Trek de l’Annapurna, Népal – De Pokhara à Chamé

Le rendez vous était fixé à 6h du mat devant l’hôtel. Le temps d’avaler un copieux petit déjeuner,  notre Jeep était arrivée pour nous emmener jusqu’à Chamé, le point de départ de notre trek. Evidemment, le temps népalais ne s’écoule pas de la même façon que notre temps européen, parfois c’est digne de la salle du temps dans Dragonball. Nous sommes partis finalement vers 7h. Après notre petit déjeuner, les dernières vérifications, la réduction de nos sacs pour ne prendre que l’essentiel, nous embarquons enfin pour une journée de route.

20190412_105846

Enfin de route, de semie route devrais je dire et surtout beaucoup de pistes. La route est chaotique : nids de poule, doublements à la népalaise comprendre en mode « on a qu’une vie ». Notre chauffeur est d’un stoïcisme improbable mais la joue Mad Max pour nous déposer à la destination convenue. Emy et Arno décident de mettre l’ambiance en entonnant tout le répertoire de la musique française ce qui permet de rendre le chemin plus sympa.

20190412_070856

Mais nous avons de la chance car passé la ville de Besisahar, finie la route goudronnée. Enfin ce n’était pas un luxe mais là, nous rentrons sur un vrai chemin. Nos cervicales et nos dos vont devoir encaisser durant 4h. Nous sautons de nos sièges, je me mange le plafond plusieurs fois mais j’arrive à m’endormir [cherchez pas, vous ne pouvez pas test]. J’ai cette capacité à dormir un peu partout.

Durant la route, nous faisons notre pause dans un Lodge pour nous restaurer. Premier constat, nous aurons du Wifi durant notre séjour ce qui est cool pour communiquer et avoir des infos régulièrement.

20190412_145923

Durant la route, une pause improbable. Un jeune népalais nous arrête. Quelques instants plutôt des roches sont tombées sur la route. Pour éviter qu’une Jeep se fasse écraser, les véhicules sont arrêtés. Nous attendons une bonne demie heure, le temps de prendre des photos, de discuter avec notre guide, puis quand tout danger semble écarté, nous reprenons la route.

Vers 17h, nous arrivons à Chamé et notre premier Lodge. Tout à fait convenable, c’est-à-dire il y a de l’eau chaude, une prise dans la chambre, du wifi et des toilettes propres dans notre chambre (gros gros luxe). Le proprio est peu aimable. C’est un peu l’envers du décor dans quelques lodges, nous sommes dans une dimension purement business pas toujours agréable. Sur l’ensemble du séjour nous sommes bien tombés mais ‘j’y reviendrais.

20190412_172023

Pour fêter notre arrivée, nous prenons un thé Massala, qui réchauffe nos cœurs de futurs trekkeurs cassés par la route.

Le village de Chamé est charmant, nous profitons de la fin d’après midi pour nous promener. Pas de route, des magasins proposant quelques produits de premières nécessités et des sources chaudes. Les femmes sont habillées de manière colorée, les enfants jouent et les chiens errants se baladent un peu partout. Comme beaucoup de villages de ce coté du tour de l’Annapurna : des moulins à prières. Le Népal est un pays partagé en l’hindouisme de sa voisine l’Inde et du Bouddhisme qui prend ces racines dans ce pays. Le pays est partagé entre ses deux religions et parfois nous croisons de curieux mélanges où Shiva s’invite dans les temples Bouddhistes. Les moulins à prières sont placés en rangée à l’entrée et la sortie des villages. On les prend toujours par la gauche et on fait tourner les différentes caisses avec sa main droite tout en avançant et en récitant son mantra. Certains sont archaïques et d’autres sont superbement colorés mais tous différents. Nous croisons différents stûpas rustiques sensés représenter Bouddha qui voit tout.

20190412_175936

Après cette petite balade et un solide repas, nous nous faisons gentiment renvoyer dans notre chambre. A 21 heures, c’est l’extinction des feux. Les népalais se couchent tôt encore que dans les grandes villes, nous ne l’avons pas ressenti, autant ici, dans un coin plus reculé, c’est du concret. Dés que la nuit noire tombe sur le village, c’est la fin de toute activité : pas de bar, de personne dehors et vu la difficultés d’avoir de l’électricité, le village est éteint.

Ces conditions seront notre lot quotidien durant tout le trek, nous nous serons toujours couché super tôt. De toute façon à 6 heures du matin, nous devons être opérationnel pour marcher.

20190412_182129

En cette fin de journée, je suis impatient de démarrer notre trek malgré que je sois cassé par une journée de Jeep assez rock’n roll.

Demain le trek commence.

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :