Deagu, Corée du Sud– Dans un thriller coréen

Suite à mon expérience bouddhiste, je fini mon weekend à Daegu, la très grosse ville de la région. Une simple étape. D’après mon guide rien à voir d’absolument important. Ce qui retient mon attention est une rue liée à la médecine orientale où tu peux acheter les racines, les décoctions nécessaire à sa pratique depuis le 17ème siècle : Yangnyeongsi.

20170729_162927Ce marché, c’est surtout les odeurs que l’on retient. Cela sent très bon, des produits fabriqués sur place et qui n’utilisent que des produits naturels. Non loin de cette rue, il y a un musée [gratuit] sur la médecine orientale coréenne. Très instructif vu que je n’y connaissais rien. Le musée semble vraiment bien traiter le sujet mais il est quasi qu’en Coréen, juste quelques vidéo ou textes assez succinct en anglais [mais suffisamment pour comprendre l’essentiel]. C’était pour le côté culturel.

Comme je l’ai dit, n’étant à Deagu qu’une journée, je n’ai pas été super regardant sur le logement. J’ai pris le moins cher, des commentaires plus ou mitigés mais rien d’alarmant. Pour une nuit, ce n’est pas bien grave… J’arrive à l’hôtel qui fait grise mine de l’extérieur mais soit j’avais vu les photos, je ne m’attendais à rien. J’arrive à ce qui me semble l’accueil. La petite vieille me refoule en coréen et je comprend que c’est au troisième. Les deux premiers niveaux étant consacré à des Saunas [l’un de mes critères vu que c’était dans la prestation]. Me voila, au bon accueil. Une petite vieille tremblante d’un peu partout et sans âge m’accueille en coréen. Son anglais se limite… à rien, elle n’en connait pas un traite mot. Elle me sort une fiche plastifiée où est indiqué le nombre de nuit 1, 2, 3 etc… Ok j’indique une nuitée 20170729_203713puis elle retourne la feuille et pour préciser de quel site j’ai réservé : j’indique Airbnb. Du coup, grosse révélation, tout en me parlant en coréen, elle m’emmène à ma chambre. Pas de lumière dans les communs. Pas de lumière dans l’entrée de ma chambre. Puis je découvre ma chambre, une vraie chambre de thriller/polar coréen. Papier décrépi ou décollé, vieux appareils électroménager, lumière d’hôpital, des multiprises encombrées à leur maximum. Une odeur acre, relent de clopes, je suppose. On dirait un vieux bouge de mauvais films. Mais après tout, c’est aussi ca l’aventure. La vieille dame m’explique tout en coréen, je lui répond : “oui oui” sans comprendre un traitre mot de ce qu’elle me dit. Je devine juste : retirer les chaussures, pas fumer, débrancher la machine 1 pour faire fonctionner la machine 2 etc… Bref amusant. D’ailleurs en quittant l’hôtel, juste pour rajouter à l’étrangeté du lieu. Je croise un couple de Japonais pour le moins étrange. Tous les deux en kimono à fleurs, le mec avec une moustache type 19ème, une barbichette, les cheveux longs attachés et un chapeau haut de forme et son amie qui était juste magnifique semblaient attendre le taxi. Nous avons échangé quelques mots sur l’hôtel et son atmosphère particulière.

20170729_173534Afin de vivre une expérience complète de la Corée, j’ai décidé d’aller au sauna. Il y avait un plan pas cher pour y dormir mais j’ai renoncé [j’aurais peut être du]. Le sauna c’est une autre ambiance… quoique. J’arrive dans le sauna, je suis encore le seul européen. Je me fous à poil [oui parce que le sauna c’est comme ça, on est entre mec, pareil pour les filles], je vaque à mes occupations : sauna, hammam, bain chaud ou froid… puis je remarque que les mecs autour de moi sont quasi tous tatoués. En ayant à minimum de culture asiat le tatouage c’est la mafia et c’est pas super bien vu. Surtout quand un bon gros monsieur a un tatouage qui couvre entièrement le dos et d’autres de bonnes grosses chaines en or. J’étais vraiment dans la thématique thriller à la coréenne jusqu’au bout. Mais au final, l’ambiance était plutôt cool même si les habitués me regardait plutôt avec surprises, se demandant surement ce que je faisais là. Puis, les Coréens me semble plus cool du tatouage que les Japonais. Il est aussi ancré dans la culture populaire que chez nous et de moins en moins rattaché à la mafia. De manière général, les Coréens sont moins dans la distance que les Japonais et n’hésitent pas à t’aborder pour t’aider ou tout simplement discuter.

Pour revenir au Sauna, c’était cool. Un bon moment de détente dans des bains chauds c’est vraiment cool, il ne faut juste ne pas être pudique. Après, je me suis baladé dans le centre de Deagu. Il est super dynamique. Je me suis fait aborder pour parler baseball car on m’a pris pour un amerloc. J’ai rectifié et du coup on m’a parlé football et d’Antoine Griezmann. LA FRANCE, les mecs!!

20170729_165252J’ai aussi découvert un chouette café : Modern Dabang. Un café à la mode apparemment. J’y suis rentré car j’ai vu des filles se prendre en selfie devant puis rentrer. je me suis dit qu’il devait y avoir une bonne raison. Déco moderne, épuré, une carte sympa et ambiance assez féminine. Je prends mon café latté iced [ce truc est juste international] et un lemon cake servi dans une tasse tout mimi mais en même temps super bon. L’instagram du café m’a d’ailleurs contacté pour publier une vidéo que j’avais faite du bar. Un échange bien sympathique.

La découverte de Deagu fut riche en enseignement. Je verrais ce que me réserve ma prochaine destination.

Haeinsa, Corée du sud – Temple Stay

20170728_162956Le matin en partant pour Daegu, mon principal soucis fut de récupérer de l’argent  [voir l’épisode précèdent]. Après un temps qui m’a paru interminable à la banque, j’ai reçu assez de cash pour survivre à ma semaine, je pense que je referais l’opération avant ma dernière étape à Séoul pour acheter quelques souvenirs. Après ces préoccupations bassement matérielles, je passe complètement sur un autre plan car je pars vivre une expérience qui œuvre plus pour l’abandon des choses matérielles : je vais passer 24heures au rythme des moines bouddhistes dans un temple au fin fond de la montagne et au milieu de la foret.

Arrivé à Daegu, je prends un bus qui m’emmène jusqu’a Haeinsa. Un des temples les plus connus de Corée car il abrite les textes du bouddhisme les plus sacrés. Appelé Tripitaka Koréana, elle regroupe 80000 tablettes sur les diverses branches du Bouddhisme datant du 13ème siècle. Autre curiosité, le site qui conserve ces écrits parfaitement depuis des siècles [Dans les années 70, les coréens ont même essayé de construire un bâtiment moderne pour assurer leur conservation mais ca n’a pas marché]. Les bâtiments et les écrits sont classés au patrimoine de l’UNESCO. Vous l’avez compris, c’est un temple important pour la Corée.

20170728_171619A coté de cela, lors de la coupe du monde 2002, la Corée a mis en place la possibilité de dormir dans les temps pour gérer l’influence mais aussi l’intérêt de ce genre d’initiative, c’est dans ce cadre que je suis arrivé à Haeinsa. J’arrive dans un cadre magnifique au milieu des bois, des rivières et des montagnes.

Dés mon arrivée, j’enfile un tenue bouddhiste grise. Sans aucun signe ostentatoire, tous les participants au temple Stay sont ainsi habillés. Le silence et le calme est de mise. Le guide nous fait le tour du propriétaire et me voila parti pour 24h à l’heure bouddhiste. Après une visite du temple et de la Triptaka koréana, Je vais prendre un petit Smoothie. Car même dans un temple, il y a un coffee-Shop. Leur passion pour ce type de café est improbable. Puis je prends la direction du réfectoire. Les repas sont entièrement végétariens comme le veut la religion bouddhiste. C’est spartiate mais bon. Nous mangeons dans le silence et le calme. Durant mon séjour, j’ai assisté à deux offices, une avant de me coucher vers 19h et une à 3H du matin [je peux vous dire que celle-là elle fait mal].

20170728_182957Après que plusieurs moines se soient relayé au tambour, les cloches sonnent et je pars assister [enfin prier] dans le temple de bouddha. Je ne vous cache pas qu’en tant qu’athée, je ne suis pas pris d’une ferveur de ouf. Mais c’était intéressant, j’ai suivi le rite bouddhiste et vécu l’expérience à fond, même en n’étant pas croyant, ca reste intéressant. D’ailleurs le fait de se relever et de prier à genoux, mes cuisses ont souffert. J’ai du le faire 20 à 30 fois durant une heure.

Après la cérémonie, un temps libre est accordé puis 21h tous au dodo : extinction des feux. BIM!! bah oui ce n’est pas la récré, c’est un temple. Surtout qu’a 3H du mat, je suis débout pour assister au tambour puis à la cérémonie du matin au temple. Autant vous dire que c’est irréel voire mystique au milieu de la nuit sans aucun bruit alentour. Les moines priant et jouant du tambour. Et les pratiquants priant dans la cour. Tout juste incroyable.

20170728_195819Après la cérémonie, le petit dej est à 6H, autant vous dire que j’ai été dormi entre temps. Le petit dej est tout aussi spartiate que le diner. Un porridge de riz et quelques légumes mais nourrissant. Le prochain évènement étant le rangement de la chambre et le déjeuner, je vous cache que j’ai encore dormi jusqu’a 9H30. Le déjeuner était bien cool par contre : des nouilles de Soba froides avec des légumes et du melon. Très bon.

Ce fut une expérience assez mystique et incroyable. Je pense que c’est à vivre, on peut être contre ou réfractaire à la religion mais la vivre et essayer de la comprendre fait partie de la culture humaine. C’était quelques choses que je suis content d’avoir vécu. Je suis loin d’être converti mais en tout cas j’ai appris des choses. D’ailleurs, même si je ne l’avais pas conçu ainsi ce voyage en Corée s’annonce riche dans bien des domaines. Chaque jour je vis une nouvelle expérience.

D’ailleurs mon retour à Daegu m’a apporté son lot de surprises…

Andong, Corée du Sud – Quiétude, Stress et alcool

20170726_150803Je suis arrivé par le bus à Andong en début d’après-midi. J’ai à peine le temps de mettre le wifi pour trouver mon chemin que la responsable de ma guest-house me propose de venir me chercher au terminal. C’est son fils, un collégien qui parle plutôt bien anglais qui vient me trouver dans la gare. Nous entamons la discussion, j’ai le temps de comprendre que je suis le seul guest dans leur maison. J’ai l’impression que de ce fait j’ai le droit à un traitement privilégié.

Une superbe maison d’hôte. Idéalement placée, la maison est occupée par la famille au rez-de-chaussée et l’étage est privatisé pour les invités. Avec tout le confort : salle de bain, machine à laver, télé etc. Jusqu’à maintenant c’est de la très grosse qualité niveau Airbnb et pour pas cher. Le second truc assez rigolo, c’est que depuis mon arrivée, je n’ai quasi jamais de clés en main. En effet, les maisons n’ont pas de clés mais une sorte de digicode qui remplace les serrures. Je m’installe et le garçon de la maison vient me proposer de manger. Un peu gêné, j’accepte la proposition. J’ai eu le droit à un repas de roi dans la cuisine de la maison. Je ne pouvais pas rêver meilleur accueil à Andong.

20170726_162345Pour cette première journée, je décide de découvrir la ville, de me promener au marché et d’aller visiter le musée du Soju. Un alcool local qui correspond à notre goutte ou l’alcool de Poire à base de tofu et de riz  et version 50 degrés qui déboite. Seulement voilà, c’était plus compliqué que prévu de trouver le musée. Tout est écrit en coréen et en plus le musée est située dans la zone industriel. Après mettre perdu et avoir demander la route à des coréens qui ne parlaient pas un mot d’anglais, j’arrive devant le musée. Enfin l’entreprise productrice de Soju qui a installé un petit musée sur celui-ci. Je suis tout seul. C’est le proprio de la boite me fait la visite en Anglais pour m’expliquer comme on fabrique le Soju, pour quelles occasions on le boit, quels sont les différents étapes de la vie coréenne et comme elle sont fêtés. J’apprends que c’est le Soju de son entreprise qui a été sélectionné pour la visite de la Reine d’Angleterre. Bref très instructif et je me suis senti hyper privilégié. A la fin, un petit dégustation, enfin j’ai bu cul-sec du Soju. Ca réchauffe la gorge, cette connerie [en fait j’ai pris 40 degrés d’un coup].

20170726_201953Le soir, j’en profite pour aller courir, la température étant devenu estivale et supportable. Chaleur la journée mais soirée fraiche. Fini pour le moment les températures orageuse. Le Nakdong est entièrement aménagé : jeux de lumière sur les ponts, fontaine avec sons et lumières, pistes de running ou cyclable. Les coréens se baladent le long de la rivière. Beaucoup de sportifs de tout âge, surtout des anciens s’adonnant à la marche nordique ou rapide.

Je suis venu dans cette région principalement pour la visite d’un village classé à l’UNESCO. Le village Hahoe. A 50 minutes de Andong, il s’agit d’un village conservé de l’époque impériale coréenne. Pas de bâtiment moderne juste de vieilles demeures, des Hanoks. Ici l’intérêt c’est que ce village est encore habité les habitants qui entretiennent les demeures mais aussi le savoir faire de l’époque. 20170727_125947Andong est considéré comme la région de l’esprit coréen car elle conserve ses traditions. C’est un joli village d’où est originaire un homme d’état important qui repoussa deux invasions Japonaise. Il y finira sa vie. D’ailleurs j’ai l’impressions que toutes les maisons était soi à lui soit il y a vécu. L’intérêt c’est la quiétude du village qui vit sans voiture à un rythme zen et détendu. Loin de tout sans réelle infrastructure moderne, la promenade dans les rues donnent l’impression d’être dans un autre temps, une belle machine à voyager. Certes, les abords du village sont aménagés comme un parc d’attraction et bien que habité, l’objectif et de garder dans l’état et conserver la tradition. J’ai aussi profité pour visiter un musée du Masque, autre grande tradition de la région. Intéressant mais dispensable. Puis je suis rentré, on m’avait conseille une école confusienne. Mais j’ai manqué de temps et j’ai préféré lire puis profiter de la journée dans un café. Surtout qu’Andong est une ville paisible où il fait bon de se promener [et surtout c’est les vacances].

20170727_200129Tout allait trop bien pour le moment, évidemment. Le soir, j’ai voulu retirer de l’argent pour assurer mes dépenses. J’ai raté trois fois mon code. trois fois. Foutu couple de chiffre que j’inverser à chaque fois… L’avantage c’est que ma carte ne s’est pas faite avalée. Je l’ai toujours mais techniquement inutilisable [j’ai fait la même l’an dernier en Argentine mais je me suis arrêté à deux et une amie m’avait transmis mon code]. Me voila sans carte, enfin ce matin j’ai pu payé mon billet train avec ma carte, c’était un paiement sans code. Bref la grosse panique, je n’avais que 10€ en cash sur moi et encore 10 jours de voyages à assurer. Appel auprès de ma banque, mon conseiller qui n’est pas là depuis des mois n’a pas de remplaçant. Le centre d’appel ne peut rien faire et enfin mon agence me rappelle. Tout ce que l’on peut faire pour moi, c’est me renvoyer une carte en Corée d’ici une semaine/ Oui, super, dans une semaine je serais SDF entre Busan et Séoul. Puis, la conseillère me propose d’utiliser western union. Pour moi c’est juste une entreprise qui sert à organiser des arnaques financières. Mais il me faut du cash, alors je me crée un compte et me fait un auto transfert de fonds. Western Union m’appelle pour confirmer et je peux organiser ma transaction. Après gros stress et coulée de sueur, je suis à 9h le lendemain à la banque. Le contrôle et la procédure semble durer des heures mais au final, je reçois mon cash [ma seule déception : j’ai acheté des dollars qui ont converti en Wons…. je perds plus de 10€, l’Euro étant plus fort que le dollar]. A partir d’aujourd’hui, je n’ai plus de carte bleue apparemment, j’attends la confirmation de la banque. L’aventure, la vraie.

Je quitte Andong, je reste dans la région pour vivre une expérience originale, je l’espère. Je vous en parlerais dans le prochain article et éviter de nouvelles mésaventures.

Gangneung, Corée du sud – Le sexe de Batman

Lundi, j’ai quitté ma famille de Sokcho pour prendre le bus et rejoindre ma nouvelle étape : Gangneung. Aussi imprononçable qu’il semble facile à lire. D’ailleurs c’est l’un de mes soucis en Corée. La prononciation est beaucoup plus subtile qu’en Japonais. Impossible pour le moment de dire un seul mot sans l’écorcher vif.

20170724_135238Je reste encore deux nuits dans ma nouvelle étape. Pour dire vrai, j’avais sélectionné cette ville parce que mon guide me l’avait recommandé pour ces alentours et principalement un parc où est exposé un sous marin nord-coréen que les sud-coréens ont réussi à choper alors que celui-ci faisait de l’espionnage le long des côtes… Ca c’est ce qui était prévu. Puis je suis arrivé à Gangneung, j’ai été jusqu’a ma guest-house quasi privative. Nous sommes que deux et j’ai ma propre chambre. En arrivant, je me suis un peu renseigner et j’ai vu que la ville avait une coffee-shop Street…. Je me suis m’y à baver puis j’ai repris mes esprits, j’ai décidé de passer l’après-midi dans cette rue. En effet, en bord de mer à la place de restaurants de fruits de mers, ce ne sont que des coffee-shops dans la veine de Starbuck mais avec vue sur la mer et rooftop. Je me suis mis face à la mer et j’ai lu en sirotant un café glacé. 20170724_163704Après-midi parfait au milieu des badauds et des couples qui se promenaient le long de la plage. Surtout parfait pour se reposer un peu et découvrir un peu Gangneung. Je passe le reste de mon temps à me balader dans le centre ville à faire les magasins et les rues commerçantes. Je pense que ces lieux ainsi que les pubs donnent une bonne idée de la vie d’un pays, dans sa façon d’être et d’agir.

Le lendemain par contre branle bas de combat, Je décide de revoir mon planning et d’avancer certaines de mes visites. Je m’évite de perdre une journée. Je pars à une heure de de Gangneung pour rejoindre Samcheok et de là visiter deux lieux incroyables :

20170725_113410Hwanseongul : l’une des plus grandes grottes de Corée voire d’Asie. C’est immense, plein de chauve-souris mais pas l’ombre du Batman. Pourtant le lieu est idéal pour une batcave. je n’avais pas visité de grottes depuis très longtemps et j’avoue que c’était impressionnant. Cette sensation d’être couper du monde extérieur, comme si le temps s’arrêtait et qu’en sortant nous allions découvrir un nouveau monde [C’est hyper philosophique en fait]. Le seul défaut : qui dit Asie dit Kitsch. La grotte est parsemée d’éclairages un peu douteux et clignotant un peu partout mais rien d’horrible au point de gâcher l’expérience.

20170725_154909Le parc Haesindang  est connu pour une seule et unique chose ces sculptures de Pénis. En effet, le parc propose des pénis partout de toutes tailles et de toutes formes. On voit la vidéo régulièrement sur les réseaux sociaux [Merci d’arrêter de me tagguer, c’est bon]. Pour la petite histoire le parc est ouvert à tous [enfant compris], les gens y viennent s’y balader en famille, se détendre car le parc est grand et sympathique avec une super vue sur la mer. En fait cela ne choque personne ici, c’est de la culture et même religieux. Seul nous, pauvres européens, avec notre petite moral judéo-chrétienne sommes choqués mais rien d’anormal.

20170725_153330Pourquoi me direz vous ce parc? Pourquoi vénérer des pénis planter dans le sol?  En fait tout vient d’une légende. Une femme est parti chercher des algues avec le bateau de son mari. Celle-ci s’est retrouvé coincée sur un rocher au large. Elle s’est mit à hurler pour que son mari vienne la secourir. Mais le mari ayant d’autres choses à foutre, lui a dit qu’il viendrait la chercher plus tard. manque de pot elle meurt noyée… Conséquence malheureuse de ce drame : plus de poiscaille… Du coup c’est la déche au village, on crève la dalle, c’est le chômage, on s’emmerde… Le problème quand on s’emmerde, c’est que l’on fait généralement n’importe quoi. Comme se branler dans la mer par exemple… Et là, comme par miracle, quelques poissons reviennent. Du coup, tous les mecs se mettent à se branler dans la mer [un bukkake maritime si vous préférez]. Là, c’est l’explosion de poissons, la remontée du cours du poiscaille, l’opulence totale, le retour des jours heureux. Les pécheurs en déduisent que la femme a besoin d’être féconder pour donner vie aux poissons [je n’ai pas dit qu’il avait fait l’Ena]. Résultat afin d’assurer des pêches généreuses, le village consacre un temple à la femme noyée, une fête annuelle et ils plantent des pénis partout pour que la pêche soit généreuse et la mer féconde en poisson. On peut même faire une offrande en forme de Pénis au temple. Voilà, voila, LA COREE.

20170725_165202Cette visite m’a permis aussi de rencontrer une française en road-trip en Asie. Cette globe-trotteuse qui revenait d’Amérique du Sud est parti à l’aventure. Et accrochez vous elle vient de Givet, oui, oui, les Ardennes représentent. Chouette personne nous avons pu faire le parc ensemble [je parle français tous les jours du coup] échanger nos expériences de voyages sur la Corée. D’ailleurs, vous pouvez la suivre sur son insta. N’hésitez pas c’est très cool.

La journée fut bien remplie. Le temps de rentrer, d’avaler la pizza la plus épicé de monde [je brule encore] et je suis rentré dans ma guest-house : Aarkhouse. Je ne l’ai pas évoqué mais encore une fois, l’accueil, la qualité du couchage et de la guest-house est hors catégorie. Le lieu est charmant, calme et décorer avec goût, franchement j’y étais super bien. De plus, Jina, la proprio m’accueillait tous les matins pour le petit déj [inclu et généreux]. Le matin, elle m’apprenait un peu de coréen en échange de quelques mots de commodités en français : bonjour, merci, au revoir. Le fait d’expliquer que nous n’utilisons pas de manière usuelle “bon après-midi” pour dire bonjour” n’a pas été des plus simples. Les coréens se basant sur l’anglais pour essayer de comprendre le français.

Je quitte la région de Gangwon pour rejoindre celle de Gyongsangbuk. Un long chemin m’attend pour rejoindre la ville de Andong.

Chuncheon et Sokcho, Corée du Sud– Comme à la maison

Je quitte Séoul ce matin. J’ai devant moi quelques interrogations : comment va se passer mon déplacement ? et les différents transferts ? Cela semble simple quand on est français en France mais à l’étranger, les règles changent et à chaque fois c’est un peu le saut dans l’inconnu.

20170722_122650Je pars pour Chuncheon, c’est une étape pour rejoindre Sokcho, ma destination pour deux nuits. Chuncheon est réputé pour son Dakgalbi, un poulet mariné qui se mange sur un grill. J’ai un peu de temps devant ca sera ma pause du midi. Mais avant ca j’ai le choix entre le train et le bus. j’opte le train pour plus de sécurité avec une appréhension sur le prix. Mais au final, c’est que dalle et facile [tu as BIEN LU SNCF, j’espère].

Chuncheon est une ville moyenne sans trop d’attrait. Elle est connue car elle a été le cadre d’un Drama coréen hyper mielleux mais ultra populaire “Winter Sonata” et 20170722_124534pour sa cuisine. Le fameux Dakgalbi. Tellement réputée qu’une rue de la ville est constituée entièrement de restaurants dédiés à cette spécialité. J’ai testé, le seul étranger dans le resto, les gérants très serviables qui viennent me retourner la viande, me la découper et m’expliquer “Comment que ca se mange dis donc“[en coréen, enfin le patron a tenté de me dire bonjour en Français]. Une expérience locale réussie, le plat est bon pas assez cuit à mon gout mais je savais que les asiatiques ne mangent pas trop bien grillé mais ça fond dans la bouche [sauf les morceaux de cartilages qu’ils mangent aussi, je n’ai pas pu par contre]. Pas trop épicé mais chouette découverte.

Je quitte Chuncheon plus tôt que dans mes prévisions, ce qui me laissera plus de temps pour Sokcho. Cette fois-ci je prends le bus, c’est d’une facilité déconcertante [bon, l’Argentine gagne, elle est tellement haute dans le game du bus]. Sokcho est un port de pêche peu enclin au tourisme. Mais c’est une excellent base pour aller visite le parc Seoraksan, célèbre dans toute la Corée. Je dors chez l’habitant, une famille coréenne.

20170722_211726Grosse surprise, après m’avoir proposé de venir me chercher à la gare routière, je suis accueilli en Français. En effet, ma famille d’accueil recevait une mère et sa fille Franco-coréenne. Une surprise qui a facilité la communication car elles parlent coréen. L’accueil est excellent : café, discussion avec la famille. Le père me propose de m’emmener au marché au poissons de Sokcho, je m’y ballade. Peu de choses inscrites en anglais, beaucoup de Hangul [difficile à lire du coup] Mais une belle découverte à avec son sous-soul un marché au poisson vivant avec restos. En clair, tu dis je veux bouffer celui-ci, tu t’installes et on te le découper en Sashimi pour que tu le manges direct. Plus frais tu meurs. Mais aussi des couleurs, des produits frais, une autre façon de voir le monde et aussi les coréens. Juste en face du marché, un coffeeshop, Bus Station, j’ai pu y boire un de mes meilleurs cafés latte. Température, association lait/café, parfait. Je finis par rentrer à pieds pour me balader en ville et manger. La sérénité de la Corée. A mon retour, c’est royal : pastèque découpée, Maïs à grignoter, échange avec l’ado de la famille sur l’école, sur le papa qui est enseignant de physique, discussion et traduction avec la famille Franco-Coréenne. Toute la famille est joyeuse et gentille avec moi et surtout m’offre une nouvelle immersion dans la Corée des plus sympathiques.

20170723_112757La seconde journée est consacrée à une randonnée au Parc de Seoraksan. C’est d’ailleurs le but de mon arrêt à Sokcho. Lors du petit déjeuner, je fais la connaissance d’une famille venant du Kansas. La cadette de la famille est fan de la Corée et ses parents ont décidé de lui faire plaisir. Ayant sympathisé avec tout le monde et vu que nous rendions au même endroit, c’est à cinq que nous partons au parc pour une longue randonnée. Le tout décidé au petit déj. Mais le temps n’est pas de la partie. Il pleuviote, il pleut, il fait gris… l’avantage c’est que les températures sont supportables. Notre randonnée nous poussera jusqu’a Biryong Pokpo, une cascade où une jeune fille est morte mais à la place un Dragon ascendant est apparu pour monter vers le ciel et même plus haut dans le brouillard. Ces trois bonnes heures de marche, nous les avons eu dans les pattes avec un final niveau expert.

20170723_151115Le midi, j’ai pu teste un bouillon de viande dont le nom m’échappe sur les bons conseils de notre amie Franco-Coréenne. Elle nous à d’ailleurs offert un plat typique à partager; une sorte d’omelette garnie de légumes et de calamars, pas mal du tout [j’ai bien esquivé les morceaux de calamars]. La visite de ce parc national s’est terminée avec la visite d’un temple bouddhiste et d’une petite balade. Mais la pluie ne se calmant pas, nous avons changé nos plans et c’est une promenade le long des plages que nous offre notre famille d’accueil. Après s’être rejoint, nous avons longé les plages de Sokcho, fait des arrêts dans les ports et vu un lac. Bref un bonus touristique et d’échanges assez formidable de notre groupe multi culturel.

Pour conclure la journée, les filles de la maison [deux petites collégiennes une française et une coréenne] me propose d’aller les accompagner chercher du poulet frit. Je me suis dit pourquoi pas, comme un grand frère qui accompagne ses sœurs. Je me dis que cela peut être cool. Puis quand le papa vient me chercher pour me dire de les accompagner, enfin c’est ce que je pensais. C’est tout simplement pour me proposer de manger avec eux. Me voila à avaler des pates en faisant à max de bruit encourager par mes hôtes [car c’est comme ca qu’on gère ici], manger du porc caramélisé et pané, du mais et du radis avec du Kimchi. Je m’en suis mis plein le bide, je n’en puis plus. La soirée se termine à discuter, parler de choses de grands, de rassurer sur le lycée. Je ne peux que remercier les gens que j’ai rencontré à Sokcho. Mon séjour a été une réussite grâce à eux.

Demain je pars pour une nouvelle destination, Gangneug, quelles surprises me réserves cette nouvelle destination ?

Séoul, Corée du Sud – Dans la chaleur de la nuit

Ce vendredi signait la fin de mon séjour à Séoul et le début de mon road-trip en terre coréenne. Durant mon retour alors que je sirotais mon quarantième café latte glacé de la journée dans une bar, galerie d’art [génial], mon hôte Airbnb m’a contacté, me proposant de le rejoindre pour mon dernier soir à Séoul. Une très riche idée.

20170721_214138Je le rejoins dans un café français : Le moulin [si tu as la référence, t’es un champion], non loin de son appartement. Le personnel parle français et le vin est plutôt bon. Un air de France en plein séoul [bon ils passent du Zaz… ] Suite à cela, mon hôte décide de me montrer la trépidante vie nocturne de Séoul. Nous nous dirigeons vers Itaewon, quartier extrêmement dynamique et cosmopolite.  J’avais eu l’occasion d’y manger deux fois. Plant, un resto veggie parfait tant niveau déco que cuisine. je l’avais repéré grâce à instagram. Puis un burger, Last Coast, service impeccable et surtout succulent. Le quartier est reconnu pour sa Street Food et c’est grave le cas avec un choix impressionnant et une cuisine fusion pour tous les goûts.

Mais revenons à notre soirée. Direction un rooftop, où nous rejoignons un pote coréen de mon hôte qui mixe. Nous rencontrons des américains, ça check, ça discute, c’est de la folie furieuse. Le pote de mon hôte de mixant que vers une heure de mat. Alex, mon hôte, décide de me montrer les boites coréennes tout en me racontant la vie nocturne et le changement constant de la vie à Séoul.

20170721_214733Dans un premier temps, nous allons dans une boite tenue par des expats, ambiance disco comme à la maison. Ici, ce sont des coréens enfin surtout des coréennes car les boites sont à 60% composées de filles, qui dansent avec des expats sur du son bien connu. Puis Alex me parle des boites 100% coréennes et me dit : “allé hop, je te montre”. Alors oui, mon hôte connait des gens, les entrées s’étaient gratuites, un tampon, un bracelet et hop on n’en parle plus.

Nous arrivons, on checke le videur coréen qui est une vraie masse. Puis nous entrons dans la boite, gros son House de garage des ténèbres à fond les ballons, beaucoup de tables qu’il faut payer pour les occuper à des prix défiants la raison. Puis Alex m’explique que l’on peut fumer ici parce que c’est la mafia coréenne qui tient le bouge et qu’elle a gentiment demandé l’autorisation [Comprenez ce que vous avez à comprendre]. Parfait. Puis plus en plus de monde afflue comme je l’ai dit beaucoup de coréennes. Déjà que dans la rue, elles sont toutes courtes vêtues [parce que de base les coréennes, c’est micro short ou jupe et talons et pas qu’en boite], là elles sortent sous leur meilleur jour : Talons, ongles parfaits, jupes trop courtes ou micro-short mais en même temps l’Asie n’est pas constitué de gros lourds en manque. Personne ne vient leur redire quoique ce soit.

20170722_015253Dans la foulée, un groupe de coréens nous abordent, nous remercie pour la guerre de Corée et nous paie des shots [ca faisant 12000 ans que je n’en avais pas bu]. Bref ambiance de feu, les coréens super chaleurs et abordables, une expérience incroyable. Alex m’explique que les boites coréennes refusent les étrangers sauf si tu es avec des coréens ou si tu connais les patrons.

Effectivement nous étions 4/5 étrangers [un mec qui servait, deux autres gars et nous deux], toutes les autres personnes étaient coréennes. Nous quittons ce lieu, l’ouïe défoncée car le son tape fort en Corée. Retour sur le Rooftop, le pote mixe dans la nuit de Séoul. Après avoir profiter du lieu, d’avoir discuté avec mon hôte, je l’abandonne. Il est 1h30 du mat, le lendemain je pars tôt pour poursuivre mon voyage. Pour l’instant le voyage est riche en découverte.

Séoul, Corée du Sud– Gangnam Style

Je termine mon séjour à Séoul, j’ai passé ses quelques jours à découvrir la capitale coréenne. Une découverte riche en bons moments et qui se termine de la façon la plus improbable possible. Pour être clair, ce n’était pas prévu au programme mais mon hôte Airbnb a été super cool et m’a fait découvrir la nuit coréenne. Mais revenons, dans un premier temps à ces quelques jours.

20170720_132200Le jet-lag étant passé le mercredi, j’ai pu me consacrer aux visites de palais et autres quartiers de la capitale. J’ai passé déjà pas mal de temps dans le quartier de Gwanghwamun pour y visiter le palais du bonheur [Gyeongbokgung] ainsi que le seul des quatre palais impériaux à être classé à l’Unesco : Changdeokgung. Beaucoup plus sympa niveau couleur et architecture. Mais bon un palais ressemble à un autre palais ici. Tous étant de la même époque [en gros lors de l’empire de Joseon avant que les jap débarquent et refassent la déco en gros, sont pas trop trop gentil les japs]. La conclusion de ces visites historiques fut le secret garden [oui, oui en english]. Un jardin avec étangs et petites maisons pour se détendre au milieu de la forêt. Un chouette coin reposant et très jolie.

J’ai aussi fait un rapide saut au musée du folklore coréen. Le musée évoque la vie en Corée selon les saisons, l’histoire de la Corée, les traditions [comme celle où quand tu atteints 60 balais tes gamins doivent te faire un repas de ouf ]. Mais bon quand je voyage ce que j’apprécie c’est aussi découvrir la vie quotidienne des gens. Au détour de ma promenade dans le quartier de Jongno-gu, j’ai été prendre le thé dans un salon de thé coréen. Assis au sol j’ai pu boire un thé super rafraichissant tout en dégustant des pâtisseries coréenne. J’avoue que c’était plutôt cool. D’ailleurs, j’ai passé un temps infini dans les cafés pour récupérer de la chaleur et faire des pauses lectures [A lire, Ma mémoire assassine, roman coréen de Kim Young-Ha, génial]

20170719_203112Le soir, je me suis promené dans mon quartier de Yongsan où loin de l’effervescence des quartiers touristiques, ce sont les coréens qui sortent, achètent à manger ou rentrent de cours ou du travail. D’ailleurs tout comme au Japon, c’est l’uniforme qui prime [pour les collègiens/lycéens, mais aussi le classique chemise bleue ou blanche avec pantalon pour les salary-mens et tailleurs jupes pour les femmes]. Puis j’ai décidé de faire un footing en tentant l’ascension de la montagne Nam. J’ai pu croisé d’autres sportifs, être encouragé, me rendre compte que courir sur un flan de montagne avec une humidité de 80% et sous 30° n’était pas une riche idée mais le point de vue et le lieu en valaient la peine. Au somment, la tour de radio télécommunication a été entièrement réaménagé : restaurants, bars mais surtout lieu romantique avec une vue sur Séoul. Les couples se retrouvent bouquet à la main accrochant des cadenas de l’amour dans des lieux dédiés.

20170721_170425Je me suis aussi baladé à Gangnam, le fameux quartier de la chanson mondialement connue. Un énorme quartier où magasins haut gamme, boutiques en tout genre, cafés, restaurants sont concentrés pour le plaisir de la jeunesse coréenne. Sympa mais j’y ai passé plus de temps à boire des cafés dans pleins d’endroits sympas et cools. Le principal attrait était le Kukkiwon, le siège de la fédération de Taekwondo. Un peu dessué, sans grand intérêt mais pour le geste c’était cool. Par contre le temple bouddhiste Bongeun-sa méritait le détour. Lampions blancs installés partout dans le temple, la zenitude qui en ressort, son Bouddha fut un chouette moment. J’ai tiré ma promenade jusqu’au parc olympique de 1988. Impressionnant et surtout agréable de se promener dans autant de verdure.

Une belle découverte de Séoul mais le meilleur restait à venir. Mon hôte Airbnb m’a proposé de le rejoindre pour découvrir la nuit coréenne.