Mes bandes dessinées #58 : Saint Seiya

Je viens de m’apercevoir que je n’ai pas chroniqué  mon œuvre préférée. Le manga ultime à l’origine du dessin animé qui a bercé mon enfance et mon adolescence. Le manga qui m’a fait découvrir la mythologie grecque et scandinave, regarder les constellations et lire la divine comédie de Dante, je vous parle bien évidemment de Saint Seiya. Connu sous nos latitudes sous le nom quelque peu cocasse mais pas dénué de sens : “Les chevaliers du Zodiaque”.

saint_seiya_2_20

Alors j’ai déjà parlé de la série, des reboots et même du film mais jamais du manga originel que j’ai lu et relu. Il est temps de réparer cet impair.

Saint Seiya est un manga né dans la deuxième partie des années 80. Dans le lot des Hokuto no Ken, Dragonball et autres succès de l’époque. Je pourrais avancer qu’il fait parti du fer de lance qui a popularisé le manga dans l’hexagone et puis le monde. Enfin c’est surtout son adaptation en dessin animé qui fut un succès mondial. Saint Seiya n’a pas duré dans le temps comme Dragonball. Celui-ci était loin derrière le succès de Saint Seiya à l’époque. Les magasins se faisaient dévaliser et Bandai France était complètement dépassé par ce succès inattendu.

L’histoire nous compte les aventures de Seiya, le chevalier/Saint de Bronze de Pégase. Il fait partir d’un ordre millénaire au service de la Déesse Athéna qui se réincarne sur terre tous les mille ans pour défendre l’amour, la justice et la paix.

24

Seiya est un orphelin envoyé en Grèce pour suivre l’entrainement des chevaliers et ramener l’amure de Pégase au Japon. Il va affronter et devenir ami avec d’autres chevaliers de Bronze. Seiya et ses amis affronteront le sanctuaire contre les fameux et populaires chevaliers d’or pour déjouer un complot et remettre la véritable Athéna à la tête des Saints.Chevaliers. Puis ils affronteront Poséidon et ses généraux et enfin Hadès et ses spectres.

J’ai découvert l’animé à la fin des années 80. J’étais conquis, je ne loupais jamais un seul épisode. J’ai chialé comme une madeleine quand le chevalier du Dragon s’est sacrifié contre le chevalier du Capricorne. J’ai surkiffé cet animé. J’ai lu et découvert le manga bien plus tard à la fin des années 90. Ce fut un peu la douche froide. Le dessin de Kurumada n’est pas des plus joli surtout les premiers tomes mais le style s’améliore au fil des chapitres. Ce sont 28 tomes qui retracent les aventures des Saint de bronze face aux adversaire d’Athéna. On y retrouve toute la dramatique qui fait le charme du manga.

J’ai parlé de drame, exactement. Au delà du shonen classique où des jeunes gens vont dépasser leurs limites pour vaincre leur adversaire au nom de leur idéal. Le manga est un drame. Combats fraternels, sacrifices mortels, ennemis honorables, toute la tragédie grecque est là. Saint Seiya nous parle de honneur, de respect, de dépassement de soi, de bromance, de sauver le monde, de sacrifice. C’est un manga intense où les héros se dépassent dans chaque combat pour l’amour et la paix. Peu importe les sacrifices souvent total des héros pour renverser la situation. Ce qui permet de crée une tension intense et souvent de l’émotion. Les arguments en sa faveur sont nombreux. Je vais essayer de vous en parler.

Saint-Seiya-manga-image-001

Les héros. Saint Seiya nous offre cinq héros au caractère bien trempés et différents. Seiya, le héros qui se relève tout le temps et qui va de l’avant, Shiryu le gars posé qui réfléchi toujours trop et qui sort toujours des techniques interdites avec une option cécité récurrente. Hyoga le sentimental qui doit toujours surpasser ses sentiments et devenir impassible pour protéger les siens avec une tendance à devoir tuer tout ceux qui l’aime. Shun qui déteste se battre et préfère éviter tout conflit mais sera toujours amener à devoir combattre. Ikki, le badass de l’enfer qui vient toujours botter des culs quand tout semble perdu.

Un manga épique. A mes yeux c’est même la définition de l’épique absolu. Les héros sont toujours face à des dangers dépassant l’imagination et vu qu’ils se battent pour sauver la terre tout en étant prêt à se sacrifier pour que leurs amis continuent le combat. Surtout l’un des éléments fort du manga, c’est que les héros n’affrontent pas vraiment des forces du mal mais plutôt des adversaire ayant une conception différente du bien. D’où un profond respect des adversaires, des hommages, des larmes, des malaises à devoir combattre des adversaires qui sont plutôt de chics types et accompagné de revirements de la part des ennemis qui comprennent que leur vision des choses n’était pas la bonne mais souvent trop tard. Le manga est tout sauf manichéen

Saint Seiya n’est pas une recherche de qui est le plus fort, ce n’est pas Dragonball. Mais qui a raison, qui se bat pour la bonne conception de la justice, pour le bien. Qu’est ce que la justice? Les héros ont-il raison? Leur vision est elle la bonne? Dans la partie du Sanctuaire, les héros sont considérés comme des rebelles qui s’élèvent contre l’autorité du Sanctuaire et leur adversaire les affrontent en pensant qu’ils sont une menace pour l’équilibre du monde. Tandis que nos héros sont tout aussi convaincu que leur cause est noble car ils se battent pour la vraie représentante d’Athéna et doivent convaincre leur adversaire qu’on les a trompé, qu’il se trompe de camps.

ND_CAP_53-818x426

D’ailleurs la tromperie et le mensonge sont souvent à l’origine des conflits dans Saint Seiya. Cet élément scénaristique permet de soutenir ce coté épique. deux adversaires convaincus de se battre pour le bien pensant que l’autre est une menace pour la paix. Dans la lecture, rare n’est pas le moment où j’ai de la sympathie pour l’adversaire car ce n’est pas un être mauvais.

Autre point d’intérêt du manga est la plongée qu’il nous offre dans la mythologie grecque ou mondiale. Hormis nos héros qui portent des noms à consonance japonaise, tous les adversaires portent des noms ou leur armures issue de la mythologie  ou de légendes qui ont construit le monde. Cette culture mondiale est à une des raison de succès du manga. Surtout que l’auteur se sert de cette source pour étoffer ces personnages ou les situations.

Je ne vous ai pas parlé du point fan service : les armures. Les saints ou chevaliers revêtent des armures pour se battre. Elles ont pour forme la constellation ou l’animal mythologie dont elle est issue pour ensuite former une protection pour le chevalier qui l’a porte. Un coté transformation qui ajoute au coté badass du manga. Armure de plus en plus couvrante selon l’ordre ou le niveau du personnage. Les armures d’or représentant les signes du zodiaque étaient les plus populaires car chacun pouvait se référer à son propre signe pour identifier son personnage favori.

seiya2Dernier point d’intérêt pour vous convaincre. C’est le summum de la Bromance. Seiya et ses frères d’armes ont été ennemis puis sont devenus alliés prêt à se sacrifier les uns pours les autres. Shiryu, Hyoga, Shun ou Ikki vont se battre ensemble, se sauver, se sacrifier pour les autres avancent, pleurer, respecter le sacrifice de chacun, se donner la forces pour progresser. En clair, Saint Seiya vous parle de lien entre mecs à son paroxysme. C’est d’ailleurs l’un des fils conducteurs du récit.

 

Je l’ai dit au début, je suis très fan de ce manga. J’ai pleuré quand certains héros se sont sacrifiés pour vaincre des adversaires, j’ai frémi quand tout semblait perdu. J’adore toujours autant ce manga car il est ma référence en terme de respect, de sacrifice de soi et d’amitié. Mais surtout c’est un récit prenant, intense et fort. Il est difficile de lâcher le manga et de ne pas avoir envie de lire la suite.

Si je peux vous donner un conseil, c’est de lire cette œuvre, de la découvrir ou de la redécouvrir. C’est l’un des chefs d’œuvre du manga des années 80.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :