Trek de l’Annapurna, Népal– De Mukinath à Pokhara

Après avoir atteint le sommet, nous ne pouvons pas rester en place. Il fallait redescendre vite. Je pensais, à tort, que la descente serait facile. Certes, elle le fut durant un temps. Jusqu’au moment où la neige s’est mise à geler, puis retombe et que mes chaussures n’adhèrent plus sur la piste. Appuyé sur mes bâtons,  j’ai durant près de  trois heures tout fait pour éviter de ne pas tomber ou de me vautrer dans la neige.

20190418_071837

Je suis clairement à bout de force, mon souffle ne répond plus et je suis épuisé tous les dix mètres. Mes deux compagnons sont loin devant et moi, je n’avances plus. Toujours à la limite de peter une cheville. Le guide reste près de moi, il assure mes pas et se porte garant de mon arrivée au premier village. Histoire de faire une pause avant notre destination du soir Muktinath.

Cette pause est salvatrice. Je suis épuisé et malade. Je prend du coca afin de soulager mon estomac et avoir du sucre. D’ailleurs je demande un sandwich afin d’avaler du pain. Un aliment dont j’ai terriblement envie. Nous reprenons la route qui n’est qu’un simple faux plat descendant. La neige continue de tomber et le brouillard nous entoure.

20190418_065240

Vers 14h nous arrivons enfin en vue de Muktinath sous la neige qui tombe à gros flocons. Nous sommes épuisés. La ville semble importante mais déserte. Avec ce temps, rien d’étonnant. Mais nous n’avons pas le temps d’admirer le paysage, nous ne voyons plus rien désirant qu’une douche, si possible chaude et un poêle pour avoir de la chaleur. Une chance pour nous, l’hôtel nous offre ce luxe indécent. Enfin le chauffe eau étant mort, on nous offre un baquet d’eau tiède.  Mais il est salvateur, l’eau détend les muscles et repose la tête. Cela fait un bien fou. Après avoir pris notre « douche » avec les moyens du bord, nous squattons le poêle n’ayant pas le courage de nous balader sous la neige.

De plus dans ce coin de la montagne, l’électricité n’est disponible que deux petites heures le soir et le matin. Il faudra composer avec. Dommage pour recharger le portable ou avoir de la lumière. Par contre les proprios sont sympas, le lieu est cool et accueillant.  La journée se termine sans que nous ayons quitter le feu, nous sommes vaincus par la fatigue et l’épuisement de notre exploit du jour.

Le lendemain, une excellente surprise nous attend : le soleil est revenu. Notre guide nous propose de visiter un temple bouddhiste tôt le matin. En effet, la ville de Muktinath est un lieu de pèlerinage. Toute l’Asie bouddhiste se rend ici pour prier et avoir les faveurs de Bouddha. D’ailleurs les pèlerins traversent la ville à dos de cheval ou d’âne, ceux-ci faisant la navette entre le parking des bus et le monastère. Nous les voyons passer devant notre hôtel.

20190418_071713

Cette empreinte religieuse nous l’avons vu en arrivant sur la ville. La cité est dominée par un Bouddha noir dans sa toge doré. C’est justement là que nous rendons. Nous nous rendons dans ce temple situé dans les hauteurs de Muktinath. Notre Guide nous explique et nous montre les différents lieux du temple. C’est juste un lieu incroyable pour nous. Tellement différent de ce que l’on connait. On nous explique le fonctionnement du temple. Informations extrêmement intéressantes sur les pèlerins, le rapport à la religion mais aussi sur la diversité des peuples qui viennent se recueillir.

20190418_101826

Après cette visite, nous reprenons la route pour Jonsom notre lieu d’arrivée finale. Un dernier trek de quelques heures. La première partie est superbe : nous admirons le Mustang, région interdite aux étrangers qui n’ont pas de visa [Visa a plus de 500$] on nous traversons de verdoyantes rizières ou champs de pommes, apercevons les anciennes fortifications de Jharkot ou encore de vieux villages. Nous en prenons une dernière fois pleins les yeux. Puis après la pause de midi dans un relai près d’une rivière asséchée, nous filons vers Jonsom. Le chemin est sans intérêt : une piste grossière, chaotique et poussiéreuse parcourue par les jeeps, bus, tracteurs et camions. . Nous évoluons dans la poussière jusqu’à l’étape du soir : Jonsom.

20190419_065401

C’est une grande ville où la aussi l’électricité est rationnée mais une douche chaude nous attends et ça c’est du vrai luxe, je peux vous le garantir. La ville possède des Distributeurs, un aéroport et pleins d’autres infrastructures digne d’une petite ville. Nous sommes loin des villages et hameaux que nous avons traversé.

Nous en profitons pour offrir un verre à notre guide bien qu’au final, il n’a pas été d’une grande aide mais il a été d’une gentillesse à toute épreuve le rendant attachant. Autre point fort de Jonsom, c’est qu’on peut consommer de l’alcool, ce qui était dangereux en haute altitude. Mes compagnons s’en donnent à cœur joie. Je tente pour ma part l’alcool local qui est juste dégueulasse, une sorte d’alcool de riz qui débouche un chiotte. Malgré nos bonnes attentions de profiter de la soirée, c’est la fatigue qui nous guide vers nos lits assez tôt. Le trek est fini, nos efforts ont payé, il ne nous reste qu’a rentrer à Pokhara. Une jeep spécialement affrétée pour nous doit nous y emmener le lendemain.

20190419_113215

Sauf que le lendemain, rien ne se passe comme prévu. Notre premier chauffeur abandonne au bout de quelques mètres pour un problème moteur. Nous changeons de Jeep pour un jeunot qui emmène aussi ses deux neveux et sa belle sœur. OK, déjà on la mauvaise car l’agence de trek nous l’a bien mise à l’envers. Mais soit, ça ne change rien à notre destination.

Commence alors, une longue route avec le pilote le moins doué de tous les temps. Aucune maitrise des rapports de vitesse, conduite chaotique,  une pas très grande confiance dans les doublement sachant que nous sommes sur des pistes complètement défoncées où le ravin n’est pas super loin, autant vous dire que j’ai tenu très fort les manettes de sureté.

L’avantage c’est que les deux ou trois premières heures sont sympas grâce aux paysages, l’arrière pays après Jonsom est magnifique et verdoyant, plein de petits villages et très authentique, un vrai bonheur. On a l’impression d’être dans un autre temps mais c’est sympa de voir les bucherons scier à deux des arbres, de voir les femmes avec des vêtements très colorés se balader ou bosser avec les hommes. Bref une vraie plongée dans l’inconnu.

20190419_082759

Malgré ces moments de vie, la route va être longue et ces paysages bucoliques ne suffiront pas à nous empêcher de fulminer. Au bout de trois heures de piste, nous sommes bloqués sur la route. La raison : le BTP népalais refait la route ou la créer, on ne sait pas trop. Tout ce que l’on sait c’est qu’on ne plus avancer faute de passage. Nous devons attendre 9h30 avant que le tractopelle nous offre un passage.

20190419_144752

Puis, une heure plus tard, nouveau blocage à cause d’un camion arrêté pour des raisons inconnues. A 11h, pause déjeuner de notre chauffeur car il n’a plus envie de conduire. Ensuite alors qu’on pensait rejoindre enfin la route [en fait, non],notre chauffeur s’arrête à un garage et refait les freins. Quand je dis refait, il ne les contrôle pas, il les démonte et les refait vraiment. Sécurité au top et une nouvelle heure de perdue. Nous avançons sans voir le bout. Les heures passent et Pokhara semble impossible à rejoindre. Surtout quand notre chauffeur fait une nouvelle pause, discute avec des potes qu’ils croisent sur la route ou qu’il fait monter gratuitement des potes à lui alors que nous avons payé. Le final étant quand il prend la rivière dans la banlieue de Pokhara et ne retrouve plus la route…

Nous arrivons enfin à l’hôtel après 11H de tape cul et de démonte dos, bien évidemment en ayant déposer sa famille avant. Nous arrivons sur les coups de 18h, lessivé par cette route.

20190419_165705

Après une excellent douche, nous profitons quand même pour prendre l’air et manger dans un bon resto bien mérité à Pokhara. Nous faisons nos adieux et donnons un pourboire à notre guide pour le remercier de s’être occupé de nous. C’était une belle rencontre au final mais si c’était peu utile.

C’est la fin de cette dernière journée qui nous à permis de faire le tour des Annapurna. Le lendemain, nous devons repartir sur Katmandou mais nous sommes loin d’être au bout de nos surprises.

Publicités

Sinon, tu peux laisser un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :