Mon odyssée vidéo-ludique

Malaka, voilà maintenant quatre mois que j’ai commencé ce road-trip en Grèce. Je ne pensais pas que ça allait être aussi long. Je suis enfin arrivé au bout de mon voyage en Grèce. Je savais que la Grèce antique allait m’offrir une voyage inoubliable pour découvrir le berceau de la démocratie. Mais je ne pensais pas que parcourir Hellas allait me prendre autant de temps.

Assassins-Creed-Odyssey-E3

Qu’est-ce que j’ai fait durant quatre mois? J’ai traversé le Péloponnèse, la Crète, les Cyclades, la Macédoine, Sparte, la Béotie, Athènes tout en y croisant des personnages incroyables comme Socrate ou Hippocrate. J’ai évoqué les dieux, les mythes ou les légendes du panthéon grec. C’était un voyage incroyable et mystique.

J’avais le choix pour mon voyage de me faire accompagner par Alexios ou Kasandra. Je choisis Alexios, un misthios qui deviendra une légende, quasi un demi dieu. Mon personnage est désireux de retrouver sa famille dont il a été séparé durant son enfance. Mais aussi de vengeance contre un obscur culte qui semble diriger en secret la Grèce. Me voilà parti en quête d’aventures pour des heures et des heures de jeux.

J’avais arrêté les Assassin’s creed à la saga Ezio [comprendre au 2 et ses dérivés]. J’avais pourtant les opus suivants mais le manque de temps et d’envie font qu’ils prennent la poussière. Ce nouvel opus dans un univers que j’affectionne, la Grèce antique, m’intéressait. Le coté réaliste mêlé à du fantastique est très attrayant dans la saga d’Ubisosoft. Les Assassin’s creed m’ont toujours plu pour ce côté mi réalité mi fiction. Le mélange est toujours assez réussi. Replonger dans cette saga ne pouvait que me faire du bien. Ce fut mon cadeau d’anniversaire de mon double maléfique : C’est un excellent choix.

Premier bon point : on s’en tape de ce qui s’est passé dans les épisodes précédents. On suit un personnage qui semble sans lien aucun avec les autres assassins, ni les templiers. Surtout sans lien avec les opus précédents, ils ne sont que vaguement évoqués à la fin du jeu. C’est parfait, on a l’impression de se lancer dans une nouvelle quête sans devoir connaitre le background des 300 épisodes précédents [si tu as la réf, tapes dans tes mains].

Le jeu nous offre une vraie odyssée à travers toute la Grèce. Certes il y aura des assassinats bien plus bourrins que dans mes souvenirs mais aussi de l’aventure, de l’amour, du sexe et de la découverte. Plus bourrin car les assassinats avec discrétion ne sont pas franchement de mise et surtout moins efficaces qu’avant, c’est rare de tuer en un seul coup. Des défis, des quêtes secondaires, des bêtes à affronter, des artéfacts magiques à récupérer. J’ai vécu la grande aventure.

Le jeu est dense et riche. J’ai toujours eu un truc à faire à récupérer, un nouveau lieu où me rendre, des personnages avec qui échanger, qui me propose des quêtes. D’ailleurs même si j’ai terminé les quêtes principales, il me reste une pelletée de trucs à faire dans le jeu si je veux vraiment le platiner. J’en ai eu pour mon argent, enfin plutôt Gyome en fait.

Contrairement aux autres AC, le jeu ne sombre pas dans la répétition en quatre mois de jeu, j’ai eu peur de cette éventuelle lassitude mais elle n’est pas venue, tant mieux. En particulier grâce à une écriture intelligente et des quêtes principales ou secondaires qui m’ont progressivement balader dans toute la Grèce.

Mais la contrepartie, je trouve, c’est que le jeu semble trop riche. Au début, j’ai eu l’impression de faire du sur place : trop de choses à faire, tellement que je ne savais où donner de la tête. En fait, il faut vouloir avancer prendre le large et partir à l’aventure car sinon le jeu peut vous fournir en missions et quêtes dans une région durant des heures sans aucun soucis. Il y a toujours quelque chose à faire et les missions sont variées. Certaines offrent de mini histoires plus ou moins intéressantes et les rajouts du DLC gratuit sont assez sympas. En tout cas, Ubisoft propose diverses situations pour éviter les missions secondaires redondantes [qui existe en mode ramener tel objet ou tuer telle personne] mais dont l’on peut totalement se passer.

Evidemment comme ses comparses contemporains, c’est un jeu où les choix influencent la fin. Vu que comme dans chaque jeu vidéo, je joue le héros sauveur de la veuve et l’orphelin [je suis clairement le mercenaire le moins cher de l’histoire], mes finances en pâtissent mais tout le monde est sauvé aucun innocent n’est mort. Enfin si, j’ai voulu emmener des villageois se venger avec moi, ils sont tous morts [bon je les ai vengé en massacrant tout le monde].

kasswatch

Le seul bémol du jeu et encore il n’est pas très fort c’est le coté craftage et collecte pour renforcer ses armes ou son bateau. Les ressources qui sont peu variées, ne sont pas rares mais ultra modérés. Faire des longues balades dans la foret pour tuer des ours pour  récupérer des peaux, des rocher ou des bouts de bois, ce n’est pas passionnant. Le problème c’est que c’est une obligation pour se renforcer. Bien que le vol et le fait de vaincre des ennemis apportent son lot de matières premières.

L’autre point négatif mais pas gênant, c’est la progression du niveau du personnage. Votre niveau de défense, d’attaques augmentent mais ceux de vos adversaires aussi. En clair, vous ne serez jamais ultra balaise par rapport aux plus faibles. il ne se crée pas de différence réelle de niveaux. Vous pouvez passer des heures à augmenter le niveau de votre personnage au final le plus faible de vos ennemis restera à deux unités de niveau de vous. Du coups, les boss se font plus en dextérité, patience et maîtrise de paternes  qu’en rapport de force.

Mais cet inconvénient permet d’avoir un niveau de difficulté correct. Le jeu offre du challenge car il n’est pas si facile. Même avec une sauvegarde régulière les adversaires demandent une maîtrise du gameplay pour les vaincre car ce ne sera jamais facile voire même plutôt ardu par moment. C’est un des éléments qui renforce la durée du vie du jeu.

Ensuite tous les accotés sont sympas : les informations sur la Grèce antique sont une sources de connaissances intéressantes, les paysages et les décors sont des tueries, le jeu est fluide et on s’éclate à se balader sans se lasser. C’est une bonne expérience de jeu prenante et jamais lassante. J’ai passé 120 heures dans la pampa grecque et à aucun moment je me suis ennuyé. J’étais content de terminer de mes quêtes même si le jeu propose encore beaucoup. Je suis arrivé au bout et à part vouloir décrocher le platine, plus rien me retient. Peut être que je tenterai pour le plaisir.

Ce fut une bien belle odyssée avec Alexios

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :