons moments de cinéma, des films chouettes ou sympas mais un nombre incalculable de films moyens ou bof, de blockbusters ratés ou de films insipides. Ce n’était clairement pas une grande année de cinéma. Ce top 10 ne fut pas si facile à concevoir car rien n’émergeait directement en tête à part quelques films.

Mais j’ai réussi à sortir 10 films qui méritent d’être vu cette année. J’ai vu des bons films d’où un début de top où je présente deux films pour une place. Mais pour le podium, Je vous choisis les trois claques de cette année pour moi.

10. The shape of water (Guillermo del Toro) : 

10-the-shape-of-water

Une revisite du film de monstre. Poétique sans être effrayant, un film tout doux. Ce n’est pas la claque attendue mais c’est un bon et beau moment de cinéma. Le film m’a laissé un bon souvenir et je vous invite à le regarder si vous aimez les histoires d’amour et les histoires de monstres.

9. Under the silver lake (David Robert Mitchel) : 

1122155-jpg_615011-503811309014jpg

Film américain sous acide où la réalité et la fiction semble s’entremêler. Un peu trop barré, méga référencé pour le geek averti. C’est un vrai moment de cinéma clairement pas tout public mais divinement intéressant et intriguant. Une plongée underground dans L.A.

8. Ghostland  (Pascal Laugier) et Halloween (David Gordon Green)

Deux films d’horreur en huitième place. J’avoue que je n’arrive pas à les départager même si les deux films proposent deux expériences différentes.

halloween-david-gordon-green

Halloween, le retour d’une licence réussi. Fort, stressant, puissant, des femmes fortes et avec de vraies bonnes idées de réalisation. Un grand moment.

ghostland_a

Ghostland, cette claque de stress, de peur, de putain mais ça ne va jamais se terminer bordel de cul. Le film te prend à la gorge et ne te lâche pas. Aussi efficace qu’inattendu.

7. Première année (Thomas Lilti) :

640_3268506.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Une vraie surprise. Je m’attendais à un truc plan plan mais c’est drôle, touchant, très vrai. Les deux acteurs sont excellents et c’est très bien joué car on se sent concerné par ce qui se passe à l’écran. Une de mes surprises parmi les films français.

Je vous glisse Amanda toujours avec Vincent Lacoste qui est vraiment un excellent acteur. Petit film frais qui se laisse regarder.

6. Jusqu’à la garde (Xavier Legrand) :

49572449_2045915902155348_6495600597352316928_n

Film dont j’étais sorti interrogatif. Puis j’ai discuté, j’ai échangé, j’ai repensé au film régulièrement. Sa structure, son rythme, sa pression font qu’effectivement, le film reste en tête. Je vous invite à le découvrir et vivre une petite plongée en enfer. Aussi tendu qu’inattendu.

5. Moi, Tonya (Craig Gillespie) :

970473c_8426-18movfr.dlx5

Une belle petite surprise. Un film que j’ai trouvé fun, original et complètement décalé. Biopic de la sulfureuse patineuse américain Tonya Hardy. C’est  drôle et vraiment un bon moment de cinéma. Les seconds rôles sont succulents et l’histoire semble si folle que quand on nous rappelle que c’est vrai, cela semble surréaliste.

Une des surprises de cette année que j’ai gardé en tête tout au long de l’année pour sa réaliusation et sa pêche.

4. Le Grand bain (Gilles Lellouche) :

ob_70679b_le-grand-bain

Le gros succès du box office français. J’ai adoré ce film. C’est franchement, fun, rigolo, décalé avec une vraie bande d’acteurs qui font plaisir à voir. Un bon moment de cinéma. J’ai ri, j’ai eu mon shoot de bons sentiments et je suis sorti ravi de ce film. A voir.

On arrive sur mon Podium. Peut-être surprenant pour certains mais ces trois films m’ont réellement fait vibrer, touché, j’ai passé de vrais bons moments au cinéma.

3. Ready player one (Steven Spielberg) :

READY PLAYER ONE

Une pure œuvre de pop culture, j’y suis allé en mode ca va pas être bon et puis Spielberg m’a montré qu’il est toujours dans le game. Film fou, bien rythmé, complètement dans cet esprit teenager, une vraie dynamique et le vrai film de cinéma qui nous offre du fun en salle obscur. Un film réalisé parfaitement sans fausse note avec une scène d’exception à l’intérieur et quelle scène. Une vraie aventure cinématographique qui prend le spectateur pour le faire voyager. Un gros coup de coeur.

2. Spiderman, Next génération (Peter Ramsey, Bob Persichetti, Rodney Rothman) :

spider-man

Un film d’animation dans mon top, oui franchement, j’ai trouvé ce film largement au dessus du lot de ce que j’ai vu cette année. La encore une claque en terme d’animation mais aussi le meilleur Spiderman que j’ai vu et surement le meilleur Marvel mais genre loin, tellement loin devant. Je le met bien au dessus de Black Panther qui offrait un peu de nouveauté et un Avenger 3 sympa mais tellement calibré et efficace  qu’il est peu surprenant. Par contre ce Spiderman a su me surprendre, être adulte, parfois choquant et dur. Il offre une animation incroyable avec des vraies idées de réalisation, de couleurs et dessins. Bref, vous avez compris, c’est très bon.

1. A Silent Voice (Naoko Yamada ) :

36398-a-silent-voice-_2_

Le premier de mon top est un film d’animation Japonais. Le meilleur film que j’ai vu cette année, celui qui m’a le plus marqué. Marquant pour sa thématique sur le harcèlement scolaire, l’handicap, l’amitié. Un vrai discours intelligent et prenant. C’est beau, c’est bien traité et c’est intelligent. Mon coup de cœur de l’année loin devant. Je vous recommande de regarder ce film.

Ce classement ne tient en compte que mes ressenti et mes expériences de cinéma. Je citerais pourtant d’autres films qui sont hors classement mais dont mes amis vous parleront ou non : 3 bilboards, film surprenant et intéressant j’ai beaucoup hésité à le mettre dans mon top car j’ai été pris par ce film.  Paranoïa entièrement film avec un Iphone, prenant stressant, déstabilisant, sorti cet été un peu dans l’indifférence, une bonne montée en pression. Astérix et le secret de la potion magique et oui, j’ai adoré. Un Astérix grave à la hauteur des premiers albums : drôle et super référencé avec un Astier aux commandes qui s’est de quoi il parle. Un vrai plaisir. Blackkklansman, le dernier Spikee lee pour son histoire sympa mais aussi son final qui te casse le délire et porte à la réflexion.

Je laisse la parole la parole à mes deux meilleurs conférenciers avec qui je parle et j’échange le plus niveau cinéma. Ma chère Léa et mon double maléfique.

Le top 10 de Léa :

Cette année, un classement plutôt éclectique puisqu’il y a aussi bien du film d’animation, que du film français, du film d’horreur, du film d’auteur, du blockbuster…

Malgré tout, si le numéro 1 était une évidence absolue, le reste du classement est assez flou et il fut difficile de les classer dans un ordre précis. Ne tenez donc pas forcément compte de l’ordre.

10. Blackkklansman

49237416_353920235391028_2208049747799834624_n

Fortement critiqué pour son côté trop « Disney », Blackkklansman est néanmoins un divertissement politique très réussi. Casting formidable et l’un des films où j’ai le plus ri cette année. Très (trop?) américain, je suis pourtant rentrée dans l’histoire et j’ai trouvé le propos sur l’identité (surtout d’Adam Driver) très intéressante.

Spoil alerte : Alors que je croyais la fin un peu trop happy end et optimiste, Spike Lee nous balance des images documentaires qui nous remettent les idées en place et nous rappellent que la lutte est loin d’être terminée.

2h16 mais on ne voit pas le temps passer, à voir !

9. Under the silver lake

49173002_215909856016062_1797448881437409280_n

Satire évidente du monde d’Hollywood et du milieu artistique en général, David Robert Mitchell (réalisateur d’IT FOLLOWS) explore également les symptômes du monde moderne : paranoïa, voyeurisme, star-system controversé mais toujours aussi attractif. Derrière un univers ultra coloré, se cache l’envers du décor et ce que la pop culture a fait de nous. Enormément comparé à Lynch (en moins sombre cependant), David Robert Mitchell signe ici un film imparfait mais passionnant en termes de forme comme de fond. Laissez vous emporter par ce film si pour vous le voyage est plus important que la destination.

8. Climax

49617561_536600220164625_8941139384963432448_n

Le film le plus WTF de 2018. Pas du tout fan du cinéma de Gaspar Noé, j’y allais un peu tendue en me disant que je partirais peut-être de la salle si c’était insoutenable. Film complètement inédit dans la forme, décrivant la descente aux enfers d’une troupe de danseurs qui fête la fin de leur stage tous ensemble, quelqu’un a mis de la drogue dans leur sangria… Les scènes de danse sont incroyables, la musique (à fond durant tout le film) est hyper bien choisie et on en vient même à avoir la nausée durant la deuxième partie du film… Ca rappellera sûrement des souvenirs de soirée à certains… Claustrophobes s’abstenir, pour tous les autres, à regarder sur grand écran et avec musique à fond pour une expérience unique.

7. Chien

Chien-still

Vous serez sûrement peu nombreux à l’avoir vu, il est passé dans peu de salles. Il y a une sorte de boycott des films de Benchetrit, ils sont pourtant brillants et poétiques. Après le sublime « Asphalte », Benchetrit revient avec « Chien » une fable hyper cynique sur la soumission à l’autre et notre place dans la société. Parfois (s’)abandonner est la plus grande preuve d’amour et de courage. Vincent Macaigne tient son meilleur rôle. Un film qui choque, qui bouleverse et qui provoque le malaise aussi parfois, mais un film nécessaire dans notre monde actuel. Dans une société où l’on nous répète en permanence qu’il faut nous battre, Samuel Benchetrit nous prouve que l’on peut obtenir ce que l’on veut en renonçant. Cruel mais tendre.

6. Gueule d’ange

49900251_1235370336612842_689840737797275648_n

Tout comme In the fade, la critique n’a pas été tendre avec le film de Vanessa Filho. L’hyper-esthétisme du film l’éloigne de son caractère social pourtant évident. Ici on raconte une tranche de vie d’un certain type de personne, que l’on appelle communément « cas soc' », Marion Cotillard fan de téléréalité et des tenues rose Barbie rencontre un mec en boîte de nuit et laisse sa fille de huit ans livrée à elle-même pendant plusieurs jours. Le grand intérêt du film est le focus sur l’enfant et l’évocation d’un sujet rare et pourtant courant : la dépression enfantine. Petit bonus pour la bande originale du film composée par la moitié du groupe Aaron, Olivier Coursier.

5. Halloween

49496931_306629079961953_2077901119060705280_n

Le meilleur film d’horreur de cette année. Pas forcément en termes de frissons (il en faut pour me faire peur) mais un bon scénario bien ficelé et dans l’ère du temps avec des personnages féminins forts, bref une suite réussie et c’est assez rare pour le signaler. On ne s’ennuie pas un instant sans que cela tombe dans la surenchère habituelle des films d’horreur. La mise en scène est audacieuse et je peux vous garantir que vous passerez un excellent moment.

4. L’île aux chiens

49815851_518362978650447_3804821556551483392_n

On ne présente plus Wes Anderson. Chacun de ses films est toujours très attendu et on est rarement déçu. Celui-ci ne déroge pas à la règle. Fable cynique, tendre et émouvante, l’île aux chiens est un chef d’oeuvre en termes de film d’animation.Le film dresse un portrait sombre et cynique des humains, leur incapacité à communiquer, leur individualisme qui les rend plus primaires et moins humanistes que les chiens. En gros, un contemédie moderne pour petits et grands.

3. Nos batailles

49599637_801949303471287_283600289737474048_n

Je remarque que ce top 3 est placé sous le signe de l’émotion… Pour moi, c’est le meilleur rôle de Romain Duris. Guillaume Senez allie drame, film social et même comédie avec le personnage de Laetitia Dosch. Le casting est parfait, le message du film est très beau, c’est simple mais bien réalisé. C’est la vie tout simplement, dans tout ce qu’elle a de tragique et de formidable. A voir (mais avec une boîte de Kleenex à proximité).

2. In the fade

49200002_1128028160708366_3590191908942512128_n

Ce film a complètement divisé la critique (et est très mal noté sur Allociné) mais il m’a profondément marquée cette année. Diane Kruger a obtenu le prix d’interprétation à Cannes et c’est amplement mérité. Alors qu’elle perd son mari dans un attentat, on traverse toutes les phases du deuil avec elle, animée par la vengeance elle va se démener pour obtenir justice. Le mélange de force et d’extrême fragilité qui se dégagent tout le long du film glacent le sang. Un film avec une thématique lourde mais traitée intelligemment, avec une belle pudeur, une performance d’actrice qui vaut le détour.

1. Jusqu’à la garde

49572449_2045915902155348_6495600597352316928_n

La plus grosse claque de 2018 et de loin. Encore plus impressionnant lorsqu’on se dit que c’est un premier film. Pourtant à première vue, rien d’exceptionnel : le scénario est simple et peut se résumer en une ligne. Mais les acteurs sont incroyables et la tension et le malaise qui vont crescendo sont maîtrisés à la perfection. Ce travail sur les silences, sur les souffles… bouleversent littéralement. Lorsque le film s’est terminé, personne ne s’est levé dans la salle. On était tous sous le choc. L’émotion la plus forte de 2018.

Les oubliés (mais pas tant que ça finalement) sont : Moi Tonya (très bonne surprise notamment sur la mise en scène), Amanda (touchant), En liberté (fable hilarante), 3 billboards (aussi jouissif qu’un Tarantino), Sans un bruit (film d’horreur très original), Girl (pour découvrir le nouveau réalisateur prodige Lukas Dhont), Call me by your name (pour sa scène finale qui m’a brisée le coeur), Thunderoad (pour la même raison).

Enfin, mention spéciale pour la série The haunting hill house de Netflix. Meilleure série que j’ai vu cette année avec l’épisode 5 qui m’a hantée (vraiment) pendant plus de deux semaines et qui peut encore me donner des frissons rien que de l’évoquer. Bien plus qu’une série d’horreur c’est surtout une série psychologique sur nos angoisses et névroses profondes, familiales et personnelles.

ps : spoiler alert, ne vous fiez pas à son happy end… le diable réside dans le détail…

Pour conclure soit en beauté soit parce qu’il a été le plus à la bourre mon partenaire de ciné : Mon double maléfique.

Le top 5 de Gyome :

Un top sans commentaire, brut et libre d’interprétation.

5 – Black Panther

7792344956_chadwick-boseman-dans-le-role-de-black-panther

4 – Dans la brumebrume_a

3 – Première année

http___o.aolcdn.com_hss_storage_midas_dca9d4e07c5b0d70e7d06a0b0898b94c_206645581_premiere annee 2

2 – Blackkkansman

maxresdefault

1 – Shape of water

6a5260dd65eb4195a3b2b17d05a13b63_2t9c5L1_header

Merci d’avoir lu ces tops. Peut-être différent de vos attentes ou de vos goûts. Evidemment ces choix n’engagent que nous, la meilleure façon de voir si cela vous plait, c’est de regarder un film et de vous forger un avis. Mais si ces tops peuvent vous donner envie de regarder des films, c’est parfait.

Pour les amateurs de ciné, nous attendons vos tops 2018.

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :